X

Liban

Quand Pierre Mendès France survolait le Liban en 1939...

France-Liban

L’ancien chef de gouvernement français avait été aviateur durant la Seconde Guerre mondiale. Une de ses missions l’avait amené à Beyrouth...


09/11/2018

Le grand public a pu découvrir, il y a quelques jours sur Twitter, des archives inédites relatives à l’ancien chef de gouvernement français Pierre Mendès France et son passage à Beyrouth en 1939, en tant qu’aviateur mobilisé au début de la Seconde Guerre mondiale. C’est grâce à son petit-fils, Tristan Mendès France, enseignant au Celsa et maître de conférences associé à l’Université Paris-Diderot, et qui était cette semaine de passage au Liban, que ces archives ont été rendues publiques. Pour la première fois.

C’est à l’occasion d’un séminaire universitaire qu’il a donné à Beyrouth cette semaine que M. Mendès France a décidé d’exhumer les traces du passage de son grand-père, décédé en 1982, au pays du Cèdre. Si PMF, grande figure de la politique française d’après-guerre, est surtout connu pour avoir été le président du Conseil des ministres entre 1954 et 1955 et une grande figure de la gauche française, beaucoup ignorent son rôle pendant la guerre, lorsqu’il a été mobilisé au Moyen-Orient. Or son carnet de vol montre qu’il est venu à Beyrouth, à Rayak et même à « Héliopolis » (Baalbeck).

« Avant d’arriver à Beyrouth, je savais que mon grand-père y était passé en novembre 1939, mais je n’avais pas plus d’informations que ça », confie Tristan Mendès France à L’Orient-Le Jour. Il fouille alors dans les archives familiales et retrouve la mention d’un passage au Liban dans les carnets de vol de son grand-père. Il tombe également sur une photo de PMF devant un bombardier qu’il pilotait au Liban. Et, cerise sur le gâteau, Tristan Mendès France retrouve un disque pressé à Beyrouth et portant la voix de PMF dans lequel ce dernier chante des comptines pour ses deux enfants, Bernard et Michel, alors âgés de 3 et 5 ans. Habitué à leur raconter des histoires tous les soirs pour les aider à s’endormir, PMF avait voulu rester, de cette belle manière, au plus près de ses fils. C’est son supérieur hiérarchique qui avait fait parvenir le disque aux enfants de PMF en France.


« Pèlerinage affectif »

« Mon passage à Beyrouth a été une sorte de pèlerinage un peu affectif. Je me suis dit qu’une fois sur place, j’allais partager cette petite histoire et ces quelques documents qui n’ont jamais été publiés auparavant », explique M. Mendès France. Il publie alors plusieurs documents ainsi qu’un extrait audio du disque de son grand-père sur Twitter. En quelques jours, les documents ont été vus par près d’un demi-million de personnes.

« Cet enregistrement audio précoce est assez rare. À l’époque, on trouvait plutôt des enregistrements institutionnels. Il s’agit de traces audio inédites qui ouvrent une fenêtre sur l’intimité d’un personnage public qui a toujours été perçu comme un homme d’une grande sobriété, parfois même un peu aride dans ses postures morales et éthiques. Le disque révèle un aspect de PMF inconnu du grand public et montre qu’il était un père comme tous les pères, très affectueux envers ses enfants », dit Tristan Mendès France à L’OLJ. « Mon grand-père est décédé quand j’avais 12 ans. Il m’avait dit qu’il avait fait la guerre sans entrer dans les détails. Si j’avais su à l’époque, je lui aurais posé beaucoup de questions », ajoute-t-il.

Parmi les frères d’armes de PMF se trouve un certain Romain Gary, du temps où le célèbre romancier était totalement engagé dans sa carrière militaire. Il semble toutefois que Gary ne soit pas venu au Liban en 1939 mais plus tard, en 1942. Cette année-là, il a travaillé sur la base de Rayak, comme l’attestent certaines sources historiques.

« PMF a été un des plus jeunes députés de France. Il est également un des rares députés à ne pas avoir voté pour le maréchal Pétain. Il a d’ailleurs, par la suite, été destitué de sa nationalité française par le régime de Vichy puis emprisonné », raconte Tristan Mendès France. Ayant réussi à s’évader de prison, PMF se rend en Angleterre où il rejoint les forces aériennes françaises libres. « Il a risqué sa vie à plusieurs reprises en prenant part à des bombardements à basse altitude », confie son petit-fils.

« Je pense que l’engouement suscité par les archives de PMF montre que les gens sont peut-être inquiets de l’état du politique en France ou ailleurs et regrettent, à travers PMF, quelque chose qu’ils aimeraient voir aujourd’hui représenté au niveau politique », conclut-il.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Belle nostalgie pour un Liban qui promettait hélas .

Georges MELKI

Décidément, ce n'est pas seulement chez nous qu'il n y a plus de véritables hommes d'Etat! Qui est l'homme politique français qui peut être comparé actuellement à Mendès-France?

HABIBI FRANCAIS

PMF un grand homme politique et un grand homme tout cours....un parcours vraiment exceptionnel.

Sarkis Serge Tateossian

Très belle découverte.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué