Rechercher
Rechercher

À La Une - Sécurité

Hariri dément que le Liban ait refusé une aide militaire russe sous la pression des États-Unis

"La partie russe a été informée de l'acceptation de l'aide qui est destinée aux Forces de sécurité intérieure", selon le bureau de presse du Premier ministre désigné.

Le commandant en chef de l'armée libanaise, le général Joseph Aoun, lors d'une cérémonie de livraison d'appareils militaires US à Hamat, le 12 juin 2018. AFP/Joseph Eid

Le Premier ministre désigné Saad Hariri a démenti lundi soir les informations du quotidien libanais al-Akhbar, très proche du Hezbollah, corroborées par une source politique libanaise haut placée citée dans la journée par l'agence Reuters, selon lesquelles le Liban aurait refusé dans le courant du mois de novembre une offre d'aide militaire de Moscou sous la pression des États-Unis.

"Les autorités libanaises ont prétexté que le Liban n'avait pas besoin des armes et des munitions que Moscou a proposées, mais la vraie raison de ce refus, c'est la pression de Washington", selon cette source citée par Reuters, confirmant les informations publiées par al-Akhbar. Cette source a ajouté que l'offre russe avait été présentée en début d'année.

Dans la soirée, le bureau de presse de Saad Hariri a indiqué que les informations du journal al-Akhbar étaient erronées . "La partie russe a été informée de l'acceptation de l'aide qui est destinée aux Forces de sécurité intérieure", indique ce texte.

En février, le gouvernement de Moscou avait publié un projet d'accord militaire entre la Russie et le Liban. L'accord renouvelable d'une durée de cinq ans incluait des échanges d'informations, le développement d'une formation militaire et la lutte contre le terrorisme. En début d'année, des médias locaux avaient indiqué que la Russie offrait une ligne de crédit d'un milliard de dollars à l'armée libanaise pour l'achat d'armes et autres équipements militaires.

Pour Washington en revanche, le soutien américain à l'armée libanaise vise à renforcer la troupe en tant que "seule" force militaire défendant le Liban - où le Hezbollah, soutenu par l'Iran, exerce une influence majeure - et à contrer les menaces de la Syrie voisine.

Les États-Unis aident l'armée libanaise de façon consistante et régulière et le montant de leur assistance s'élève à plus de 1,5 milliard de dollars depuis 2006. Au cours des sept dernières années, la troupe a bénéficié de la formation et du soutien des forces spéciales américaines. En décembre 2017, l'ambassadrice US au Liban, Elizabeth Richard, avait annoncé que Washington allait accorder une aide supplémentaire de 120 millions de dollars, pour aider notamment l'armée à mieux contrôler la frontière avec la Syrie et lutter contre le terrorisme.

Les forces russes sont largement déployées en Syrie où elles combattent en soutien du président Bachar el-Assad depuis 2015 aux côtés de groupes soutenus par l'Iran, dont le Hezbollah, classé par Washington comme groupe terroriste.

En vertu d'une loi de 2017, les États-Unis peuvent imposer des sanctions aux pays qui effectuent des "transactions importantes" avec l'armée russe. Les États-Unis exercent une pression croissante sur la Russie à l’échelle mondiale par le biais de sanctions ces dernières années, notamment pour son rôle dans l’annexion de la région de Crimée en Ukraine en 2014, une attaque d’agent neurotoxique en Grande-Bretagne, des allégations d’ingérence dans les élections américaines de 2016 et son rôle en Syrie.


Pour mémoire

Vers une véritable coopération militaire sino-libanaise ?

Coopération militaire "solide" entre les USA et le Liban, affirme l'ambassadrice US à Baabda

L'armée libanaise reçoit huit nouveaux véhicules de combat




Le Premier ministre désigné Saad Hariri a démenti lundi soir les informations du quotidien libanais al-Akhbar, très proche du Hezbollah, corroborées par une source politique libanaise haut placée citée dans la journée par l'agence Reuters, selon lesquelles le Liban aurait refusé dans le courant du mois de novembre une offre d'aide militaire de Moscou sous la pression des...
commentaires (5)

C'est JAMAIS trop tard. Que Saad déclare haut , fort et à intelligible voix Qu'il souhaiterait recevoir des armes de la Russie. D autres comme la Turquie de l"otan de erdo le fait bien .

FRIK-A-FRAK

23 h 15, le 27 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • C'est JAMAIS trop tard. Que Saad déclare haut , fort et à intelligible voix Qu'il souhaiterait recevoir des armes de la Russie. D autres comme la Turquie de l"otan de erdo le fait bien .

    FRIK-A-FRAK

    23 h 15, le 27 novembre 2018

  • Euh ou sont les migs promis par les russes depuis 5 ans ?! C est les USA aussi qui le leur interdise ?!!!

    Bery tus

    21 h 28, le 27 novembre 2018

  • LA RUSSIE A ELLE-MEME BESOIN D,AIDE !

    LA LIBRE EXPRESSION

    11 h 59, le 27 novembre 2018

  • Jamais les Etats-unis n'ont permis à l'armée libanaise de se doter d'arme capable de contrer le seul pays qui viole sa souveraineté de façon quotidienne et l'envahit massivement tous les dix ans.

    Jean abou Fayez

    00 h 18, le 27 novembre 2018

  • L'Amérique du clown déséquilibré ou de tous les autres pantins bien avant ce clown , n'a jamais agi que dans l'intérêt de l'ennemi principal et déclaré du Liban libre, fort et indépendant. Aurai je besoin de le nommer ? Je ne pense pas en avoir besoin, le libanais est reconnu pour son intelligence.

    FRIK-A-FRAK

    21 h 26, le 26 novembre 2018

Retour en haut