X

Liban

LebQuake : les séismes désormais tout proches

Nouveaux médias

L’application est développée par le Centre national de géophysique qui relève du CNRS. Elle est disponible sur les systèmes Android et IOS.

N. M. | OLJ
07/12/2018

Une première au Liban et au Moyen-Orient. Le Conseil national de géophysique (CNG), qui relève du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) a lancé hier LebQuake, une application gratuite qui fournit des informations sur l’activité sismique au Liban : la magnitude, l’heure à laquelle un séisme se produit selon les heures locale et universelle (UTC), la localisation et les coordonnées du séisme, sa distance de Beyrouth et de la localité la plus proche de son épicentre et de l’utilisateur de l’application.

Disponible sur les systèmes IOS et Android, l’application permet aussi à l’utilisateur de consulter d’autres tremblements de terre survenus au cours du dernier mois, mais aussi de notifier le CNG au cas où il aurait ressenti le séisme, ce qui lui permettrait de parfaire ses analyses et ses études, mais aussi de mieux comprendre les caractéristiques architecturales des régions où le séisme a été ressenti. Dans un premier temps, les notifications des utilisateurs ne seront reçues que par le CNG, et ce pour éviter les fausses alertes et pour mieux filtrer les informations reçues. « D’ailleurs, pour pouvoir nous alerter d’un séisme, l’utilisateur doit créer un compte sur l’application, ce qui nous permet d’entrer en contact avec lui pour avoir de plus amples informations », explique Marlène Brax, directrice du CNG, au cours d’une conférence de presse tenue hier dans les locaux du CNRS à Jnah.

De son côté, le secrétaire général du CNRS, Mouïn Hamzé, a souligné que « le lancement de cette application s’inscrit dans le cadre des fonctions du CNRS qui a pour mission de fournir des informations scientifiques précises aux institutions officielles, aux parties concernées ainsi qu’aux citoyens ». Il a indiqué dans ce cadre que « la divulgation d’informations scientifiquement prouvées aide l’opinion publique à mettre au clair des concepts et des données véridiques et crédibles, loin des interprétations arbitraires et irrationnelles ». « Le CNRS insiste à offrir au grand public des connaissances scientifiques de manière transparente et claire et qui répondent à leurs interrogations dans les différents domaines de la science », a insisté M. Hamzé, ajoutant qu’à travers cette application, le CNG a pour objectif « de fournir à l’opinion publique des informations précises, rapides et sûres, ce qui permet de limiter les fausses informations qui circulent, notamment sur les réseaux sociaux, à la suite d’un séisme ».


(Lire aussi : Au Liban, 15 000 vieux bâtiments risquent de s’effondrer en cas de séisme important)


Filtrer les informations

Quatre couleurs ont été adoptées pour classifier les séismes : le vert pour les séismes de magnitude inférieure à 3 sur l’échelle Richter, le jaune pour les séismes de magnitude variant entre 3 et 4, l’orange pour ceux d’une magnitude allant entre 4 et 5 et le rouge pour les séismes dont la magnitude est supérieure à 5.

L’utilisateur peut filtrer les informations qu’il désire recevoir. Ainsi, il peut choisir de recevoir toutes les alertes relatives à l’activité sismique, de n’en recevoir aucune ou encore celles relatives à des magnitudes de son choix (supérieures à 2, 3, 4 et 5). Comme il peut choisir d’être notifié des séismes récents ou encore de ceux vieux d’un mois.

Il est à souligner que le CNG enverra des alertes sur les séismes selon leur importance. Cela est d’autant plus important que le Liban enregistre près de 600 tremblements de terre annuellement, sachant que près de dix d’entre eux seulement sont ressentis.

Pour l’instant, l’application n’est disponible qu’en anglais. Les versions française et arabe sont toujours en cours de développement. En ce qui concerne le timing du lancement de l’application, il ne coïncide pas avec un tremblement de terre prévu. Il n’y a donc pas lieu de paniquer.



Pour mémoire

Série de secousses à travers le Liban, mais il n’y a pas lieu de paniquer


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES TREMBLEMENTS POLITIQUES ET INTERNES SONT PLUS SERIEUX ET PLUS DANGEREUX QUE CEUX DE LA NATURE !

Georges MELKI

"...mais aussi de mieux comprendre les caractéristiques architecturales des régions où le séisme a été ressenti."
C'est parfait, sauf que ce qui importe c'est de mieux comprendre les caractéristiques architectoniques des régions où le séisme a été ressenti!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué