X

À La Une

L'EI perd sa dernière poche dans le Sud syrien, des dizaines de morts dans l'Est

Syrie

Selon l'OSDH, entre 700 et 1.000 jihadistes ont quitté la dernière poche du groupe dans le sud de la Syrie, à l'issue "d'un accord avec le régime" (syrien).

OLJ/AFP
17/11/2018

Le régime de Bachar el-Assad a repris samedi au groupe Etat islamique (EI) sa dernière poche dans le sud de la Syrie, au moment où des frappes de la coalition antijihadistes ont fait des dizaines de morts dans l'est du pays en guerre. Le groupe ultraradical avait conquis en 2014 de larges pans du territoire syrien avant d'en être chassé et de se retirer dans quelques poches dans le sud et l'est sous le coup d'offensives distinctes.

Samedi, l'EI a ainsi perdu Tloul al-Safa, son ultime réduit dans le sud du pays, situé entre les provinces de Damas et de Soueida, au terme de plusieurs semaines de bombardements intensifs menés par les forces du régime. Celles-ci "contrôlent désormais la région après le retrait des combattants de l'EI vers l'est, dans la Badiya (désert)", a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. Selon lui, entre 700 et 1.000 jihadistes ont quitté ce dernier réduit à l'issue "d'un accord avec le régime" (syrien).

L'agence officielle Sana a de son côté indiqué que l'armée poursuivaient "le ratissage des zones libérées" après avoir "tué un grand nombre" de jihadistes.

Les affrontements entre les deux camps ont tué depuis fin juillet 245 soldats et combattants prorégime, contre 425 jihadistes, selon l'OSDH.

Ce nouveau revers pour l'EI intervient moins de dix jours après la libération par l'armée syrienne de 17 otages druzes enlevés le 25 juillet par le groupe jihadiste dans la province méridionale de Soueida.


(Lire aussi : Prendre la caméra pour se battre contre Bachar el-Assad...)


Dizaines de morts 
En parallèle, dans l'est du pays, l'EI a subi samedi un déluge de frappes aériennes de la coalition internationale sous commandement américain, ayant fait 43 morts, en majorité des civils, selon l'OSDH.

"Au moins 36 civils, dont 17 enfants, ont été tués à l'aube dans des raids de la coalition anti-EI contre le village d'Abou el-Hosn" dans la province de Deir ez-Zor, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Sept autres personnes sont mortes, a-t-il ajouté, sans être en mesure de préciser dans l'immédiat s'il s'agissait de civils ou de combattants. Ce bilan est "le plus élevé depuis le lancement le 10 septembre par les Forces démocratiques syriennes (FDS) de l'offensive" contre le dernier réduit de l'EI dans cette zone frontalière de l'Irak, a précisé M. Abdel Rahmane.

La coalition emmenée par Washington soutient les combattants kurdes et arabes des FDS. Elle a confirmé samedi avoir mené des frappes aériennes dans le secteur d'Abou el-Hosn mais a nié avoir visé des civils. "Aucune victime civile n'est liée à ces frappes", a affirmé à l'AFP le porte-parole de la coalition, le colonel Sean Ryan. Selon lui, la coalition prend toutes les mesures pour identifier et frapper les cibles de l'EI en évitant les victimes civiles.

Mardi, au moins 38 personnes, principalement des proches de jihadistes, dont 13 enfants, ont péri dans des raids de la coalition dans la localité d'Al-Chaafa, dans le même secteur, selon l'OSDH. Et depuis le début de l'offensive antijihadistes en septembre, 234 civils, dont 82 enfants, ont été tués par la coalition, d'après la même source.


(Lire aussi : Les FDS reprennent leur offensive contre l'EI dans l'Est syrien)


"Lutte difficile" 
La recrudescence des frappes aériennes de la coalition depuis la semaine dernière intervient en parallèle à la reprise dimanche, après une interruption de dix jours, de l'offensive menée au sol par les FDS contre le réduit jihadiste où se trouvent notamment les localités de Hajine, de Soussa et d'al-Chaafa.

"Les opérations se poursuivent et des progrès ont été réalisés sur le terrain ces derniers jours", a indiqué à l'AFP Redur Khalil, un commandant des FDS. "Mais les combattants des FDS progressent avec prudence en raison des champs de mines, des tranchées et des tunnels" érigés par les jihadistes, a-t-il ajouté.

L'offensive au sol avait été suspendue en réaction à des bombardements turcs sur des positions militaires kurdes dans le nord syrien. Quelques jours auparavant, les FDS avaient envoyé 1.700 combattants aux abords de Hajine en guise de renfort, après avoir essuyé de nombreux revers.

Désormais, "la lutte contre l'EI se poursuit", assure le colonel Sean Ryan, mais celle-ci est rendue "difficile" car les jihadistes utilisent les "citoyens comme boucliers humains (...) et les lieux de culte et hôpitaux" comme positions militaires.

Déclenché en 2011 avec la répression de manifestations pacifiques par le régime de Bachar el-Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes. Il a fait plus de 360.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.


Pour mémoire
Le dangereux pari d’Ankara dans l’Est syrien

En Syrie, Washington tente de désamorcer la crise entre Ankara et les Kurdes

Les enjeux du sommet à quatre sur la Syrie

Après Idleb, Moscou et Ankara mobilisés pour une solution durable en Syrie


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST DANS LE NORD-EST, L,EST ET LE SUD-EST QUE VA SE JOUER LE DEUXIEME TOUR DU MATCH SYRIEN ET QUE SE DECIDERA PAR LES GRANDES PUISSANCES LE DESTIN DE LA SYRIE !

VIRAGE CONTRÔLÉ

UNTIL WE GET THERE.

MES RESPECTS À TOUS CES RÉSISTANTS QUI ONT SU FAIRE FACE AU COMPLOT OCCIDENTAL ET AFFIDÉS.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants