X

À La Une

Meurtre de Khashoggi : ce que l'on sait sur les suspects saoudiens

Arabie saoudite

21 suspects détenus, cinq responsables limogés, 17 Saoudiens sanctionnés par Washington...


OLJ/AFP
03/01/2019

Le procès de 11 suspects dans l'affaire du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi s'est ouvert jeudi à Riyad. Voici ce qu'on sait sur les suspects détenus en Arabie saoudite, ainsi que sur les hauts responsables limogés et les personnes sanctionnées par Washington :

21 suspects

Au total 21 suspects sont détenus, a annoncé le 15 novembre le bureau du procureur général à Riyad. Leur identité n'a pas été révélée. Onze ont été inculpés et présentés le 3 janvier devant une cour pénale à Riyad où le procureur a exigé "des punitions adéquates". Le procureur a requis la peine de mort contre cinq d'entre eux pour leur "implication directe dans le meurtre" du journaliste qui collaborait notamment au Washington Post.


Cinq responsables limogés

Le 19 octobre, les autorités saoudiennes ont annoncé le limogeage de cinq hauts responsables identifiés et la détention de 18 suspects non identifiés (ils sont maintenant 21, dont 11 inculpés).

Les hauts responsables limogés:

- Le vice-président des services de renseignement (General intelligence presidency - GIP), le général Ahmed al-Assiri, accusé selon le procureur d'avoir ordonné à une équipe de 15 agents saoudiens de ramener "de gré ou de force" Khashoggi en Arabie saoudite.

- Saoud al-Qahtani, conseiller à la Cour royale. Le bureau du procureur semble s'être référé à lui quand il a parlé d'un "ancien conseiller" qui a joué un rôle central dans les préparatifs de l'opération, notamment en rencontrant le chef de l'équipe d'agents sur le départ pour Istanbul.

Ahmed al-Assiri et Saoud al-Qahtani étaient deux proches collaborateurs du prince héritier Mohammad ben Salmane, fils du roi Salmane, qui a été totalement dédouané à plusieurs reprises par des responsables politiques et judiciaires saoudiens.

- Mohammad al-Rumaih, chef adjoint au GIP (affaires de renseignement).

- Abdallah al-Shaya, chef adjoint au GIP (ressources humaines).

- Rashad al-Muhamadi, directeur au GIP (sécurité et protection).

Les autorités saoudiennes n'ont pas précisé si les cinq hauts responsables limogés avaient été interpellés ou détenus.


(Lire aussi : Le roi Salmane essaye de tourner la page Khashoggi)


17 Saoudiens sanctionnés par Washington

Le Trésor américain a annoncé le 15 novembre des sanctions ciblées contre 17 responsables saoudiens pour leur "responsabilité ou leur complicité" dans le meurtre de Khashoggi. Parmi eux figurent:

- Saoud al-Qahtani, "pour son rôle dans la préparation et l'exécution de l'opération" contre le journaliste.

- Maher Mutreb, présenté par Washington comme un "subordonné" de M. Qahtani. L'opération a été "coordonnée et exécutée" par M. Mutreb, selon le communiqué du Trésor américain.

- Mohammad al-Otaibi, consul général saoudien à Istanbul qui avait la responsabilité de la mission diplomatique au moment des faits.

Des journaux turcs et américains ont affirmé que M. Mutreb avait lui aussi des liens avec Mohammad ben Salmane.

Selon le Washington Post, la CIA a conclu que le prince héritier, surnommé MBS, avait commandité l'assassinat de Khashoggi. Le 13 décembre, le Sénat américain a adopté une résolution, estimant que Mohammad ben Salmane "est responsable du meurtre" de Khashoggi.


Restes introuvables

L'enquête officielle saoudienne a conclu que le meurtre de Khashoggi avait été commis au consulat "après une altercation physique avec la victime" "qui a été retenue de force" et s'est vu injecter "une grande quantité de drogue". Ceci a "entraîné une surdose ayant conduit à sa mort, qu'Allah bénisse son âme", a dit le bureau du procureur général. Son corps a ensuite été "démembré" et livré à un "collaborateur" à l'extérieur du consulat. Les restes de Khashoggi n'ont toujours pas été retrouvés. 


Lire aussi

Quand Riyad censure Netflix à cause d’une critique contre MBS

L'affaire Khashoggi n'a pas provoqué de crise à Riyad, selon le nouveau ministre saoudien des AE

La survie de MBS est loin d’être menacée

Pourquoi l’Occident ne peut pas divorcer de l’Arabie saoudite

Khashoggi et d'autres journalistes persécutés personnalités de l'année pour le magazine Time

Malgré l’affaire Khashoggi, pas de rapprochement Arabie-Qatar en perspective


Pour mémoire

Si les Saoudiens occultent le geste du Sénat américain, ce sera une « très grosse erreur »

Remaniement ministériel à l'accent culturel et religieux en Arabie saoudite


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUS FIDELES DE L,UNE DES DEUX FACES DE LA MEME MONNAIE DE L,OBSCURANTISME ET DE LA BARBARIE !

MIROIR ET ALOUETTE

N'aurait il pas été plus simple et plus crédible de donner la version de l'accident le jour même de " l'accident " ?

Mais on aurait donné spontanément la version de l'accident que si il y avait eu accident.

Pas un mois plus tard.

PARCE QUE IL N'Y A PAS EU ACCIDENT MAIS COMMANDITATION.

Par qui ? "On" a décidé de ne pas le vendre, pas pour l'instant. Du moins.

Bustros Mitri

Et la tête de tout ce montage???

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

En attendant que le premier drone livre ses secrets...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants