Rechercher
Rechercher

À La Une - Israël-Syrie

Lieberman : Le Golan sera plus calme avec la restauration de l'autorité d'Assad

Sept hommes armés tués lors d'un raid aérien israélien sur la partie syrienne du Golan.

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman. REUTERS/Amir Cohen/File Photo

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a estimé jeudi que la frontière du Golan serait plus calme avec la restauration du pouvoir central du président Bachar el-Assad.  "De notre point de vue, la situation semble revenir à un niveau semblable à celui d'avant la guerre civile (en Syrie, ndlr), ce qui signifie qu'il y a un vrai interlocuteur, quelqu'un de responsable et un pouvoir central", a-t-il dit à la presse lors d'une visite à des installations de défense anti-aérienne dans le nord d'Israël. A la question de savoir si Israël serait moins préoccupé par d'éventuelles tensions dans le Golan, il a répondu: "Je le crois".

"Nous ne nous immisçons pas ni n'intervenons dans les affaires intérieures de la Syrie à condition que soient respectés trois points qui sont importants pour nous", a ajouté le ministre israélien. Il a mentionné notamment "le respect des accords de séparation de 1974" qui portent sur la création d'une zone tampon démilitarisée sur le plateau du Golan dont une grande partie est occupée par Israël, une occupation considérée comme illégale par l'ONU et la Syrie. Le ministre israélien a également estimé une nouvelle fois que "le territoire syrien ne doit pas être utilisé comme avant-poste iranien contre l'Etat d'Israël" et ne pas servir comme lieu de transit "des armes destinées au Hezbollah au Liban", un autre de ses ennemis.


(Lire aussi : Les druzes pris au piège des faveurs de Netanyahu)


Raid aérien israélien en Syrie
Parallèlement,  sept hommes armés ont été tués lors d'un raid aérien mené mercredi soir par un avion israélien sur la partie syrienne du Golan, a annoncé un porte-parole de l'armée israélienne. Ces hommes, armés de fusils d'assaut de type Kalachnikov, de grenades, de ceintures d'explosifs, ont été repérés alors qu'ils s'approchaient à quelques centaines de mètres des positions israéliennes dans la partie du Golan occupée et annexée par Israël, a ajouté l'armée. Apparemment ces hommes étaient membres du groupe Etat islamique et projetaient de s'infiltrer en Israël pour y commettre des attentats, a affirmé à des journalistes un porte-parole de l'armée. "L'offensive menée par l'armée de Bachar el-Assad a provoqué une dispersion des membres des groupes affiliés à l'EI dans le secteur, a poursuivi le porte-parole. "S'ils avaient pu continuer, ils seraient arrivés à la clôture de sécurité israélienne. Il ne semble pas qu'ils soient en fuite ou qu'ils cherchent un refuge. Il semble qu'ils se déplacent en formation de combat, avec des équipements de combat", a également indiqué le porte-parole. Selon lui, il n'y a eu aucune coordination entre les armées israélienne et les armées syrienne ou russe.

L'agence de presse Interfax a de son côté rapporté que des membres de la police militaire russe vont se déployer du côté syrien de la ligne de démarcation du Golan et mettre sur pied huit postes de surveillance, afin d'éviter tout risque de provocation dans ce secteur.


L'Etat hébreu est sur le qui-vive depuis le lancement le 19 juin par le régime de Bachar el-Assad et ses alliés d'une offensive pour reprendre les zones rebelles dans les provinces syriennes de Deraa et de Qouneitra (sud), à proximité immédiate de la partie du Golan occupée par l'Etat hébreu. Israël occupe depuis 1967 une partie du plateau syrien du Golan. Les deux pays sont toujours techniquement en état de guerre. Avec l'appui de la Russie, de l'Iran et du Hezbollah, les troupes du régime syrien ont reconquis ces dernières semaines les zones tenues par les insurgés dans cette région, rapprochant l'armée syrienne de la frontière israélienne.

Pour les autorités israéliennes, les forces iraniennes et le Hezbollah représentent une menace directe pour la sécurité de l'Etat hébreu.  M. Netanyahu n'a cessé d'exiger ces derniers mois que l'Iran se retire de Syrie et ne s'y implante pas militairement.
Tout en veillant à ne pas être entraîné dans le conflit chez son voisin, Israël a frappé le territoire syrien à plusieurs reprises, notamment des convois d'armes destinées, selon lui, au Hezbollah.

Mercredi, Moscou avait annoncé que les forces iraniennes avaient retiré leurs armes lourdes à 85 km de la ligne de démarcation avec les hauteurs du Golan. "Les Iraniens se sont retirés et les formations chiites ne sont plus présentes là-bas", avait dit Alexander Lavrentiev, l'émissaire du président russe pour la Syrie.  "Il n'y a aucune unité disposant d'armes lourdes qui puisse menacer Israël, à une distance inférieure à 85 km de la ligne de démarcation", avait-il ajouté. Le ministre israélien de la Coopération régionale avait jugé ce repli insuffisant. "La ligne rouge que nous avons établie est une intervention militaire et un ancrage de l'Iran en Syrie, pas nécessairement à nos frontières", avait dit Tzachi Hanegbi mercredi à la radio israélienne, faisant allusion à la menace que posent les missiles et les drones iraniens déployés sur le territoire syrien. "Il n'y aura ni compromis ni concession à ce sujet", avait-il ajouté.



Lire aussi
Quand Assad célèbre son armée exsangue

Israël refuse le compromis russe sur l’Iran en Syrie


Transfert d’armes iraniennes : en Syrie, tous les chemins mènent au Hezbollah

Israël utilise pour la première fois ses missiles "Fronde de David"



Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a estimé jeudi que la frontière du Golan serait plus calme avec la restauration du pouvoir central du président Bachar el-Assad.  "De notre point de vue, la situation semble revenir à un niveau semblable à celui d'avant la guerre civile (en Syrie, ndlr), ce qui signifie qu'il y a un vrai interlocuteur, quelqu'un de...

commentaires (3)

PRIERE LIRE LE FLIRT REPREND ENTRE ISRAEL ET LA SYRIE ASSADIQUE. MERCI.

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

09 h 05, le 03 août 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • PRIERE LIRE LE FLIRT REPREND ENTRE ISRAEL ET LA SYRIE ASSADIQUE. MERCI.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    09 h 05, le 03 août 2018

  • LES AMANTS DU GOLAN ! LE FLIRT REPREND ENTRE ISRAEL ET LA SYRIE...

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    13 h 07, le 02 août 2018

  • Comme si les Syriens avaient la mémoire courte. M. Lieberman fait mine d’etre content du retour du régime syrien comme pour dire que ses problèmes ne sont qu’avec le Hezbollah et les Iraniens. Pourtant, lui et son gouvernement ont tout fait durant le conflit pour empêcher et repousser autant qur possible le retour du régime dans le Sud. Bref, aujourd’hui il est clair qu’ils n’ont rien à craindre du régime tant que celui-ci n’est pas poussé au bord du gouffre, faute de moyens. Par contre la Syrie ne sera jamais l’amie d’israel, faut pas fantasmer sur ça

    Chady

    13 h 00, le 02 août 2018

Retour en haut