X

Liban

Le Hezbollah reste attaché à sa liberté d’action hors du giron de la légalité

Éclairage
09/02/2019

Nommé ministre au sein du cabinet Siniora en 2008, feu Nassib Lahoud, l’un des fleurons du Rassemblement de Kornet Chehwane puis de la révolution du Cèdre, avait, au sein de la commission chargée de plancher sur la déclaration ministérielle, réclamé l’adjonction d’une formule visant à replacer la « résistance » et ses armes « dans le giron de la légalité ». C’était après la suppression du fameux triptyque « armée-peuple-résistance ». Les ministres du Hezbollah avaient refusé et Nassib Lahoud avait exprimé ses réserves face à la formule adoptée. Voilà que le scénario se reproduit à présent avec les réserves formulées par les Forces libanaises après le refus par le Hezbollah de l’adjonction de la même formule relative au « giron de la légalité » dans la nouvelle déclaration ministérielle, si bien que la formulation relative à la résistance est restée inchangée par rapport à la déclaration ministérielle précédente, elle-même héritée du cabinet Salam.

Pourquoi les ministres du Hezbollah refusent-ils la référence à la légalité s’agissant des armes de la résistance, avec l’assentiment, du reste, de l’ensemble des forces politiques du pays, à l’exception des FL ? Quelle est la position à ce sujet des ministres du Courant patriotique libre, pourtant attachés à l’idée de l’État et du président forts ? L’État fort passe-t-il par le fait de maintenir la résistance hors du spectre de la légalité ? Lors de sa dernière allocution mercredi soir dans la banlieue sud, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a proposé une aide iranienne balistique à l’armée libanaise. Mais pourquoi ne placerait-il pas lui-même son arsenal à la disposition de l’armée et de l’État libanais, établissant ainsi un vrai partenariat entre l’armée et le peuple face à Israël, à même, du reste, de renforcer l’État et de le fortifier ? C’est pour des raisons extérieures, liées à l’agenda iranien, que le Hezbollah cherche à préserver son indépendance et sa personnalité morale.

Au-delà des réserves FL, pourquoi ce silence des autres parties politiques au sein du gouvernement ? Le président du Conseil, Saad Hariri, tente pour l’heure d’appliquer la politique du « zéro problème ». Il en est de même pour les autres forces, qui cherchent à éviter toute crise avec le parti chiite en attendant les développements régionaux. L’optique étant que les armes du Hezbollah constituent un étage à part dans l’édifice libanais, supérieur hiérarchiquement à tous les autres étages, pesant aussi bien sur Michel Aoun et Saad Hariri que toutes les autres parties. L’arsenal est étroitement lié à Téhéran et la solution à cette problématique dépend donc de facteurs extérieurs et d’une solution régionale.


(Lire aussi : Retour sur l'implication progressive du Hezbollah dans la vie politique au Liban)


Des sources du 8 Mars conseillent d’ailleurs aux parties internes de ne pas s’en prendre au parti chiite et ses armes directement, à l’heure où il se trouve dans le collimateur de l’Occident. Mieux vaudrait conserver, pour l’instant, cette liaison de contentieux et geler le conflit avec le Hezbollah, insistent-elles. Hassan Nasrallah n’a-t-il pas lui-même adopté la politique de la main tendue lors de son dernier discours mercredi ?

Le Liban reste donc attaché à la politique de distanciation, et le texte de la déclaration ministérielle l’aidera dans ce sens. La polémique sur les armes du Hezbollah est inutile, estime le pouvoir, dans la mesure où, selon lui, la solution à ce problème relève d’une solution régionale, pas interne. Et, pour le Hezbollah, il n’est pas question de circonscrire la liberté d’action de la résistance à la légalité libanaise alors qu’elle dépend de l’Iran.

Le problème, c’est que la question des armes de la résistance, telle qu’évoquée par la déclaration ministérielle, se trouve en porte-à-faux avec la position internationale à ce sujet, exprimée par les ambassadeurs de l’Union européenne jeudi au Grand Sérail. Jusqu’à quand le pouvoir pourra-t-il ignorer la nécessité de retourner à la table de dialogue national autour de la stratégie défensive et du respect de la déclaration de Baabda, étape nécessaire sur la route des réformes structurelles qu’il compte entreprendre ? Toute la question est là – en attendant les développements régionaux et leur impact sur le sort des armes du Hezbollah.


Lire aussi

Quelle politique de distanciation après les propos de Nasrallah ?

Nasrallah prêt à demander à Téhéran une aide militaire pour l’armée

Il y a 13 ans, le CPL et le Hezbollah scellaient leur alliance


Pour mémoire

Nasrallah à Netanyahu : Le nouveau gouvernement n'est pas "le gouvernement du Hezbollah"


Et notre dossier

I- Les prémices libanaises de la naissance du Hezbollah

II – Le projet Hezbollah à l’ombre de la révolution iranienne

III – Le Hezbollah entre culture de l’espace et intégration au système libanais

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LIBAN D'ABORD

Cessons de rever
HB ne sera jamais aussi puissant que l'armee Israelienne
Israel a attaque le Liban a plusieurs reprises a chaque fois qu'elle etait attaque soit par les Palestiniens Fedayins a partir du territoire Libanais , soit a la demande des Chretiens du Liban qui lui doivent leur survie en 1982 qu'on le reconnaisse ou pas dans certains milieu Chretiens, soit en 2006 a la suite d'une attaque de HB sur ses soldats
HB est la pour controler le Liban pas pour faire la guerre a Israel car il sait ce qui lui en coutera a lui et a tout le Liban
HB controle qu'on veuille le reconnaitre ou pas le Liban entier et la division des Chretiens et meme des Sunnites est telle que ce controle se fera de plus en plus jusqu'a devenir le nouveau Liban dont personne ne reve evidement
HB suit un parcour concu pour dominer le Liban a la demande de l'Iran qui developpe son axe Iran Irak Syrie Liban et avance ses pions meticuleusement alors que nos dirigeants ne pensent qu'a leurs poches ET DISENT AMEN AMEN a tout
LE REVEIL SERA DUR

Wlek Sanferlou

Le plus grand cadeau fait à Kissinger et sa politique, Israël et ses partisans est de faiblir le Liban politique, le Liban culturel, le Liban économique et en faire un amassis de lambeaux.
Les Assad et le hezb ont offert ce cadeau car bluffés par une politique intelligente qui finit par polariser tout le moyen orient at aeternum, ou jusqu'à ce que le pétrole sèche.
D'ici là il faudra souffrir des caïds et leurs discours éternellement insipides alors que le peuple s'immole au feu pour rêver de passer la culture à son seul trésor...ses enfants.

Remy Martin

Un chose est sùre et certaine : Le Liban a 2 ennemis.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ASSEZ DE NOUS BERCER DU REVE D,ETAT FORT. LORSQUE LA DECISION DE GUERRE OU PAIX N,EST PAS AUX MAINS DE L,ETAT C,EST QU,IL N,Y A PAS D,ETAT ! IL Y A ACCAPAREMENT ET MAINMISE SUR LES PREROGATIVES DE L,ETAT... DONC, IL Y A L,ANARCHIE DE LA MAINMISE QU,IMPOSE UNE COMMUNAUTE SUR TOUTES LES AUTRES !

Chady

L'armée libanaise est combative et vaillante autant que vous le souhaitez mais elle dépend, de 1 d’une décision politique qui est toujours divisée (rappelons qu’au Liban la plus stupide des décisions peut créer des divisions et prendre des décennies avant de finalement trouver un compromis), de 2 elle ne dispose pas des armes nécessaires et l’arsenal du Hezbollah entre les mains du Hezbollah ne pèserait pas le même poids entre les mains d’une armée régulière.
Les armées irakiennes et syriennes sont bien mieux armées que l'armée Libanaise et on a vu la déconvenue qu’elles ont subites au début de la guerre.
Le Hezbollah a protégé le Liban des événements irako-syriens et cela s’est fait au prix d’un sang si cher dont vous ne mesurez pas l’importance parce que justement le Hezbollah n’a pas attendu que daesh et ci soient a Jounieh.
Commençons par acquérir des armes en tant qu’Etat Libanais, que ça soit d’Iran, de Chine ou de Tanzanie on s’en fout, puis mettons nous d’accord sur l’ennemie (pas de fausse déclaration la dessus ni d’ambiguïté), tout cela dans le cadre d’une stratégie défensive nationale, et ce sera déjà un bon début, le prélude a une discussion sur les armes du Hezbollah.

gaby sioufi

à l’heure où il se trouve dans le collimateur de l’Occident(hezb),Mieux vaudrait conserver, pour l’instant, cette liaison de contentieux et geler le conflit avec le Hezbollah "" HAHAHAHA !
la blague !
le conflit a ete si longtemps GELE qu'il n'y a vraiment plus besoin de congelateur,
puisque le sujet est "momifié" depuis belle lurette.

Tina Chamoun

L'article a omis de dire que ce sont des occupants de leur propre pays. Lol.

C.K

Purée quelle mise en scène sinistre et ridicule.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND L,ILLEGALITE SE SUSBSTITUE... PAR LE SPECTRE DES ARMES... A LA LEGALITE !

Irene Said

Et l'ARMEE LIBANAISE ET LEGITIME,

à quoi sert-elle...n'est-elle pas assez vaillante et combative pour défendre les intérêts du LIBAN ???

Irène Saïd

ACQUIS À QUI

La vérité, je vais vous la dire , toute cette équipe au pouvoir se tait sur les armes dissuasives de la résistance libanaise du hezb, parce que le moment venu quand le Liban aura à défendre ses intérêts sur les ressources de gaz pétrole, face aux usurpateurs de terre de mer et du ciel , il n'auront que la combativité des vaillants soldats du hezb .

VOUS comprenez où se trouve le business.

Et no wonder, si geagix fait le mou, c'est qu'il est prêt à en croquer lui aussi .

Avec le hezb libanais , on peut partager , mais avec un usurpateur, vous pouvez toujours courir . Lol.

M.E

Qui se souvient du slogan pré 2000 "seulement la 425"? 25 mai 2000: catastrophe de courte durée pour le Hezbollah avec le retrait israélien et l'application de la résolution 425 des Nations unies alors presto les syriens prétendent nous faire cadeau de quelques arpents occupés pour que le business du Hezbollah puisse continuer. Non vraiment il faut regretter Yasser Arafat car jamais il n'a pourri le pays comme ça

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Relations libano-syriennes : des changements en douce sans polémique gouvernementale

Commentaire de Anthony SAMRANI

Arabes-Israël : une liaison dangereuse

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué