Rechercher
Rechercher

À La Une - Syrie

Les FDS reprennent leur offensive contre l'EI dans l'est syrien

La force arabo-kurde évoque des "contacts intensifs" avec la coalition emmenée par les Etats-Unis et un engagement diplomatique pour "désamorcer la crise" avec Ankara.


Des combattantes des Forces démocratiques syriennes (FDS) participent à une parade militaire lors de funérailles, à Qamichli, le 11 novembre. AFP / Delil SOULEIMAN

La force arabo-kurde soutenue par la coalition internationale antijihadistes a annoncé dimanche reprendre son offensive contre le groupe Etat islamique (EI) dans l'est syrien, dix jours après l'avoir subitement suspendue en raison des tensions avec la Turquie dans le nord du pays.

Evoquant des "contacts intensifs" avec la coalition emmenée par les Etats-Unis et un engagement diplomatique pour "désamorcer la crise" avec Ankara, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont indiqué dans un communiqué avoir décidé de "reprendre les opérations militaires" contre l'EI afin d'"oeuvrer à sa défaite définitive". "Tout en réitérant notre détermination à pourchasser le terrorisme, nous soulignons tout autant notre volonté de protéger les frontières du nord syrien", a mis en garde l'alliance arabo-kurde.

Cette annonce des FDS intervient après une poussée de fièvre entre les Kurdes de Syrie et la Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan allant jusqu'à menacer, le 30 octobre, de lancer une nouvelle offensive contre les combattants de cette communauté.

L'armée d'Ankara pilonnait alors, dans le nord syrien, des positions militaires de la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG). Ces combattants sont la colonne vertébrale des FDS, qui avaient en réaction annoncé le 31 octobre la suspension de leur offensive contre l'ultime réduit de l'EI dans l'est syrien. Ces vives tensions ont mis dans l'embarras les Etats-Unis: les FDS sont un partenaire-clé de Washington dans la lutte antijihadistes, tandis que la Turquie est un allié stratégique au sein de l'OTAN.


(Lire aussi : Le dangereux pari d’Ankara dans l’Est syrien)



"Désescalade"

Après l'arrêt de l'offensive anti-EI, la coalition internationale avait ainsi annoncé être en contact avec la Turquie et les FDS pour une "désescalade". Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), des représentants de la coalition ont assuré aux forces kurdes que l'armée d'Ankara ne mènerait plus de bombardements dans ses territoires du nord de la Syrie. Depuis vendredi, ce secteur n'a de fait enregistré aucun pilonnage, d'après l'Observatoire.

Depuis la fin octobre, l'ONG s'appuyant sur un vaste réseau de sources dans le pays en guerre rapportait des bombardements quasi-quotidiens dans les régions de Kobané et Tal Abyad, qui ont tué cinq combattants kurdes selon elle. Pour désamorcer les tensions, les forces américaines ont notamment lancé le 4 novembre des patrouilles dans les territoires kurdes bombardés par Ankara.

La Turquie continue toutefois de refuser catégoriquement l'autonomie de facto instaurée par la minorité kurde sur les territoires à sa frontière, dans le nord et nord-est syrien. Elle craint que cela n'exacerbe les velléités séparatistes des Kurdes sur son propre territoire.

La minorité kurde en Syrie, opprimée des décennies durant par le pouvoir de Damas, a profité du conflit qui ravage le pays depuis 2011 pour instaurer dans ses zones une administration semi-autonome qui dispose de ses propres forces de sécurité et de ses propres institutions locales.


"Contre-attaques" de l'EI 

Depuis 2016, Ankara a déjà mené deux opérations contre les forces kurdes en Syrie, la dernière contre l'enclave frontalière d'Afrine (nord-ouest), conquise en mars et aujourd'hui contrôlée par des rebelles syriens pro-Ankara.

Dans l'est syrien, où se trouve le dernier réduit de l'EI, non loin de la frontière irakienne, l'OSDH a affirmé que les manoeuvres offensives des FDS n'avaient pas encore repris, mais l'ONG a rapporté le déploiement de nouveaux renforts. Ces derniers jours, malgré l'arrêt des combats au sol, la coalition internationale continuait de mener des raids aériens sur ce réduit, tuant des dizaines de jihadistes mais aussi faisant des victimes collatérales parmi les civils, selon l'OSDH.

Les combattants des FDS avaient lancé en septembre cette offensive contre la poche de l'EI qui englobe notamment les localités de Hajine, Soussa et Al-Chaafa.

Juste avant d'interrompre leur offensive, ils avaient essuyé de durs revers face à des contre-attaques des jihadistes, qui avaient pris avantage de mauvaises conditions climatiques. L'antagonisme entre la Turquie et les Kurdes syriens illustre la complexité de la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011 et a fait plus de 360.000 morts.

Déclenché avec la répression par le régime de Bachar al-Assad de manifestations pro-démocratie, le conflit s'est élargi avec l'apparition de groupes rebelles armés, d'organisations jihadistes, mais aussi l'implication de puissances étrangères.


Lire aussi

En Syrie, Washington tente de désamorcer la crise entre Ankara et les Kurdes

Les enjeux du sommet à quatre sur la Syrie

Après Idleb, Moscou et Ankara mobilisés pour une solution durable en Syrie


La force arabo-kurde soutenue par la coalition internationale antijihadistes a annoncé dimanche reprendre son offensive contre le groupe Etat islamique (EI) dans l'est syrien, dix jours après l'avoir subitement suspendue en raison des tensions avec la Turquie dans le nord du pays.Evoquant des "contacts intensifs" avec la coalition emmenée par les Etats-Unis et un engagement diplomatique pour...
commentaires (2)

DANS LA MARMITE LES MAKHLOUTAS DE TOUT LE MONDE BOUILLENT ENSEMBLE. A BIENTOT L,EXPLOSION...

LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

11 h 17, le 12 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • DANS LA MARMITE LES MAKHLOUTAS DE TOUT LE MONDE BOUILLENT ENSEMBLE. A BIENTOT L,EXPLOSION...

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    11 h 17, le 12 novembre 2018

  • Ces FDS ne veulent pas comprendre que le clown américain se fout de leur gueule . Il se joue d'eux entre d'un côté les turques et de l'autre les bactéries ei wahabites. Tant pis pour eux.

    FRIK-A-FRAK

    23 h 07, le 11 novembre 2018

Retour en haut