X

À La Une

Brusque montée de tension entre l'Ukraine et la Russie sur la mer d'Azov

crise

La marine ukrainienne accuse la Russie de s'être emparée de trois navires militaires ukrainiens dans le détroit de Kertch, après leur avoir tiré dessus. Le président Porochenko a convoqué dans la soirée son cabinet militaire, selon des communiqués officiels.

OLJ/Agences
25/11/2018

La marine ukrainienne a accusé dimanche la Russie de s'être emparée de trois de ses navires, après leur avoir tiré dessus, blessant deux personnes à bord, dans le détroit de Kertch, séparant la Crimée de la Russie et marquant l'accès à la mer d'Azov. Les tensions au sujet de la mer d'Azov connaissent une flambée sans précédent, Kiev ayant déjà accusé plus tôt dans la journée Moscou d'avoir percuté un de ses bateaux de guerre et d'avoir bloqué l'accès à cette petite mer.

"Il y a des informations selon lesquelles deux marins ukrainiens sont blessés", a déclaré la marine ukrainienne.

La mer d'Azov est située entre la Crimée, annexée en 2014 par Moscou, et l'est de l'Ukraine, théâtre d'un conflit opposant pouvoir de Kiev et séparatistes prorusses.






Dans la foulée, le président ukrainien Petro Porochenko a "dénoncé un acte agressif de la Russie visant une escalade préméditée" dans cette zone et convoqué dans la soirée son cabinet militaire, selon des communiqués officiels.

Un peu plus tard, la Russie a confirmé avoir capturé trois bateaux ukrainiens et à avoir eu recours à la force. "Afin d'obliger les navires militaires ukrainiens de s'arrêter il a été fait usage d'armes", ont déclaré les services de sécurité russes (FSB), cités par les agences russes, affirmant que "les trois navires de la marine ukrainienne ont été arraisonnés".

"Trois membres du personnel ukrainien blessés ont reçu des soins médicaux. Leurs vies ne sont pas en danger", ont ajouté les services de sécurité. "Ayant violé ce matin la frontière russe, les navires ukrainiens - le Berdyansk, le Nikopol et le Yani Kapu - ont tenté une nouvelle fois le 25 novembre à 19h00 (heure de Moscou) de mener des actions illégales dans les eaux territoriales russes", a indiqué le FSB.

Selon les services de sécurités russes, les navires ukrainiens n'auraient pas répondu aux "demandes légales" des navires des autorités russes, leur intimant de s'arrêter, et auraient "mené une manoeuvre dangereuse". Le FSB a également indiqué que des poursuites avaient été engagées pour avoir violé les frontières russes.


Plus tôt, les FSB chargés de la surveillance du service des garde-frontières, avaient affirmé que les navires ukrainiens étaient "entrés illégalement dans une zone temporairement fermée des eaux territoriales russes" et auraient mené des "actes de provocation" dans un "but clair: créer une situation de conflit dans la région".

La marine ukrainienne assure avoir averti la Russie à l'avance de l'itinéraire de ses navires et veut les voir poursuivre leur route "malgré les actions de la Russie". "Les navires sont toujours devant le détroit de Kertch (séparant la Crimée de la Russie et marquant l'accès à la mer d'Azov, ndlr), le trafic est bloqué", a déclaré dimanche soir à l'AFP le porte-parole de la marine ukrainienne Oleg Chalyk.

Un navire pétrolier placé sous le pont de Crimée, qui enjambe le détroit de Kertch, bloque l'accès au détroit, selon la marine ukrainienne.

Le détroit de Kertch, qui est la seule voie maritime entre la Mer Noire et la mer d'Azov, est un axe stratégique de première importance, pour la Russie comme pour l'Ukraine. La Russie, toujours selon la marine ukrainienne, aurait envoyé deux hélicoptères militaires de surveillance patrouiller au-dessus de la région, tandis que l'agence russe RIA affirme que deux avions militaires survolaient également la zone.


(Pour mémoire: Conflit en Ukraine : Le Drian accuse directement la Russie)


"Violation" du droit international

"Nous considérons ces actes agressifs comme une violation des normes" du droit international, a réagi le ministère des Affaires étrangères ukrainien, indiquant qu'il prendrait "toutes les mesures appropriées pour apporter une réponse juridique diplomatique et internationale". Le vice-président du parlement de Crimée a pour sa part indiqué que "des mesures appropriées seraient prises pour que ces personnages (...) ne continuent pas à croire que tout leur est permis parce qu'ils sont soutenus par les Etats-Unis et les pays européens".


Dans la nuit, l'UE et l'Otan ont appelé à la "désescalade" et demandé à la Russie de "restaurer la liberté de passage" dans le détroit de Kertch. "Nous attendons de la Russie qu'elle restaure la liberté de passage dans le détroit de Kertch et nous appelons toutes les parties à agir avec le maximum de retenue afin d'aboutir à une désescalade immédiate de la situation", a déclaré l'UE dans un communiqué. L'Otan a également appelé "à la retenue et à la désescalade" par la voix d'une porte-parole.


La Russie revendique le contrôle des eaux au large de la Crimée depuis l'annexion de la péninsule. Kiev et les Occidentaux accusent Moscou d'"entraver" délibérément la navigation des navires commerciaux via le détroit de Kertch. Les difficultés sont apparues avec la construction par Moscou du pont très controversé de 19 kilomètres de long dans le détroit de Kertch.

L'installation de ses arches en 2017 a d'ores et déjà "coupé la voie à une partie des navires, trop grands pour passer en-dessous", selon Oleksandre Oliïnyk, directeur du port de Marioupol. Cette année, les garde-frontières russes ont commencé à retenir des bateaux, officiellement pour des contrôles. Ces retards infligent des pertes importantes aux armateurs et aux ports, qui perdent leurs clients. Mais au-delà de la volonté d'étouffer les ports ukrainiens, cruciaux pour les exportations métallurgiques, Kiev estime que Moscou pourrait aller jusqu'à préparer une offensive contre Marioupol, dernière grande ville sous contrôle de Kiev dans l'est du pays.

La tension monte en effet également sur le plan militaire. En mai, Moscou a transféré cinq de ses navires militaires de la Caspienne vers la mer d'Azov, tandis que Kiev a affirmé en juillet qu'une quarantaine de vedettes de combat russes s'y trouvaient déjà.

Les eaux peu profondes de la mer d'Azov baignent le sud du Donbass, région ukrainienne où le conflit armé avec les séparatistes prorusses a fait plus de 10.000 morts en quatre ans.

Kiev et l'Occident accusent la Russie de soutenir militairement les séparatistes, ce que Moscou dément, malgré de nombreuses preuves du contraire.


Pour mémoire 

La menace russe "plus grande" que celle de l'EI, juge le chef de l'armée britannique





À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Larijani dans une discussion informelle : Les Américains ont commis une erreur stratégique en tuant Soleimani

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants