X

À La Une

Candidature invalidée : Dima Jamali va se présenter à nouveau à Tripoli

Liban

Des élections partielles doivent être organisées dans les deux prochains mois, afin d'élire le remplaçant de la députée sunnite.

OLJ
21/02/2019

Dima Jamali, députée sunnite de Tripoli dont l'élection a été invalidée jeudi par le Conseil constitutionnel libanais, a annoncé qu'elle présentera à nouveau sa candidature aux législatives partielles censées être organisées dans les deux prochains mois, dans la circonscription du Liban-Nord II. Mme Jamali, affiliée au courant du Futur, a fait cette annonce après avoir été reçue par le chef de ce mouvement et Premier ministre Saad Hariri.

"Nous respectons la décision du CC bien qu'il se soit laissé prendre au jeu des interférences politiques, a déclaré Mme Jamali. Je remercie M. Hariri qui m'a invitée à représenter ma candidature. Je suis certaine que la rue tripolitaine va renouveler sa confiance en moi et nous allons poursuivre la bataille".

Le CC avait annoncé qu'il invalidait l'élection de la députée sunnite après avoir étudié le recours en invalidation présenté par le candidat malheureux des Ahbache (islamistes prosyriens), Taha Nagi. Son recours a été retenu en raison de la présence de violations enregistrées lors du scrutin. M. Nagi a qualifié la décision du CC d'"injuste", estimant qu'il fallait qu'il soit déclaré vainqueur du siège de Dima Jamali.

Pour sa part, le bloc du Futur a regretté la décision du CC dans des termes virulents. "Nous pensons qu'il s'agit d'une traîtrise politique. La décision du Conseil constitutionnel a des motivations politiciennes par excellence, ce qui constitue une faute constitutionnelle", a déclaré la députée Bahia Hariri, au nom du groupe parlementaire.


Les membres de la liste électorale "La dignité nationale" du député Fayçal Karamé (sunnite, proche du régime syrien), sur laquelle s'était présentée Taha Nagi, se sont de leur côté réunis en urgence, au domicile de ce dernier. A l'issue de cette réunion, M. Karamé a regretté que le CC ait laissé vide le siège de Mme Jamali dans l'attente de nouvelles législatives au lieu d'y nommer directement M. Nagi, "sachant que les plus grandes infractions ont été commises à l'encontre de notre liste".

De son côté, l'ancien ministre Achraf Rifi, candidat à l'un des sièges sunnites de Tripoli et qui avait également présenté un recours en invalidation, a indiqué "respecter la décision du CC", malgré certaines remarques. "Je vais entrer en contact avec les Tripolitains et les forces politiques et populaires de la ville afin de discuter des futures élections législatives partielles", a-t-il ajouté.


L'invalidation de l'élection de Mme Jamali est la seule décision d'invalidation prise par le CC, les 16 autres recours présentés ayant été rejetés, à l'issue de plusieurs mois d'étude des recours contre les résultats des élections législatives de mai 2018.

Pour les circonscriptions de Beyrouth I, où la journaliste Joumana Salloum Haddad (issue de la société civile) avait déposé un recours contre le député Antoine Pano (siège des minorités, membre du Courant patriotique libre), et Beyrouth II, où un groupe de députés de la société civile avait déposé un recours, le CC a jugé que les raisons invoquées n'étaient pas suffisantes pour invalider l'élection.

Mme Haddad n'a pas tardé à commenter la décision du CC, qu'elle a accusé d'avoir "subi des pressions et ingérences de la part de certaines parties politiques et confessionnelles". Elle a cependant rendu hommage à trois membres du Conseil qui ont, selon elle, demandé l'invalidation de l'élection du siège réservé aux minorités à Beyrouth I, estimant qu'il s'agissait d'un "cri de conscience".

Dans les autres circonscriptions, des décomptes de voix ont été modifiés par le CC, mais sans toutefois mener à une invalidation, la différence de voix restant importante entre les candidats.

Le Conseil a notamment basé ses décisions sur le rapport final de la Commission de supervision des élections. 


Pour mémoire

Recours contre les résultats des législatives : le Conseil constitutionnel dément les rumeurs

Recours en invalidation : Le Conseil constitutionnel poursuit son enquête avant de se prononcer

En tout, dix-sept recours en invalidation présentés devant le Conseil constitutionnel


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Elle a des atouts maître pour se représenter.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BONNE CHANCE !

Le Faucon Pèlerin

Je suis heureux d'apprendre que Dima Jamali, 100% libanaise, députée sunnite de Tripoli affiliée au Futur, formation 100% libanaise, se représente pour représenter tout le Liban au Parlement libanais.

Chady

Bien sur qu’il faut réorganiser des élections, il est drôle ce M. Nagy.
Le comble se serait qu’elle gagne une deuxième fois, donc on accepte les décisions prises M. Nagy, et on se prépare tranquillement à l’élection sans mendier la victoire.

AIGLEPERçANT

Celui ou celle qui craque en 1er pour un jeu qu'ils ont eux mêmes établi(e) devrait avoir la décence de ne pas oublier , que les moutons suiveurs béleurs dont ils se plaisaient à dénoncer, leur demande de faire amende honorable et de reconnaître leur DÉFAITE, pour des élections libanaises qui ont conduit un esprit de résistance , suiveur et béleurs.

On ne répond à la ruade du cheval , que par les coups de corne du mouton .

Proverbe de la région du Charolais des bonnes vaches.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

Y A DE LA POLITIQUE DANS LA DECISION !

Irene Said

C'est lassant à la fin de toujours trouver les mêmes commentaires qui encensent absolument tout ce qui est "made in Syria, Iran ou parti divin + associés", et dénigrent systématiquement tout et tous/toutes des autres composantes de ce Liban qu'ils prétendent pourtant vouloir démocratique et libre !
Chez les "autres" tout est sujet à critiques méprisantes: vêtements, bijoux, façon de se faire photographier etc.

Et après ils s'étonnent qu'on arrive pas à les "comprendre" et qu'on les assimile à des "occupants" étrangers de ce Liban qu'on veut libre et seulement libanais ?

La vérité et le bien ne se trouvent-ils que dans les théories émises par le parti divin ?

Et le mal dans tout ce qui vient de cet Occident dont ils utilisent pourtant les langues et lisent la littérature...et même y passent leurs vacances ?
Irène Saïd

AIGLEPERçANT

Ah bon ! Invalidation de la candidate du Futur ?

Certain(es) nous annonçaient des violations d'autres partis qui ne s'habillent pas en Gucci ou Channel.
Des fashion victime de l'apparence du m'as-tu-vu. Lol.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants