X

À La Une

Wahhab : Je ne sais pas si Hariri mérite encore le titre de Premier ministre

Liban

"Nous connaissons nos droits, et nous vous demandons de connaître les vôtres", lance le directeur des FSI, critiquant l'ancien ministre druze sans le nommer.

OLJ
05/12/2018

L'ancien ministre druze prosyrien Wi'am Wahhab a déclaré mercredi qu'il refusait tout recours à la vengeance après la mort de son garde du corps, Mohammad Abou Diab, décédé lors d'une descente des forces de l'ordre dans son fief à Jahiliyé, dans le Chouf, mais affirmé "ne plus savoir si le Premier ministre désigné, Saad Hariri, était toujours digne d'occuper ce poste".

"La corruption est un fléau encore plus dangereux que l'ennemi israélien, et Mohammad Abou Diab est le premier martyr de la résistance à ce fléau", a lancé M. Wahhab lors d'une conférence de presse. Il a souligné que "de nombreuses personnes demandent vengeance pour la mort de Mohammad Abou Diab, mais je refuse tout recours à la vengeance. Nous devons tous respecter la loi", a-t-il ajouté, affirmant sa confiance dans la justice militaire. M. Wahhab a encore indiqué n'avoir "aucune animosité contre le Parti socialiste progressiste", dirigé par son rival politique, le leader druze Walid Joumblatt. "Il s'agit seulement d'une querelle politique", a-t-il poursuivi. 

Wi'am Wahhab s'en est ensuite pris à Saad Hariri. "Nous avions l'habitude de dire qu'il se distinguait de deux façons : d'abord, qu'il n'avait pas de sang sur les mains, mais ce n'est désormais plus le cas", a-t-il lancé. "Sa deuxième caractéristique était qu'il était nouveau au pouvoir et n'était donc pas corrompu, ce n'est plus le cas non plus", a-t-il souligné. "Aujourd'hui, je ne sais plus si Saad Hariri mérite encore le titre de Premier ministre". 


(Lire aussi : À Jahiliyé, le pire a été évité... le décryptage de Scarlett Haddad)


La justice libanaise avait émis il y a quelques jours un mandat d'amener à l'encontre de Wi'am Wahhab en vertu duquel une unité du service des renseignements des FSI s'était rendue samedi au domicile de l'ex-ministre. Les forces de l'ordre voulaient l'interroger suite à une procédure judiciaire engagée contre lui après ses attaques frontales contre Saad Hariri dans le contexte du bras de fer qui oppose ce dernier au Hezbollah autour de la formation du nouveau gouvernement. L’unité des FSI n’avait toutefois pas trouvé M. Wahhab à son domicile, et l'intervention des forces de l'ordre avait provoqué la colère de ses partisans. Des heurts avaient aussitôt eu lieu entre ces derniers et les policiers, faisant plusieurs blessés. Le garde du corps de M. Wahhab, Mohammad Abou Diab, devait décéder des suites de ses blessures. Les FSI avaient par la suite affirmé qu'Abou Diab avait été blessé par des tirs aveugles provenant des partisans du leader druze après le départ des forces de l'ordre. M. Wahhab a été frappé d'interdit de voyage sur ordre du parquet.

Mercredi, le directeur général des FSI, Imad Osman, a critiqué sans le nommer M. Wahhab. "Ceux qui sont en droit d'avoir recours aux armes ne l'ont pas fait, et lorsque nous allons (quelque part) pour arrêter quelqu'un, nous le faisons sur ordre de la justice, et nous terminons notre mission sur ordre de la justice. Nous connaissons nos droits, et nous vous demandons de connaître les vôtres", a-t-il ajouté. "Malheureusement, le citoyen ne peut pas prétendre ignorer la loi. Un droit est un droit, et notre respect de la loi est total", a conclu le général Osman.

Dans la soirée, le leader druze Walid Joumblatt a annoncé sur son compte Twitter avoir eu "une réunion positive avec le Hezbollah", la veille. "L'incident de Jahiliyyé s'est terminé grâce à la sagesse et la raison", a-t-il ajouté, avant de présenter ses condoléances pour Mohammad Abou Diab "martyr de l'unité nationale et de la paix civile".



Lire aussi

Noyautage communautaire, l’édito de Michel TOUMA

Les chèques en blanc de M. Nasrallah, l'édito de Ziyad Makhoul

Le régime Assad utilise le Hezbollah pour consolider sa présence au Liban

Le volet judiciaire de l’incident de Jahiliyé examiné à la loupe

Le dangereux tournant des pressions sur Hariri

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OLJ : POURTANT -LA BOUCLE-... DE LA CHEVELURE DU MISSIEUR N,ETAIT PAS A ETRE CENSUREE ET BIFFEE !

Bery tus

hahaha maintenant on mets sur le banc des accuser les FSI etc !! mais on fait fi des miliciens de wahhab armer jusqu'au dent !?!?

c'est comme je vous disais ils aiment detourner les evenements a leur avantages meme si cela peut travestir l'histoire ou meme la realite

L’azuréen

On se demande vraiment comment cet homme peut se regarder tous les matins dans un miroir sans se poser de terribles questions existentielles !

Citoyen

On mérite mieux comme politiques au Liban. Ce mal élevé devrait faire du théâtre, pas pour son talent, loin de là, mais ça lui servirait de thérapie.

Irene Said

J'aimerais demander à LOLJ:
est-ce une insulte de vouloir "clouer le bec" à un irresponsable dangereux qui lui-même insulte depuis des jours notre premier ministre désigné ?
Et qui a failli mettre à feu et sang notre pays ?
Est-ce une insulte de demander où sont nos autorités et notre chef de l'Etat censés faire appliquer les lois à tous et surtout diriger ce malheureux pays ???

Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE SES CHEVEUX JE VEUX DIRE.......................

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA BOUCLE !

ACE-AN-NAS

Walla tout le monde se pose la même question.

Voilà pourquoi Saad aura réellement besoin d'aide avec des dissidents sunnites.

Le Faucon Pèlerin

Saad Hariri est toujours et plus que jamais Premier Ministre de la République. Mais, celui qui fait appel à une milice pro-iranienne pour l'escorter dans sa chevauchée fantastique dans le Chouf sous les applaudissements et les encouragements du PSNS syrien, est-il encore Libanais, Iranien ou Syrien ?

Antoine Sabbagha

Allez il faut mettre fin à toutes ces critiques confessionnelles qui peuvent allumer le feu pour une nouvelle guerre civile .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué