Liban

Le Conseil de sécurité réaffirme la nécessité du désarmement de « tous les groupes armés »

Diplomatie
12/02/2019

Après le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, qui « a salué » le 1er février l’annonce de la formation du nouveau gouvernement, c’est au tour du Conseil de sécurité de l’ONU de « se féliciter », dans une déclaration à la presse rendue publique vendredi dernier, de la formation du gouvernement avec la présence de quatre femmes ministres, dont une femme au poste de ministre de l’Intérieur, ce qui est « une première dans l’histoire du Liban ». Le Conseil a ainsi encouragé les autorités libanaises à poursuivre leurs efforts pour assurer la participation pleine et effective des femmes à la vie politique libanaise. Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche. Il devra s’atteler à régler les questions urgentes qui comprennent notamment le suivi des conférences internationales de soutien au Liban organisées l’année dernière à Rome, Paris et Bruxelles.


(Lire aussi : Le Conseil de sécurité appelle les partis libanais à ne pas soutenir les conflits externes)



Distanciation, « priorité importante »

Dans la déclaration à la presse, les membres du Conseil ont encouragé tous les dirigeants politiques libanais à poursuivre cette lancée d’union nationale et à garantir la capacité du Liban à faire face aux défis sécuritaires, économiques et humanitaires pressants auxquels le pays est confronté. Ils ont également réitéré le soutien à la stabilité, la sécurité, l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance politique du Liban, conformément aux résolutions 1701 (2006), 1680 (2006), 1559 (2004) et 2433 (2018) du Conseil de sécurité, ainsi que d’autres résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et des déclarations du président du Conseil de sécurité sur la situation au Liban.

Les membres du Conseil ont appelé en outre toutes les parties libanaises à mettre en œuvre une politique tangible de distanciation de tout conflit extérieur, ce qui constitue une priorité importante, comme indiqué dans les déclarations précédentes, en particulier la déclaration de Baabda de 2012. Ils ont aussi rappelé la nécessité d’appliquer les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et les engagements antérieurs exigeant le désarmement de tous les groupes armés au Liban, de manière à ce qu’il n’y ait plus d’armes ni d’autorité au Liban autres que celles de l’État libanais, et ont appelé toutes les parties libanaises à reprendre rapidement les discussions vers un consensus sur une stratégie de défense nationale. Ils ont rappelé que les Forces armées libanaises sont les seules forces légitimes au Liban, comme cela est stipulé dans la Constitution du pays et l’accord de Taëf.


(Lire aussi : Le Hezbollah reste attaché à sa liberté d’action hors du giron de la légalité)


Engagements à Rome II et la CEDRE

Dans cette déclaration, les membres du Conseil ont insisté sur l’urgence pour le nouveau gouvernement d’honorer les engagements pris lors des conférences du Groupe international de soutien au Liban (GISL) à Rome II et à Paris (CEDRE), soulignant qu’il importait que le nouveau gouvernement mette en œuvre des mesures de réformes structurelles et sectorielles qui renforceraient les investissements dans les infrastructures et les services essentiels du Liban, conformément au programme défini lors de la CEDRE. Le Conseil encourage également le gouvernement libanais à respecter l’engagement pris lors de la conférence de Paris (CEDRE) visant à lutter contre la corruption, à renforcer la responsabilité qui inclut la gestion des finances publiques, et a appelé la communauté internationale, y compris les organisations internationales, à continuer de soutenir le Liban dans ses efforts pour relever les défis sécuritaires, économiques et humanitaires auxquels le pays fait face.

Notons dans ce contexte que le nouveau coordonnateur spécial de l’ONU au Liban, M. Ján Kubiš, est arrivé hier à Beyrouth pour occuper son nouveau poste. Il succède à la coordonnatrice spéciale par intérim, Pernille Dahler Kardel du Danemark.




Lire aussi

En dépit du climat positif, de nombreux défis attendent le gouvernement

Quelle politique de distanciation après les propos de Nasrallah ?

Nasrallah prêt à demander à Téhéran une aide militaire pour l’armée

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

La seule phrase que je retiens est que les pays membres de Conseil de Sécurité de l'ONU viennent de rappeler que les Forces armées libanaises sont les seules forces légitimes au Liban. Prenons-en acte.
Nous refusons catégoriquement et une fois pour toutes qu'un pays, n'importe qu'il soit, nous offre des cordes pour nous pendre avec. Prenons-en acte.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE DESARMEMENT DES MILICES... ELLES SONT PLUS QU,UNE ... EST UNE PRIORITE POUR QUE REVIVENT LE LIBAN ET SON PEUPLE !

AIGLEPERçANT

Même les colons en israel ???

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.