X

À La Une

Netanyahu félicite Trump pour son refus de condamner l'annexion israélienne du Golan

Israël

"Israël restera pour toujours sur le plateau du Golan qui restera à jamais dans nos mains", affirme le Premier ministre. 


OLJ/AFP
18/11/2018

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a félicité dimanche le président américain Donald Trump dont le pays a voté pour la première fois contre la résolution de l'ONU condamnant l'annexion par Israël du plateau syrien du Golan.

"Je veux remercier le président Trump et l'ambassadrice Haley pour ce vote important et juste qui va totalement de pair avec ma politique", a affirmé le Premier ministre israélien lors du conseil hebdomadaire des ministres. "Israël restera pour toujours sur le plateau du Golan qui restera à jamais dans nos mains", a-t-il souligné.

Samedi, la résolution sur le Golan -considérant l'annexion par l'Etat Hébreu de ce plateau syrien de "nulle et non avenue"- a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies par 151 voix. Les Etats-Unis et Israël ont été les seuls à voter contre. Quatorze pays se sont abstenus.

L'ambassadrice américaine aux Nations-unies Nikki Haley a qualifié la résolution d'"inutile", "avec un préjugé flagrant anti-Israël", rompant ainsi avec la position des gouvernements américains précédents qui s'étaient abstenus, dans le passé, lors de ce vote annuel non contraignant sur cette question.

Sous Donald Trump, les Etats-Unis ont adopté une politique pro-israélienne renforcée, notamment en reconnaissant Jérusalem comme la capitale d'Israël en décembre 2017.

L'ambassadeur des Etats-Unis en Israël David Friedman a déclaré à la presse israélienne en septembre qu'il ne pouvait pas imaginer que le plateau du Golan ne reste pas sous souveraineté israélienne "pour l'éternité".

Israël a annexé en 1981 la majeure partie du Golan après s'en être emparé lors de la guerre de juin 1967. Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale. Israël et la Syrie, théâtre d'un conflit meurtrier depuis 2011, sont donc toujours techniquement en état de guerre.


Lire aussi

Les Israéliens ont voté pour leurs maires, controverse sur le Golan occupé

Israël prêt à rouvrir son côté du point de passage avec la Syrie sur le Golan

Lieberman : Le Golan sera plus calme avec la restauration de l'autorité d'Assad

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ACCEPTER L,ANNEXION DU GOLAN S,EST ACCEPTER CELLE DE LA CRIMEE !

ACE-AN-NAS

Lisez bien nathanmachinla le FÉLICITE ET NE LE REMERCIE PAS .

On félicite un employé pour le good job qu'il fait , mais on remercie un allié pour le cadeau qu'il vous fait quand ma decision de cet allié est bénéfique .

Les mots ont un sens et les lapsus encore plus .

Malgré cela , le fait d'en parler de cette façon nathanmachinla n'a pas l'air rassuré pour autant .

L’azuréen

Bref ils se fichent de la légalité internationale et ils ont sacrément tort.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué