Automobile

L'Etat français lâche Carlos Ghosn et demande la désignation d'un successeur

"J'ai toujours indiqué, en rappelant la présomption d'innocence de Carlos Ghosn, que s'il devait être durablement empêché, nous devrions passer à une nouvelle étape. Nous y sommes", affirme le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire.

Carlos Ghosn, le 1er octobre 2018 à Paris. Photo d'archives REUTERS/Regis Duvignau

L'Etat français, premier actionnaire de Renault, a demandé mercredi la tenue d'un conseil d'administration du constructeur, "dans les prochains jours", pour désigner un successeur à son PDG Carlos Ghosn incarcéré depuis près de deux mois au Japon.

C'est le ministre de l'Economie Bruno le Maire qui a officialisé cette demande, en souhaitant "que ce conseil d'administration désigne une nouvelle gouvernance pérenne pour Renault". Interrogé pour savoir si cela signifiait que M. Ghosn allait être remplacé, il a répondu : "Tout à fait".

Incarcéré depuis le 19 novembre au Japon, Carlos Ghosn est notamment accusé par la justice de dissimulation de revenus aux autorités boursières, d'abus de confiance et de déclaration de revenus amoindris. Il risque jusqu'à 15 ans de prison et devrait rester en détention jusqu'à sa comparution, prévue dans plusieurs mois.

"J'ai toujours indiqué, en rappelant la présomption d'innocence de Carlos Ghosn, que s'il devait être durablement empêché, nous devrions passer à une nouvelle étape. Nous y sommes", a reconnu M. Le Maire sur la chaîne LCI. "Dans cette nouvelle étape, nous avons besoin maintenant d'une nouvelle gouvernance pérenne pour Renault", a-t-il ajouté. "J'ai demandé explicitement, comme actionnaire de référence, que le conseil d'administration de Renault soit convoqué dans les prochains jours", a-t-il expliqué.

L'État français est le premier actionnaire de Renault, avec 15,01% du capital. Nissan en détient 15%, mais sans droits de vote en assemblée générale. Renault contrôle pour sa part 43% de Nissan, qu'il a sauvé de la faillite il y a près de 20 ans.


(Lire aussi : Dans une lettre à HRW, Carole Ghosn dénonce le traitement « cruel et inhumain » infligé à son époux)


Plainte envisagée par Nissan

Le ministre n'a pas précisé si le nouveau PDG prendrait aussi la tête de l'alliance avec les japonais Nissan et Mitsubishi mais a rejeté clairement la redistribution des participations au sein de l'Alliance, premier constructeur mondial.

Plusieurs émissaires du gouvernement français avaient été dépêchés à Tokyo pour s'entretenir mercredi avec des protagonistes du dossier Renault-Nissan, laissant présager une accélération du calendrier pour la succession de M. Ghosn.

Jusqu'à son arrestation, M. Ghosn cumulait la fonction de PDG de Renault avec celles de patron de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et de président des conseils d'administration de Nissan et de Mitsubishi Motors. Il a depuis été déchu de ses fonctions chez les deux partenaires, et Nissan doit nommer un remplaçant dans les mois à venir.

Le groupe Nissan a lancé une enquête interne depuis le début de l'affaire qui charge l'ancien sauveur du groupe et pourrait déposer plainte contre lui.

Pour succéder à Carlos Ghosn, quelques noms reviennent régulièrement dans la presse française. Nommé numéro deux il y a un an, M. Bolloré fait figure de dauphin officieux pour succéder à M. Ghosn à la direction générale du constructeur français.

Des médias font aussi écho d'une gouvernance scindée avec la nomination d'un président non exécutif, le nom de Jean-Dominique Senard, président sortant de Michelin, revient régulièrement pour ce poste. Mercredi soir, Bruno le Maire a par ailleurs loué les qualités de ce dernier. "C'est un grand industriel, un homme qui a une conception sociale de l'entreprise et qui l'a démontré à plusieurs reprises", a-t-il déclaré, soulignant qu'il était "un spécialiste du secteur automobile".


Lire aussi

Mouna Sepehri, personnage clé de Renault, dans les turbulences de l'affaire Ghosn

Carlos Ghosn : ce dont il est accusé, ce qu'il répond

Cinq choses à retenir de la première comparution de Carlos Ghosn


L'Etat français, premier actionnaire de Renault, a demandé mercredi la tenue d'un conseil d'administration du constructeur, "dans les prochains jours", pour désigner un successeur à son PDG Carlos Ghosn incarcéré depuis près de deux mois au Japon.

C'est le ministre de l'Economie Bruno le Maire qui a officialisé cette demande, en souhaitant "que ce conseil d'administration...

commentaires (8)

Tu quoque mi filius.

FRIK-A-FRAK

23 h 39, le 16 janvier 2019

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Tu quoque mi filius.

    FRIK-A-FRAK

    23 h 39, le 16 janvier 2019

  • Bon ça bouge au niveau de l’exécutif français . Ils ont laissé faire les japonais chez eux avec leur pseudo justice pénale et maintenant il vont essayer de sauver Le joyaux Renault et le groupe ainsi que l’image de l’ex pdg.

    L’azuréen

    22 h 46, le 16 janvier 2019

  • Un homme intègre et expérimenté. Merci.

    Sarkis Serge Tateossian

    22 h 28, le 16 janvier 2019

  • Le ministre de l'économie Bruno Le Maire étant un homme intégré et experimente, faisons lui confiance et attendons encore un peu pour évaluer la suite. Espérons une suite la meilleure possible à Carlos Ghosn

    Sarkis Serge Tateossian

    22 h 13, le 16 janvier 2019

  • JE REPREND MA REACTION PRECEDENTE. ILS LE LACHENT AU LIEU DE NOMMER DES AVOCATS POUR LE SOUTENIR S,IL EST INNOCENT CERTES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 58, le 16 janvier 2019

  • BON REVEIL !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 57, le 16 janvier 2019

  • LA DÉLÉGATION FRANÇAISE SE DÉPLACE À TOKIO POUR COMPLÉTER LE SALE BOULOT INFLIGÉ PAR JALOUSIE À CARLOS ET POUR POUSSER UN PEU PLUS LE COUTEAU ENFONCÉ DANS SON DOS. C'EST BIEN ÇA LE SECRET.

    Gebran Eid

    16 h 46, le 16 janvier 2019

  • Côté français ça commence à bouger... Une délégation représentant le gouvernement à Tokyo Une enquête très fournie de plus d'une heure sur France 2 demain soir....à une heure de grande écoute

    Sarkis Serge Tateossian

    14 h 17, le 16 janvier 2019