X

À La Une

La Suisse suspend ses livraisons d'armes au Liban

Le Secrétariat d'Etat à l'économie juge désormais que le risque d'une transmission de matériel de guerre à un destinataire final non souhaité est devenu élevé dans ce pays.

OLJ/AFP
21/02/2019

La Suisse a décidé de ne plus livrer de matériel de guerre au Liban, tant qu'elle ne pourra pas contrôler la destination finale des armes vendues, a annoncé jeudi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

Dans un communiqué, le SECO a indiqué que 10 fusils d'assaut et 30 pistolets-mitrailleurs avaient été exportés en 2016 dans ce pays, mais que lors d'un contrôle sur place en mars 2018, seules 9 armes avaient pu être retrouvées. Par l'intermédiaire de l'ambassade de Suisse à Beyrouth, le SECO a tenté à plusieurs reprises de retrouver la trace des 31 armes manquantes, sans succès.

Cet armement était destiné exclusivement à des unités chargées de protéger des personnalités politiques, comme par exemple la garde présidentielle libanaise. Et le destinataire final s'était engagé à ne pas céder les armes à des tiers sans l'accord écrit de la Suisse, qui était en outre autorisée à faire des vérifications sur place.

Le SECO rappelle que les deux précédentes inspections menées au Liban en 2013 et 2015 s'étaient déroulées sans incident. Mais il juge désormais que le risque d'une transmission de matériel de guerre à un destinataire final non souhaité est devenu élevé dans ce pays.


La semaine dernière, les Etats-Unis avaient livré pour la première fois à l’armée libanaise des roquettes à guidage laser, faisant partie du très sophistiqué système APKWS (Advanced Precision Kill Weapon System), lequel permet de transformer une roquette air-sol standard Hydra de 70mm en une arme intelligente à guidage laser. Selon le communiqué de l’ambassade US, cette nouvelle livraison d’armes qui vient s’ajouter à un équipement militaire évalué à plus de deux milliards de dollars, fourni par Washington aux forces régulières depuis 2005, "prouve l’engagement ferme et constant des Etats-Unis en faveur de l’armée libanaise dont elle souhaite renforcer les capacités, en sa qualité de seule et légitime force de défense du Liban".

Cette livraison est intervenue alors que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait appelé deux jours plus tôt les responsables libanais à demander de l'aide militaire à l'Iran. "Je suis prêt, en tant qu'ami de l'Iran, à aider l'armée libanaise en lui amenant de Téhéran, où je suis prêt à aller personnellement, tout ce dont elle a besoin pour devenir la plus forte de la région. Je suis même prêt à importer (d'Iran) un système de défense anti-aérienne", avait lancé le leader chiite. Cette éventualité se heurte toutefois aux sanctions internationales infligées à Téhéran. 



Pour mémoire
Le Conseil de sécurité réaffirme la nécessité du désarmement de « tous les groupes armés »

Quelle politique de distanciation après les propos de Nasrallah ?

Billingslea à Beyrouth : un message musclé sur les sanctions ?

Hariri dément que le Liban ait refusé une aide militaire russe sous la pression des États-Unis

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Et voilà ! Désaccord entre Suisse de l'occident et Suisse de l'orient, qui pourrait mener au divorce...

Leçon à ceux qui croient au marriage civil...et vlan

Bustros Mitri

Il arrive un moment ou on ne peut plus se moquer du monde indéfiniment en revendiquant l' execption libanaise, devenue un modèle universel d' hérésie politique !

Irene Said

Il existe des pays, comme chez nous au Liban, où l'on applique à la lettre les lois et les règlements, et qu'on respecte pour cela !
Irène Saïd

Rossignol

l'homme tout comme les etats s'honorent du respect de la parole donnee, c'est aussi le seul moyen de garder sa credibilite (ou ce qui l'en reste).

ACQUIS À QUI

30 fusils et 10 pistolets ???

Et des couteaux suisses y en avait pas ??? Lol... gardez les vos jouets , les enfants du Liban n'en veulent pas .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OU3A LES 31 FUSILS QUAND ILS ONT DES MILLIERS DE FUSEES... CEUX QUE VOUS SOUPCONNEZ !

Gros Gnon

..."le destinataire final s'était engagé à ne pas céder les armes à des tiers sans l'accord écrit de la Suisse"...

..."le destinataire final"...

On fait quoi là? On joue aux devinettes? Pouvez pas faire votre travail jusqu’au bout et nous dire qui c’est? Ça tombe sous le crime de lèse-majesté ou quoi?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué