X

Liban

A Zalka, un café offre une nouvelle vie à des handicapés mentaux

Social

Agonist Coffee Shop est un café situé à Zalka, employant des personnes atteintes de handicap mental. Le Dr Wassim el-Hage, kinésithérapeute et initiateur du projet, souhaite intégrer dans le monde du travail les personnes souffrant de trisomie et autres maladies mentales.

Tom SAVARY | OLJ
22/01/2019

Ghassan, la quarantaine, et Élie, trentenaire, atteints de trisomie 21, sont les réceptionnistes à Agonist Coffee Shop, un café situé à Zalka. Depuis son inauguration le 16 décembre dernier, le café est ouvert de 7 heures du matin à minuit. Il emploie des personnes handicapées mentales pour faire fonctionner le nouvel établissement. « Je suis kinésithérapeute et je travaille avec eux au quotidien. Après réflexion, j’ai eu l’idée d’ouvrir ce café en les faisant travailler car j’ai vu qu’ils avaient des capacités physiques et mentales leur permettant de faire ce travail », souligne le Dr Wassim el-Hage, 32 ans, qui est à l’origine de cette idée. Le but du Dr Hage est « d’intégrer dans la société » ces personnes si souvent mises à l’écart. Plusieurs rôles leur sont confiés, dont notamment le fait de prendre les commandes auprès des clients. Une carte conçue spécialement pour eux leur permet de prendre les commandes de la clientèle uniquement en faisant des croix.

Le sourire aux lèvres, lorsqu’un client entre dans le café, Élie vit une renaissance grâce à son travail. Farah, 26 ans, atteinte du syndrome d’Angelman, a la responsabilité de tenir la caisse. Maîtrisant quelques mots de français, elle dispose de toutes les capacités intellectuelles nécessaires pour remplir sa fonction avec brio. Au départ, le Dr Hage employait six personnes atteintes de handicap mental, mais vu la réussite de son projet et la forte demande, il a rapidement décidé d’augmenter ses effectifs à 10 personnes en mettant en place un emploi du temps adapté à tout le monde. Tous ont les aptitudes nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du café, que ce soit en nettoyant les tables, en servant les clients ou en utilisant la machine à café.


Les familles des handicapés mentaux
Devenus employés pour la première fois de leur vie pour certains, les handicapés s’épanouissent dans la société mentalement, mais aussi financièrement. Couvrir les frais médicaux est parfois très compliqué pour les familles, donc assurer un salaire supplémentaire au sein du foyer permet d’obtenir une stabilité financière durable.

Le recrutement s’est fait au sein de l’association Lebanese Down Syndrom Association avec la présidente Mme Naima Younès qui encadre les parents d’enfants handicapés. Suite au recrutement, il a fallu trois mois d’entraînement à blanc pour pouvoir inaugurer le café. Malgré toutes les difficultés rencontrées, Wassim el-Hage a persévéré pour assurer le fonctionnement du café. « Ils dansent sur les chansons de Michael Jackson, les employés sont heureux et viennent d’eux-mêmes au travail », souligne M. Hage. La fierté se lit dans ses yeux lorsqu’il prononce ces mots. Il est fier des progrès réalisés par chacun de ses employés, fier de leur épanouissement, fier de voir la réussite de son projet.


Une affaire de famille
Pour ouvrir Agonist Coffee Shop, Wassim el-Hage a obtenu un crédit d’une banque. Sans aucun soutien lors de la présentation de son projet et sans aucune confiance exprimée par de possibles partenaires, le Dr Hage a pris sa revanche et peut compter sur sa réussite personnelle. « Même en cas d’échec, j’étais obligé d’ouvrir ce café. Depuis maintenant trois ans, l’idée m’est venue à la tête, et grâce à Dieu c’est une réussite », relève-t-il.

Le premier bilan dressé un mois après l’ouverture est plus que positif, souligne Wassim. Un soutien infaillible de la part de sa famille, avec son frère Samer qui encadre les employés pour faire les différents cafés, et sa mère qui chaque matin concocte des salades et des sandwichs. « Ma plus grande réussite est d’avoir changé la mentalité de certaines personnes qui pensaient que les personnes atteintes de trisomie étaient violentes », souligne M. Hage. Les commerces aux alentours du café font preuve d’une très grande solidarité en laissant par exemple les clients du café se garer sur leur place de parking en attendant qu’une solution soit trouvée aux quatre seules places disponibles. Solidarité également au niveau de la municipalité de Zalka qui compte bien faire perdurer ce café très novateur.


Lire aussi
Ozy, un restaurant à Ehden qui n’emploie que des personnes à besoins spéciaux

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LIBAN D'ABORD

C'EST TOUS LES HANDICAPES QUI DEVRAIENT POUVOIR TROUVER UN TRAVAIL ADEQUAT AU LIBAN
METTRE LE MOT MENTAUX APRES HANDICAPES ENLEVE BEAUCOUP D'AUTRES FORMES DE HANDICAPE

FELICITATIONS POUR CETTE BELLE INITIATIVE
ON VISITERA SUREMENT EN GROUPE

Fernaine Christian

C’est une bonne initiative, le concept que Dr Hage à développer exite il y a plus d’un an sur Paris sous le nom “ Café Joyeux” crée par Yann Bucaille.

Zablit Claire

Vous faites honneur à cette initiative personnelle . bravo, mais utilisez les termes “ personnes qui ont un handicap mental Merci

Eddy

C'est super belle cette initiative. Bravo du fond de mon coeur. J'y viendrai surement.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué