X

À La Une

L'EI a laissé derrière lui plus de 200 charniers en Irak, selon l'ONU

terrorisme

Pour Michelle Bachelet, Haut commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme, si "les horribles crimes de l'EI ne font plus les gros titres, le traumatisme des familles de victimes existe toujours et le sort de milliers de femmes, d'hommes et d'enfants est toujours inconnu".

OLJ/AFP
06/11/2018

Le groupe Etat islamique (EI) a laissé derrière lui plus de 200 charniers dans les régions d'Irak qu'il a tenues de 2014 à 2017, a annoncé mardi l'ONU, appelant à en extraire des preuves des crimes jihadistes et apporter des réponses aux familles de disparus.

Selon un rapport de la mission d'assistance en Irak et du Bureau des droits de l'Homme de l'ONU, ces 202 fosses communes mises au jour dans différentes provinces du nord et de l'ouest de l'Irak pourraient renfermer jusqu'à 12.000 corps. Et "il pourrait y en avoir beaucoup plus", poursuit le rapport, certaines zones étant inaccessibles car toujours minées ou sous la menace de cellules jihadistes clandestines.

Dans la seule province de Ninive, où se trouve Mossoul -l'ancienne "capitale" de l'EI dans le nord de l'Irak- plus de 7.200 personnes sont toujours portées disparues, dont 3.117 membres de la minorité yazidie, particulièrement persécutée par les jihadistes, selon la Commission gouvernementale irakienne des droits de l'Homme.

Pour apporter des informations sur leur sort aux familles, l'Irak va devoir fouiller toutes ces fosses communes découvertes dans les provinces de Ninive -pour près de la moitié-, de Kirkouk et de Salaheddine dans le nord de l'Irak, ainsi que d'al-Anbar, dans l'ouest.


"Garantir enquêtes et procès"
Pour le moment, seules 28 ont été fouillées et 1.258 corps exhumés, selon l'ONU. Et la tâche est encore énorme car si certaines ne renferment que quelques corps, d'autres en contiennent plusieurs milliers.

C'est très probablement le cas d'une cavité naturelle au sud de Mossoul, surnommée "Khasfa" (le gouffre, en arabe) où les habitants racontent que les jihadistes exécutaient chaque jour des dizaines d'Irakiens, notamment des membres des forces de l'ordre.

Près d'un an après l'annonce par Bagdad de sa "victoire" sur l'EI, "les preuves rassemblées sur ces sites seront centrales", estime le rapport de l'ONU, appelant à les préserver et à y mener des exhumations minutieuses. Seuls ces éléments, poursuit-il, pourront "garantir des enquêtes crédibles, des procès et des condamnations conformes aux standards internationaux".

Des enquêteurs de l'ONU ont commencé à recueillir des preuves des massacres et autres atrocités de l'EI, à l'encontre notamment des Yazidis, qui peuvent constituer selon les Nations unies "des crimes de guerre, des crimes contre l'Humanité et un possible génocide".


(Pour mémoire : Craignant un nouveau "génocide", une survivante yazidie ne veut pas retourner en Irak)



"Le trauma existe toujours"
Pour Michelle Bachelet, Haut commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme, si "les horribles crimes de l'EI en Irak ne font plus les gros titres, le traumatisme des familles de victimes existe toujours et le sort de milliers de femmes, d'hommes et d'enfants est toujours inconnu".

"Déterminer les circonstances de ces nombreuses morts sera une étape importante dans le processus de deuil des familles et dans leur parcours pour garantir leurs droits à la vérité et à la justice", estime de son côté le représentant spécial des Nations unies en Irak, Jan Kubis.

Familles et responsables locaux se plaignent régulièrement de ne voir aucune avancée sur la question des disparus dans un pays où l'on dénombrait déjà au moins un million de disparus à la chute de Saddam Hussein en 2003. Ensuite, dans la foulée de l'invasion emmenée par les Etats-Unis, des milliers d'autres personnes ont disparu dans la tourmente des violences confessionnelles et de la montée en puissance des milices.

Selon le rapport de l'ONU, la bureaucratie, un problème récurrent en Irak, ne facilite pas non plus la tâche des familles de disparus. Elles doivent s'adresser à cinq administrations différentes, "un processus à la fois chronophage et frustrant pour des familles traumatisées", estime encore l'ONU.
Des familles dont le sort reste suspendu à celui des charniers qui sont, selon M. Kubis, "le témoignage de terribles pertes humaines, d'une souffrance profonde et d'une cruauté choquante".


Lire aussi

L’État islamique en Irak : un jihadisme ritualisé

Yazidis: la FIDH réclame des poursuites pour "crimes contre l'humanité" contre des jihadistes étrangers

Les étrangers de l'EI, un casse-tête pour les Kurdes de Syrie

Situation "choquante" à Raqqa, un an après la défaite de l'EI, selon Amnesty

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LES HOUTIS EN LAISSENT DE MEME AU YEMEN...

AIGLEPERçANT

El baghdadi il est où ?

Entre los angeles et tel aviv.

Sarkis Serge Tateossian

Merci de lire : cour pénale

Sarkis Serge Tateossian

Les responsables de ces barbaries, les commanditaires de ces ignares seront-ils condamnés par une cœur pénale ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de guerre israélienne contre le Liban, mais les options régionales restent ouvertes, selon Nasrallah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.