X

Liban

« Des déplacés syriens rentrés chez eux ont été tués par le régime Assad », affirme Mouïn Merhebi

Réfugiés

« Le gouvernement russe devrait presser les autorités syriennes de mettre fin à leurs exactions », déclare à « L’Orient-Le Jour » le ministre sortant pour les Affaires des réfugiés.

Claude ASSAF | OLJ
08/11/2018

Le ministre d’État sortant pour les Affaires des réfugiés, Mouïn Merhebi, a affirmé qu’il détient des informations selon lesquelles des déplacés syriens rentrés dans leur pays ont été tués récemment aux mains de responsables du régime de Damas. « Le dernier crime en date a été commis contre une famille dans la localité de Barouha (rif de Homs) », a affirmé il y a quelques jours M. Merhebi à l’agence de presse turque Anadolu, indiquant que « des forces du régime syrien sont entrées dans la maison de la famille, tuant le père ainsi que son fils et son neveu ».

Joint par L’Orient-Le Jour, le ministre déclare que « les exactions se sont multipliées ces derniers temps », soulignant qu’il n’a pas voulu en parler auparavant « pour ne pas créer un climat de perturbation et de panique ni influencer les déplacés qui désireraient rentrer chez eux ». « Au début de l’été, un massacre a été perpétré à Flita, laissant croire à un fait divers sur fond de vengeance, mais depuis juin, les crimes sont devenus très fréquents », note-t-il à ce propos, faisant référence à un rapport de l’Association des droits de l’homme en Syrie, « qui fait état d’ores et déjà de 38 meurtres ». « Il est donc difficile dans ce contexte de croire qu’il s’agit de règlements de comptes individuels », estime M. Merhebi, relevant qu’il détient des preuves selon lesquelles « des éléments du régime syrien ont fait irruption dans la maison de Barouha et ont tué un homme et deux adolescents dont l’âge ne dépasse pas quinze ans ». Le ministre indique que des proches de cette famille lui ont affirmé d’une part que, « depuis 2014, leurs autres parents sont détenus dans les geôles syriennes », et d’autre part que « les victimes, rentrées du Liban il y a huit mois dans cette localité à majorité alaouite, appartiennent à la communauté sunnite ».



(Lire aussi : Quelque 90 000 Syriens sont rentrés chez eux depuis juillet, selon la SG)



M. Merhebi évoque dans ce contexte « la discrimination qui s’opère à l’égard des déplacés, certains étant admis à retourner en Syrie et d’autres non ». « Ces derniers ne possèdent plus rien parce que leurs maisons et leurs terres ont été envahies et réquisitionnées », affirme-t-il, soulignant qu’il rencontre néanmoins sur le terrain de nombreux Syriens qui « expriment le besoin et l’envie de retourner, même si leurs sources de revenu leur ont été volées et qu’ils font l’objet de sérieuses menaces ». Le ministre exhorte à cet égard le gouvernement russe, qui a entamé une initiative de retour, à « aider ces dizaines de milliers de familles à rentrer, en demandant au régime syrien d’arrêter ses pratiques condamnables ». « Quant au Hezbollah, qui appelle aussi au retour, il suffit qu’il se retire de Kousseir, Qalamoun et Zabadani, pour qu’une majorité écrasante de sunnites originaires de ces régions y retournent », propose M. Merhebi, ne manquant pas d’appeler le Courant patriotique libre à « faire pression sur son allié, sur le régime syrien et sur la Russie pour qu’ils prennent des mesures propres à favoriser le retour de ces déplacés, qui au final préfèrent mourir sur leur sol plutôt que de vivre l’humiliation dans les camps ». Le ministre appelle aussi le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) à « coordonner ses efforts avec les autorités libanaises et syriennes, et à assurer des aides à l’intérieur même de la Syrie pour ne pas pousser ceux qui sont rentrés dans leur pays à faire marche arrière et revenir au Liban ».

La question des déplacés syriens a par ailleurs été évoquée par la commission parlementaire des Affaires étrangères et le coordinateur des Nations unies pour les affaires humanitaires au Liban, Philippe Lazzarini, au cours de leur réunion au siège du Parlement. Nawaf Moussaoui, député du Hezbollah qui participait à la séance, a critiqué sans ambages les prestations de la communauté internationale, estimant que « toute l’aide qu’elle a présentée à ce jour est bien moindre que ce qu’elle devait offrir ». « Le soutien de la communauté internationale à la question des déplacés devrait viser les infrastructures libanaises qui, le cas échéant, seraient propres à servir les déplacés en même temps que leurs hôtes », a suggéré M. Moussaoui, recommandant que « les Nations unies s’impliquent par exemple dans un plan sur l’électricité, dans l’amélioration des hôpitaux gouvernementaux et dans le développement des hôpitaux publics ». « Votre insistance à lier la solution politique (de la crise syrienne) au retour des déplacés retarde ce retour », a ajouté par ailleurs le député du Hezbollah.


Retour volontaire ce matin

Notons que la Direction générale de la Sûreté générale mène ce matin à partir de 6h une nouvelle opération de retour volontaire à travers les postes-frontières de Masnaa et Abboudiyé. La SG a appelé dans ce cadre les déplacés syriens à se rassembler autour de huit points de ralliement : le centre d’exposition de Tripoli (Liban-Nord), le centre culturel Kamel Jaber à Nabatiyé (Liban-Sud), le centre culturel Bassel el-Assad (Tyr), la Cité sportive (Beyrouth), ainsi que des points dans la Békaa et à Ersal.

Selon un communiqué publié récemment par la Sûreté générale, plus de 87 000 déplacés sont retournés en Syrie depuis juillet dernier.


Lire aussi

Une nouvelle vague de réfugiés syriens quitte le Liban

Le Liban accueille aujourd'hui 1,3 million de réfugiés syriens, selon la SG

Assad décrète une amnistie pour les déserteurs de l’armée

Aoun appelle Ottawa à faciliter le retour des réfugiés syriens

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

Ecoutez , je prierai le hezb d'accepter de transiger sur le cas des ministres sunnites et d'accepter la formation du gouvernement , rien que pour voir ce ministre sortant , vraiment sortir .

Il sort d'où çuilà ??

ACE-AN-NAS

Comment peut on être ou se dire libanais et ne pas se réjouir de ces départs , au point d'en (faire) dire ( inventer ) des choses qui empêcheraient que ces pauvres refugiés rentrent chez eux ?????

C'est parait il , en plus , un ministre du gouvernement sortant ! sortant ? vite fait svp !

Mich ma3ouleh !!!!

Irene Said

Que le soi-disant Héros de Damas tienne ses promesses et engagements envers son propre peuple aurait été surprenant !
Quelques morts de plus ou de moins pour assurer son pouvoir...comme d'habitude...
Irène Saïd

Tina Chamoun

On parle de retour volontaire. Donc ceux qui ont des proches dans les geoles syriennes savent qu'ils sont peut-être dans le collimateur de l'état syrien et ils ont choisi de rentrer quand même? Hum il me semble qu'il y a une désinrfomation quelque part. Mr. Merhabi craint plus pour les replacés que ces derniers pour eux-mêmes? Votre bonté va finir par vous perdre Monsieur.

Tina Chamoun

Faisons-les revenir alors! Le pays semblait un peu vide depuis leur départ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,ETAIT A PREVOIR !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué