X

À La Une

Les Algériennes très mobilisées, mais encore prudentes pour leurs droits

Contestation

Le faible écho des revendications propres aux femmes lors des premières journées de mobilisation a finalement incité des féministes à monter en puissance pour que "les droits des femmes ne passent pas une nouvelle fois à la trappe",  indique une figure du mouvement féministe algérien.

OLJ/Christophe DE ROQUEFEUIL/AFP
26/03/2019

Drapeau à la main, avec ou sans foulard, seules ou en famille, les Algériennes descendues en masse dans les rues renforcent le rejet du "système", mais l'espoir de faire avancer les droits des femmes avec cette mobilisation reste fragile, soulignent des manifestantes et des militantes.

La participation féminine "considérable" consolide "l'immense élan collectif populaire" pour exiger le départ du président Abdelaziz Bouteflika et du régime en place, se félicite Fadéla Chitour, professeure de médecine et figure du mouvement féministe algérien. "Le caractère pacifique des marches a facilité la participation générale", y compris celle de femmes des milieux conservateurs "qui devaient demander l'autorisation d'un homme de leur famille" pour se joindre aux cortèges, relève-t-elle.



"Pas que les youyous"

Pour Myriam Lakhdari, une avocate de Boumerdès, près d'Alger, venue manifester dans la capitale, il est temps que les Algériennes fassent entendre leur voix, et pas seulement pour donner une touche de folklore aux cortèges. "La femme algérienne est présente dans tous les domaines professionnels, mais elle doit avoir davantage sa place dans la société. Elle n'est pas là que pour les youyous", souligne-t-elle.



(Lire aussi : Derrière les manifestants en Algérie, des volontaires nettoient)



L'Algérie s'enorgueillit de la présence de femmes dans tous les métiers, y compris la hiérarchie militaire, et elles sont majoritaires dans la santé, l'enseignement ou la justice. Mais selon une note de l'Office national des Statistiques (ONS) d'avril 2018 sur l'emploi, leur part dans la population en activité connaît une "quasi-stagnation", autour de 18%.

Le droit de vote et d'éligibilité à toutes les fonctions leur est acquis, mais les conservatismes sociaux et religieux, dans un pays où l'islam est religion d'Etat, pèsent sur leur présence dans l'espace public au profit du foyer domestique. Leurs droits juridiques dans des domaines comme le mariage, le divorce ou les successions sont inférieurs à ceux des hommes. Et les fléaux des violences contre les femmes et du harcèlement restent encore faiblement combattus, soulignent les associations qui leur viennent en aide. 

En tête des revendications féministes, l'abrogation du Code de la famille de 1984, qui sous l'influence des traditionalistes se revendique de la charia (loi islamique) au détriment de l'égalité entre les sexes pourtant prévue par la Constitution. Des discriminations en matière de statut familial perdurent malgré une révision en 2005.

Pour Meriem Belaala, responsable de l'association SOS Femmes en détresse, la forte participation féminine dans les défilés s'explique aussi par ces inégalités. "Les problèmes de santé ou d'éducation touchent tout le monde, mais les femmes encore plus parce qu'elles ne sont pas des citoyennes à part entière", souligne-t-elle.


(Lire aussi : Les avocats dans la rue à Alger pour maintenir la pression sur le pouvoir)



"Installer la mixité"
Mais avancer des revendications féministes, potentiellement clivantes au sein de la population, a fait débat au commencement du mouvement de contestation, dominé par des appels consensuels à un changement politique.

Le faible écho des revendications propres aux femmes lors des premières journées de mobilisation a finalement incité des féministes à monter en puissance pour que "les droits des femmes ne passent pas une nouvelle fois à la trappe", souligne Fadéla Chitour. Désormais, "on veut bien participer aux collectifs politiques, mais il faut pouvoir y injecter nos revendications", ajoute-t-elle.


(Lire aussi : En Algérie, l’éveil politique de toute une génération)



La mobilisation de nombreuses femmes de tous les secteurs de la société, "y compris les plus conservateurs", va "constituer un repère positif supplémentaire pour installer la mixité comme nouvelle norme sociale", estime pour sa part la syndicaliste et féministe Soumia Salhi.
Mais pour l'instant, "ce qui domine, c'est la revendication politique", même si les droits des femmes "apparaissent ça et là", reconnaît-elle. Une "coordination féministe" a ainsi décidé d'organiser une permanence devant l'université d'Alger les jours de manifestation. "Il faut aussi penser à l'Algérie profonde" ou le poids des traditions reste tenace, reconnaît Mme Belaala. Et continuer de se battre contre une propagande présentant les droits des femmes comme le combat de "salonnardes à la solde de l'Occident".

Plusieurs fois par le passé, en particulier après l'indépendance en 1962, "les femmes ont été applaudies, et puis les hommes on repris l'espace public", déplore-t-elle.
"Même si le système s'en va, le plus gros du travail restera à faire. On ne change pas comme ça deux ou trois décennies d'une espèce de dictature, et les mentalités ne changent pas du jour au lendemain non plus", constate-t-elle. "C'est un travail de longue haleine, ce n'est pas gagné".


Lire aussi

Quel rôle pour la Russie dans la crise algérienne ?

Le camp Bouteflika se fissure, estiment les analystes

Bouteflika confirme qu'il restera président après l'expiration de son mandat

« Nous ne voulons pas d’une transition organisée par le système »

Les stades de foot, laboratoires politiques de la contestation en Algérie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants