X

Moyen Orient et Monde

Téhéran s’enfonce... littéralement

Rapport

À force de constructions et de pompage des ressources hydrauliques souterraines, une partie de la capitale iranienne s’affaisse de presque 25 centimètres par an. Une conséquence « logique » de son inexorable urbanisation.


08/12/2018

Au pied de l’Elbourz, les Téhéranais seraient menacés par un sérieux affaissement de leur ville. C’est ce que viennent de démontrer deux chercheurs du German Research Centre for Geosciences (GFZ) de Potsdam en Allemagne. Leur étude, qui s’appuie sur des données satellite collectées ces quinze dernières années, montre que toute une partie de la capitale s’affaisserait de presque 25 centimètres chaque année. Le phénomène touche jusqu’à l’aéroport international Imam-Khomeyni, qui s’enfonce de 5 centimètres par an depuis 2003.

Le rapport, publié dans la revue scientifique Remote Sensing of Environment, explique que la plaine occidentale de Téhéran, où se mélangent étendues urbaines périphériques, villes satellites et terres agricoles, serait la région la plus touchée du pays. De même pour la plaine de Varamin, haut lieu historique de la Perse situé dans la partie sud de la province de Téhéran.

« Certaines de ces zones abritaient des activités agricoles et industrielles auparavant. Mais avec l’expansion de Téhéran, elles se sont récemment transformées en quartiers résidentiels », décrypte Mahdi Motagh, contacté par L’Orient-Le Jour. Ce scientifique a identifié avec son collègue Mahmoud Haghshenas Haghighi que cet affaissement s’étendrait dangereusement vers l’est, au cœur de la plus grande métropole de l’Asie occidentale.

Le phénomène n’est pas nouveau dans la région du Grand Téhéran, qui abrite près de 13 millions de personnes. En cause, l’épuisement des sols, notamment au niveau des aquifères, alors que sont sous pression les ressources hydrauliques en raison des activités humaines. L’inéluctable pression démographique qui pèse sur Téhéran, l’une des métropoles les plus peuplées du monde, requiert d’immenses besoins en eau, notamment pour l’irrigation agricole, et en espaces profonds pour les fondations des tours et des nouveaux immeubles. « Le nombre de puits dans la région est passé de tout juste 4 000 en 1968 à plus de 32 000 en 2012 », précise l’étude. Avec l’apparition de graves sécheresses ces dernières années, le niveau des eaux contenues dans les sous-sols de la région de Téhéran a baissé de près d’une quinzaine de mètres par rapport à celui de 1984. Et avec lui, le niveau d’élévation à la surface.

(Lire aussi : LebQuake : les séismes désormais tout proches)

« Rien n’arrêtera le phénomène »
« Ces dernières années, on nous a signalé des dommages sévères », explique Mahdi Motagh, pour qui « les gens sont plus sensibilisés sur ces questions depuis que le problème est devenu plus visible. La presse iranienne en a parlé, ce qui a contribué à faire réagir l’opinion publique et les politiques ». De larges fissures sont apparues il y a peu au sud de la ville, mettant en péril notamment la sécurité des lignes de chemin de fer. Régulièrement, des paysans se retrouvent bloqués dans de larges trous après que la terre se fut dérobée sous leurs engins, témoigne-t-on du côté du Centre de recherche des constructions et de l’habitat de Téhéran.

Pour Roberto Tomas, chercheur à l’Université d’Alicante, interrogé par Nature, « les chiffres de l’affaissement à Téhéran sont parmi les plus sérieux au monde ». S’il confirme que « l’affaissement à Téhéran est un grand danger », Mahdi Motagh estime qu’il est impossible de déterminer une échéance précise avant qu’une catastrophe de grande ampleur se produise. « Tout dépend des types de construction, de la profondeur des fondations, des matériaux utilisés… » « Mais le bon côté des choses est que nous pouvons le stopper en ayant les bons réflexes, en corrigeant l’impact de l’activité humaine, nuance-t-il. Si l’Iran ne revoit pas ses politiques de gestion des ressources en eau, rien n’arrêtera le phénomène. »

* Haghshenas Haghighi, M. & Motagh M., 2018. « Ground Surface Response to Continuous Compaction of Aquifer System in Tehran, Iran : Results from a Long-Term Multi-Sensor InSAR Analysis. Remote Sensing of Environment ». DOI : 10.1016/j.rse.2018.11.003


Pour mémoire
Séisme dans l'ouest de l'Iran : 700 blessés, dégâts limités

Cinq blessés légers dans une série de séismes au sud et à l’ouest de l’Iran

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

les pauvres teheranais .. il paye de leur avenir pour un etat qui lui s'en fiche pas mal pourvu qu'il puisse dominer ailleurs …

gaby sioufi

OLJ, vous etes accuses de trahison supreme a la cause perso vali fakihienne !
VOILA.
gare a vous le jour ou ce dernier prendra les rennes du pouvoir pour de vrai, ouvertement.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA SOLIDARITE MOUMANA3ISTE LA REFLOTTERAIT PAR DES PRIERES ...

Honneur et Patrie

"Téhéran s'enfonce littéralement 25 centimètres par an. Une conséquence logique de son urbanisme urbanisation." (L'OLJ du 8/12/18).
Le Liban-Sud s'enfonce littéralement X centimètres par an. Une conséquence logique du poids des armes étrangères et autre matériel de guerre accumulés sur ce territoire.

Fan Phare Rond

PUFFFFF !!!!!!! MAIS ARRËTEZ DONC DE NOUS POMPER L'AIR AVEC CE GENRE D'INFOS INUTILES QUI NE TROMPENT PERSONNE QUANT A LEUR CREDIBILITE , DEBILE .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants