X

La Dernière

Ces soirées qui atténuent la morosité ambiante de Beyrouth

Quelqu’un m’a dit
19/11/2018

Le summum de l’élégance

Deux cents personnes triées sur le volet se sont retrouvées le 8 novembre à la Résidence des Pins pour un gala exclusif au cours duquel Élie Saab a présenté 20 modèles de sa magnifique collection haute couture printemps-été 2018.Parmi les invités, Claudine Aoun, Lama Salam, Rima Frangié, Dana et Maher Mikati, l’ancien ministre Pierre Bou Assi et son épouse, Henri et Marianne Hélou, Yasmina et Walid Raphaël, Robert Fadel et sa fille Serena, Michel et Zeina Trad, Dania Kassar, Mayssa et Ayman Jomaa, Randa Sawaf, Joumana et Nizar Dalloul, l’ambassadrice du Liban à Amman, Tracy Chamoun, Claude Issa et sa sœur Michelle Philippidès accompagnée de sa délicieuse fille Tina, la chanteuse Elissa, Nathalie et Yasmina Yared, Antonio Vincenti, Nour et Joanna Kazan. L’événement, accueilli par l’ambassadeur de France Bruno Foucher, a été organisé au profit de l’Unicef par GCL Privé, société internationale d’événementiel de luxe, spécialisée dans l’organisation des défilés haute couture pour Christian Dior, Jean-Paul Gauthier, Valentino, et d’événements sur mesure parmi les plus fastueux au monde, dont ceux réalisés pour cheikha Moza et cheikha Mayassa au Qatar, cheikh Mohammad al-Nahyane et cheikha Salama à Abou Dhabi, pour les familles royales de Bahreïn et de Thaïlande, ainsi que pour le président indonésien. Le défilé a été suivi d’un dîner somptueux préparé par Simone Zanoni, le chef du Four Seasons Hotel George V, Paris, étoilé par le Guide Michelin, présenté dans un service de table Baccarat et Christofle fourni par les établissements Manasseh et arrosé par la cave de Joël Robuchon. La soirée a été clôturée par une vente aux enchères silencieuse, menée par Johnny Sarkis, autour d’une magnifique collection de bijoux offerte par le joaillier Paolo Bongia.

Parmi les invités également, Ghassan et Nancy Assaf, Fadi et Joanna Farès, Georges et Nayla Najjar, Antoine et Caroline el-Khoury, Waël et Sana el-Zein, Élie et Fabienne Gharios, Amal Azhari. Il y avait aussi Farid Abdelnour, Nadim Nasrallah et Toufic Aouad qui escortaient leurs épouses, ainsi que Maria et Marc el-Khoury (agence Think-Luxe RP, organisatrice de l’événement), Naïman Azzi (directeur artistique de l’événement), et les fondateurs de GCL Privé, Denis et Alessio Muller, accompagnés de Mireille Chiuminatto, de Rilk Dacreu et d’Anastasia Sirontinceva. Pour 2019, GCL Privé organise une manifestation au Liban pour les amateurs de haute horlogerie.

À la rescousse du BAC

Un parfum d’élégante légèreté flottait sur la soirée de bal masqué organisée par Maria Ousseïmi au profit du Beirut Art Center. Au cœur d’une jungle de feuilles de palmier, de cycas, de philodendrons et de feuilles d’érable créée par Marwan Hamza, se sont rencontrés quelque 200 passionnés d’art venus soutenir le BAC. Parmi eux Samir et Laura Lahoud, Maroun Salloum, Chafic Abillama, Patrick Boustany, Sarah Trad, Chafic et Dana Khazen, Carma Andraos, Gilles Khoury, Tessa Sakhi, Élie et Hoda Baroudi, Anthony Karam, Nada Debs, Krikor Jabotian, Joanna Chevalier, la directrice du Beirut Art Center Marie Muracciole, pour ne citer que quelques-uns. Fidèles au thème, Rima Jaroudi, Jessica Khoueiri, Anthony et Raya Nahas, May Daouk, Raya et Rachad Dernaika, et la toute flamboyante Chérine Moghrabi arboraient fièrement leurs jolis masques. Ils ne l’ont même pas fait tomber pour goûter aux plats concoctés par le chef Hussein Hadid. Le point fort de la soirée reste toutefois le miniconcert donné par les membres de Mashrou Leila (Hamed Sinno, Haig Papazian, Carl Gerges, Firas Abou Fakher) qui, avant de se mêler aux invités, ont investi un dance floor chauffé à blanc par Jana Saleh et Ziad Naufal.

21 ans… pour les petits soleils

« Dans un pays économiquement morose, essayer de donner une égalité de chance de soins et de suivi médical de qualité à des enfants démunis devient tous les jours une performance », a déclaré le Dr Noha Baz à l’occasion de la célébration du 21e anniversaire de son association « Les Petits Soleils », dans le salon Castellane à l’hôtel Le Bristol Paris. Sous les lustres en cristal de Baccarat, un public élégant et éclectique, parisien et libanais, venu d’horizons divers pour contribuer à cette œuvre de bienfaisance, a partagé le meilleur des menus réalisé par le grand chef triplement étoilé au Michelin Éric Frechon et dégusté les grands crus de Château Marsyas qui s’accordaient joliment avec les plats français. Le dîner a été ponctué d’un discours fédérateur de l’ambassadeur du Liban, Rami Adwan, d’une animation littéraire menée divinement par Anne Ghisoli, directrice de la librairie Gallimard, suivie d’un petit tour du côté du vignoble libanais avec le chef sommelier du Bristol, Bernard Neveu, et Jean-Paul Gachon. L’attention du public s’est ensuite portée sur un magnifique bracelet or rose et diamant généreusement offert par Noor Farès et mis aux enchères. Et c’est un bienfaisant homme d’affaires genevois qui l’a emporté à l’issue d’une rude bataille.

Les participants n’ont pas été en reste puisqu’ils devaient tous repartir chargés de cadeaux : de beaux livres gastronomiques et des produits Puressentiel France. Une belle soirée qui a permis de venir en aide à l’enfance libanaise. Parmi les présents, Myriam Eddé, Arwad Esber, Hala Wardé Ayache et Élie avec leurs adorables Aya et Soraya, Laetitia Arida, Danièle Audi, Marie et Henri Ghosn, Monique Boustany, Sonia Farès, Farouk Mardam Bey, Ziad Majed, Nathalie et Alexandre Apert, Isabelle Hochar délicieusement souriante, Stéphanie et John Hatem, Paul et Solène Maïla, et Ryoko Sekiguchi qui prépare un livre sur la Way of Life in Beirut.

L’échiquier de Ramzi

Alors que les fêtes de Noël et du Nouvel An approchent à grands pas, les boutiques des musées se muent en véritables lieux de shopping tendance. En rayon depuis jeudi à la boutique du musée Sursock, des centres de table, des bols texturés, des tasses à espresso et des vases réalisés par des céramistes de talent : J.A., Maryline Massoud, Rasha Nawam et Rana Yazigi. Alain Oueijan (alias EYE Design) présente une lampe de salon en béton et cuivre. Les designers de bijoux Sabine Mazloum, Joanna Achkar et Joe Mouzannar sont également au rendez-vous, ainsi que NG (Nada Ghazal), dont les bagues très canon reprennent le dessin des damiers colorés qui, autrefois, revêtaient le sol des maisons traditionnelles. Mais si vous avez des envies de table, de coupe à fruits ou de bougeoirs, dirigez-vous vers le rayon de Fadi Sarieddine, lauréat de l’Object Award du design Beirut Fair édition 2018. Le créatif a succombé au verre soufflé, métal et terrazzo, un matériau granité aux coloris variés qui ne vous laissera pas de marbre ! Quant à Jihane Chéaïb, elle décline en marque-page plaqué or les façades du musée Sursock ou des bâtisses à trois arcades.

Le choix est vaste. Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Le nôtre se porterait probablement sur l’échiquier de l’architecte Ramzi Abou Fadel, qui joue la carte du cuivre et de l’acier inoxydable. Ses pions ciselés incarnent les symboles de Beyrouth : l’horloge de la place de l’Étoile, les maisons traditionnelles (ou ce qui en reste), la Platinum Tower à Minet el-Hosn, et autres buildings plantés en bord de mer. Conçues dans le même esprit, ses lanternes finement travaillées dans de l’acier deviennent dentelle.

À ne pas rater, aussi, un ouvrage paru tout récemment chez Geuthner, Sur la route des musées au Liban, de Hanan Samadi Naaman, photos Houda Kassatly. Un guide pratique sur les collections tant privées que publiques du patrimoine libanais.

En plus, on est conquis par l’ambiance chaleureuse qui règne à la boutique grâce à Roula Comati.

ditavonbliss@hotmail.com

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tina Chamoun

Papier conforme au titre. Et ce n'est pas une simple énumération de noms, même prestiqgieux, qui va le rendre plus gai. La liste de présence en classe était de loin plus truculente!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué