X

À La Une

La Syrie plus sûre que les pays hôtes des réfugiés, affirme l'ambassadeur syrien au Liban

Liban

La SG libanaise a organisé une nouvelle opération de rapatriement "volontaire" de plus de 1.200 réfugiés syriens.

OLJ
06/12/2018

L'ambassadeur syrien au Liban, Ali Abdel Karim Ali, a appelé les réfugiés syriens à rentrer dans leur pays, assurant que "la Syrie est plus sûre que certains pays hôtes", alors que plusieurs centaines de réfugiés ont pris le chemin du retour jeudi dans la dixième opération de rapatriement "volontaire" organisée par la Sûreté générale libanaise. 

A l'issue d'une réunion au siège de l'ambassade syrienne avec le comité central du Courant patriotique libre (aouniste) pour le retour des réfugiés, M. Ali a affirmé que "la Syrie est plus sûre que certains pays hôtes". "La Syrie a besoin que ses habitants rentrent, après les grandes victoires remportées contre le terrorisme sur la majorité de son territoire", a-t-il lancé, assurant que "les Syriens savent que les soins médicaux, l'enseignement et tous les besoins de première nécessité leur seront assurés chez eux, plus qu'ils ne le sont dans les pays où ils se trouvent actuellement". 

L'ambassadeur syrien a fait ces déclarations alors que la SG libanaise a organisé le rapatriement "volontaire" de 1.230 réfugiés syriens, au cours de sa dixième opération du genre depuis le mois de juin.

Comme pour les rapatriements précédents, les réfugiés inscrits sur les listes de la SG et dont le retour a été préalablement approuvé par le régime de Damas sur la base de listes nominatives, s'étaient réunis dès l'aube aux différents points de rassemblement précisés, à Beyrouth, Tripoli, Aboudiyé, Nabatiyé, Saïda, Tyr, Chebaa, Bourj Hammoud, Masnaa et Ersal. A ces points de rendez-vous, la SG a vérifié l'identité des réfugiés sur le départ, en présence notamment de représentants du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), de l'armée libanaise et de l'International Rescue Committee, selon l'ANI.

Les convois traversant la frontière étaient constitués des véhicules personnels des réfugiés et d'une vingtaine de bus affrétés par le régime syrien. Les réfugiés sont rentrés dans de nombreux villages du Qalamoun syrien et de la grande banlieue de Damas, a également précisé l'agence.


(Pour mémoire : Réfugiés syriens : Merhebi accuse Bassil de paralyser le travail de la commission ministérielle)


Ces départs se poursuivent malgré des interrogations sur la sécurité de ces réfugiés qui rentrent chez eux. Le ministre d’État sortant pour les Affaires des réfugiés, Mouïne Merhebi, avait affirmé début novembre que de nombreux réfugiés sont soumis à des exactions lors de leur retour en Syrie, certains étant tués et d'autres emmenés de force accomplir leur service militaire, mais le président Michel Aoun avait assuré ne pas être au courant de telles informations.
La directrice de Human Rights Watch au Liban, Lama Faqih, avait de son côté accusé les forces de sécurité libanaises d'exercer des pressions sur les réfugiés afin de les pousser à rentrer dans leur pays, ce qu'avait démenti la SG.

Le Liban accueille quelque 1,3 million de réfugiés syriens ayant fui le conflit qui ravage leur pays depuis 2011, selon le directeur général de la SG, le général Abbas Ibrahim. Selon le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (UNHCR), un peu plus de 970.000 y sont enregistrés. Fin septembre, le général Ibrahim avait affirmé à l’agence Reuters que 50.000 Syriens avaient pu regagner leur pays depuis le début de l’année, estimant qu’à ce rythme, le nombre de rapatriements pourrait atteindre 200.000 d’ici à un an. La Russie avait annoncé en juillet une initiative pour le retour massif des réfugiés syriens au Liban et en Jordanie, sans attendre une solution politique dans leur pays comme le préconise la communauté internationale. Mais le président Michel Aoun avait indiqué que l'application de cette initiative était au point mort, "pour des raisons financières".


Lire aussi
Le dossier des déplacés syriens entre le Vatican et le Liban, le décryptage de Scarlett Haddad

« Des déplacés syriens rentrés chez eux ont été tués par le régime Assad », affirme Mouïn Merhebi

Le pacte mondial sur les réfugiés apportera-t-il des réponses au Liban ?

De Beyrouth à Babila, une famille syrienne fait le pari du retour

Le HCR supervisera le retour des réfugiés syriens lorsque les conditions seront assurées

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Liberté de Penser

Un ‘ambassadeur’ digne de ce nom, aurait dû commencer ses propos en remerciant les pays qui ont accueilli ses compatriotes ainsi que leur population. C’est la moindre des politesses et la courtoisie la plus élémentaire ! Ensuite, puisque la Syrie est aussi sûre, pourquoi les déplacés syriens ne rentrent pas chez eux. Le Ministre Gebran Bassil l’a proposé plus d’une fois mais on l’a tout de suite traité de xénophobe. Que ce soit clair, il est hors de question que ces déplacés syriens restent au Liban, voilà La Vraie Ligne Rouge.

L’azuréen

Au revoir et bon vent !

Wlek Sanferlou

Que c'est vrai ces mots sages de l'en-bas-soudeur de six-rires: la Syrie est si SURE de son incapacité de les recevoir qu'elle les laisse aux voisins ..

Bery tus

hahahaha meme pas la peine de répondre a cet énergumène venue d'un autre age

Rossignol

Si c'est l'Ambassadeur de Syrie qui le dit...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUELLE SYRIE CAR POUR L,INSTANT IL Y EN A PLUSIEURS ET AUCUNE N,EST A L,ABRI DES ATTENTATS ET DE L,INSECURITE !

Irene Said

P.S.
Une chose est évidente...
Monsieur Ali Abdel Karim Ali,

c'est n'est pas la gratitude envers le Liban qui a accueilli durant des années généreusement vos compatriotes, qui semble devoir vous étouffer !
Irène Saïd

Le Faucon Pèlerin

Avec 465.000 morts et disparus en 7 ans, la Syrie est plus sûre que les pays hôtes des réfugiés. Bravo !
Alors, pourquoi les réfugiés s'accrochent-ils en Jordanie et au Liban ?

Irene Said

Parfait,
Monsieur Ali Abdel Karim Ali,

vous pouvez vous aussi monter dans un de ces bus et retourner dans votre pays.
Car on se demande en quoi consiste exactement votre fonction, sinon de toujours apparaître au mauvais endroit, et de parler inutilement au mauvais moment.
Notre pays peut aussi très bien vivre, sinon mieux, sans votre présence.

Irène Saïd




Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué