X

À La Une

A l'Elysée, conversation "à bâtons rompus" entre Trump et Poutine

Diplomatie

Les deux hommes ont discuté de l'actualité internationale, notamment de la situation au Moyen-Orient (Syrie, Iran et Arabie saoudite) - ainsi que de la Corée du Nord, selon la présidence française.

OLJ/AFP
12/11/2018

Depuis des semaines, Donald Trump et Vladimir Poutine soufflaient le chaud et le froid sur une possible rencontre à Paris. Les deux hommes, qui ont engagé leur pays sur la voie de la confrontation, ont fini par se parler. "A bâtons rompus", mais pas en tête à tête.

Les rencontres entre les dirigeants américain et russe sont rares, dans un contexte de vives tensions, autour de l'enquête américaine sur les accusations d'ingérence de Moscou dans l'élection présidentielle de 2016, les sanctions économiques imposées à la Russie et des divergences persistantes sur les conflits en Syrie et en Ukraine.

Autour d'un menu à base de homard, volaille et pommes de terre, Vladimir Poutine et Donald Trump ont longuement discuté à l'Elysée des sujets internationaux, en compagnie de leur hôte, le chef d'Etat français Emmanuel Macron et le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Une conversation "à bâtons rompus", selon la présidence française, lors du déjeuner en marge des commémorations de la fin de la Première guerre mondiale.
Vladimir Poutine a même qualifié de "bonne" la qualité de la discussion avec son homologue américain, selon l'agence de presse russe Ria Novosti.
De son côté, Sarah Sanders, la porte-parole de Donald Trump, a déclaré à la presse que les dirigeants "ont eu des discussions très productives, durant le déjeuner qui a duré deux heures".

Les deux hommes ont discuté, en anglais - Vladimir Poutine étant aidé de son interprète - de l'actualité internationale, notamment de la situation au Moyen-Orient (Syrie, Iran et Arabie saoudite) - ainsi que de la Corée du Nord, selon la présidence française, qui a précisé que la chancelière allemande Angela Merkel avait aussi participé à l'échange à certains moments. Un tel entretien, même s'il n'a rien à voir avec une rencontre bilatérale, n'avait rien d'évident.

"Nous n'avons rien de prévu", avait affirmé mercredi Donald Trump, interrogé sur une éventuelle rencontre avec Vladimir Poutine. Il contredisait ainsi une précédente déclaration du conseiller diplomatique du Kremlin, qui avait évoqué un "contact informel". "Il a été convenu que les dirigeants russe et américain s'entretiendront brièvement à Paris", avait assuré Iouri Ouchakov.


(Lire aussi : Les Etats-Unis vont imposer de nouvelles sanctions à la Russie)


Sourire et pouce levé 
Selon le président russe, les autorités françaises avaient demandé à ce que le programme de la commémoration ne soit pas parasité par une éventuelle rencontre bilatérale qui n'aurait pas manqué de faire couler beaucoup d'encre.

"Nous nous sommes mis d'accord pour ne pas perturber ici le programme de travail de nos hôtes. Il n'y aura pas de rencontre organisée ici, à leur demande, mais elle aura peut-être lieu en marge du sommet du G20 ou plus tard", a déclaré dimanche Vladimir Poutine, peu avant le déjeuner.

Dimanche matin, MM. Trump et Poutine étaient arrivés séparément des autres dirigeants à la cérémonie marquant le Centenaire de la Grande Guerre à l'Arc de Triomphe à Paris, selon des images télévisées. Arrivé le dernier, le président russe s'est spontanément dirigé vers son homologue américain pour lui serrer la main, avant de lui faire le signe du pouce levé, tout sourire.

Après le déjeuner, Vladimir Poutine a participé au Forum de Paris sur la Paix, contrairement à Donald Trump qui s'est rendu au cimetière américain de Suresnes, près de Paris, pour rendre hommage aux "courageux Américains" ayant péri durant la Première guerre mondiale.

Selon le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, les deux hommes ont convenu de se rencontrer pour une discussion plus détaillée en marge du sommet du G20 prévu fin novembre en Argentine.

Les efforts du président américain pour renouer les relations avec la Russie ont buté sur la résistance de son propre camp, sur fond d'enquête fédérale aux Etats-Unis sur l'ingérence russe dans la présidentielle de 2016 et sur des soupçons de collusion entre l'équipe de campagne du magnat de l'immobilier et le Kremlin.
MM. Trump et Poutine se sont rencontrés pour leur premier sommet bilatéral à Helsinki en juillet, à l'issue duquel le président américain avait été critiqué dans son pays pour s'être montré trop conciliant. Sa première rencontre avec Vladimir Poutine avait eu lieu en juillet 2017 en marge du sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne.


Repère
De la Crimée aux cyberattaques, la Russie au cœur des polémiques


Pour mémoire
Moscou et Pékin dénoncent de concert les nouvelles sanctions américaines

Washington sanctionne Moscou pour ingérence dans la présidentielle

Sanctions contre la Russie : un outil de séduction de Trump ?

Londres appelle Européens et Américains à "aller plus loin" pour contrer la Russie

La Russie promet une riposte après les sanctions "inadmissibles" de Washington


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bustros Mitri

entre l' ours et l' aigle le courant passe semble-t-il...

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Quelle différence dans la gestion des affaires entre ce clown versatile et la constance du génie dans la conduction des affaires étrangères.

Y a pas photo !

En réalité à cause de ce clown américain, le genial Poutine traite avec un trio : le bon , la brute et le truand.

L'Orient-Le Jour

Merci pour votre commentaire, l'erreur a été corrigée.
Bien à vous

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PREMIER PARAGRAPHE, TROISIEME LIGNE, A LA FIN : MAIS PAS EN TETE A TETE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement peut-il mener à bien sa mission ? Deux lectures opposées

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

In English

Resolving Lebanon’s financial crisis

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants