X

À La Une

Les principaux dirigeants, dans quel contexte arrivent-ils au sommet du G20 ?

Repère

Nombre des chefs d'Etat du Groupe des 20, qui commencent à arriver en Argentine pour le sommet qui aura lieu vendredi et samedi, doivent faire face à des problèmes politiques ou socio-économiques dans leur pays. 

OLJ/AFP
29/11/2018

ALLEMAGNE
Contrairement au précédent G20 organisé en 2017 à Hambourg, la chancelière allemande Angela Merkel, en fin de cycle politique, se présentera nettement affaiblie sur la scène internationale. Avec une croissance du PIB attendue de 1,8% en 2018 et 2019 et un taux de chômage historiquement bas (5%), Berlin se porte économiquement bien en grande partie grâce à ses importants excédents commerciaux. Consciente que son économie repose en partie sur l'export, la chancelière, qui s'oppose à toutes mesures protectionnistes pouvant mettre à mal le libre-échange, devrait à nouveau défendre le multilatéralisme à Buenos Aires.


ARABIE SAOUDITE 
Mohammad ben Salmane dit "MBS", arrive au G20 précédé par le scandale de la mort du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien à Istanbul, qui a fait pâlir son étoile internationale. L'ONG Human Rights Watch a demandé à l'Argentine de poursuivre le prince héritier sur ce dossier et celui de la guerre au Yémen. A Buenos Aires, MBS croisera pour la première fois le président turc Recep Tayyip Erdogan. Riyad, qui pourrait aussi profiter de ce sommet pour aborder la question de la chute du cours du pétrole avec les autres poids lourds des hydrocarbures, dont la Russie et les États-Unis, doit accueillir le G20 en 2020.



Appuyez sur l'image pour l'agrandir


ARGENTINE 
Le président Mauricio Macri reçoit les chefs des plus grandes puissances mondiales alors que son propre pays, troisième économie d'Amérique latine, traverse une profonde crise économique, avec une inflation annuelle de 45% et une économie en récession qui a affaibli ce dirigeant de centre-droit. Dans un contexte de crise du multilatéralisme, la présidence argentine du G20 espère pouvoir trouver des points de consensus pour la déclaration finale, malgré des contentieux internationaux majeurs.


BRÉSIL
C'est un Michel Temer sur le départ et très impopulaire qui se rend à Buenos Aires. Tous les regards sont déjà tournés vers le président élu d'extrême droite Jair Bolsonaro, qui prendra ses fonctions le 1er janvier avec un gouvernement ultra-libéral et qui devrait tourner le dos au multilatéralisme. Invité à participer au G20 par M. Temer, le futur dirigeant de la première économie d'Amérique latine a décliné pour des raisons de santé.


(Lire aussi : MBS tente de sauver la face avant le G20)


CHINE
Le président chinois Xi Jinping sera l'un des protagonistes d'un moment-clé du G20 : sa rencontre avec Donald Trump, alors que l'escalade de représailles douanières entre Pékin et Washington fait trembler l'économie mondiale. Xi se présente en défenseur du multilatéralisme et en opposant au protectionnisme. Mais Américains et Européens dénoncent les nombreuses entraves que rencontrent encore leurs entreprises implantées dans le géant asiatique communiste, ainsi que des pratiques déloyales, comme le transfert forcé de technologie, voire le vol de propriétés intellectuelles.


ÉTATS-UNIS
Dix ans après le premier sommet du G20 qui promettait de défendre le multilatéralisme, le président américain Donald Trump se présente à Buenos Aires en chantre de l'"America First" et bien décidé à mettre la pression sur ses homologues chinois et russe à l'occasion de rencontres bilatérales qu'il va multiplier pour défendre ses propres dossiers. Concernant la Chine, son administration a fait savoir qu'il y avait une "bonne chance" qu'un accord soit conclu avec Pékin sous certaines conditions. Comme toujours, les faits et gestes de l'imprévisible président américain seront scrutés à la loupe : au sommet du G7 en juin au Canada, Donald Trump avait sabordé à la dernière minute le communiqué final péniblement négocié.


(Lire aussi : Climat: Antonio Guterres appelle les dirigeants du G20 à davantage d'ambition)


FRANCE
Dans un G20 qui s'annonce "conflictuel", le président Emmanuel Macron va s'efforcer d'avancer sur une réforme de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et de préserver l'Accord de Paris sur le climat, en dépit des tensions entre Chine et États-Unis qui risquent de dominer le sommet. Les retrouvailles avec Donald Trump s'annoncent fraîches, peu après un tweet moqueur du président américain sur la faible cote de popularité de son homologue français, confronté ces derniers jours au mouvement des "gilets jaunes" dans l'Hexagone.


ROYAUME-UNI
Pour le premier déplacement d'un chef de gouvernement britannique en Argentine depuis la guerre des Malouines en 1982, Theresa May aura sans doute la tête à Londres. La Première ministre conservatrice est en difficulté à quelques jours d'un vote crucial (11 décembre) au Parlement sur l'accord de Brexit, menacé d'être retoqué par des députés très sceptiques. En cas de sortie de l'UE, Londres mise beaucoup sur un accord de libre-échange avec son allié américain.


RUSSIE
Fort d'une économie stabilisée depuis la crise de 2014/2015 (inflation basse, déficit maîtrisé), le président Vladimir Poutine sera sans aucun doute une des figures du sommet, son pays étant au cœur de dossiers internationaux majeurs tels que la guerre en Syrie, la crise en Ukraine, les sanctions occidentales ou les tensions russo-américaines. Dans un contexte d'escalade entre Moscou et Kiev, la rencontre avec Donald Trump sera très attendue : après le sommet très décrié en Finlande en juin, quelle sera la teneur de ce nouveau face-à-face ? 



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

HABIBI FRANCAIS

S agissant de Xi Jinping,Poutine et Erdogan,il faudrait dire DICTATEURS au lieu de presidents.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants