X

À La Une

Craignant un nouveau "génocide", une survivante yazidie ne veut pas retourner en Irak

Irak

Farida Abbas Khalaf avait 18 ans quand les jihadistes sont arrivés dans son village paisible de Kocho dans la région de Sinjar le 3 août 2014. Elle a perdu son père et ses frères et a été enlevée.



OLJ/AFP/Nina LARSON
24/02/2018

Farida Abbas Khalaf, l'une des milliers de femmes yazidies enlevées, violées et brutalisées par les extrémistes du groupe Etat Islamique (EI), estime que la fuite des jihadistes ne signifie pas qu'un retour en Irak est devenu possible.

"Rien n'a changé. Les mêmes personnes qui avaient rejoint (le groupe EI) sont toujours là-bas. Comment pourrions-nous y retourner et leur faire à nouveau confiance ?" a-t-elle confié lors d'une interview cette semaine à l'AFP, en marge de la conférence Geneva summit à Genève, réunissant des activistes, opposants et défenseurs des droits de l'homme.  "Qui va garantir qu'un génocide ne va pas encore se produire, par des criminels utilisant un autre nom ?" a-t-elle demandé.


(Lire aussi : Marginalisées parce que violées, la difficile réinsertion des ex-esclaves de l’EI)    


Khalaf avait 18 ans quand les jihadistes sont arrivés dans son village paisible de Kocho dans la région de Sinjar (nord de l'Irak) le 3 août 2014. "Nous n'avions fait de mal à personne, nous n'avions offensé personne (...) Nous ne voulions que vivre en paix", a-t-elle raconté.

Mais les Yazidis, kurdophones et adeptes d'une religion ésotérique monothéiste, sont rapidement devenus les cibles de la haine des militants sunnites de l'EI qui ont mené une campagne de persécutions contre cette minorité "hérétique". Cette campagne a été qualifiée de "génocide" par l'ONU. Quand les jihadistes ont pris le contrôle du village, ils ont donné deux semaines aux habitants pour se convertir à l'islam.

Khalaf, âgée aujourd'hui de 22 ans, a raconté son expérience dans un livre intitulé "La jeune fille qui a vaincu Daech". Deux semaines plus tard, "ils nous ont tous rassemblés dans le village et nous ont demandé de nous convertir. Nous avons refusé et ils ont commencé à tuer les hommes", a-t-elle poursuivi. "Ce premier jour, ils ont tué plus de 450 hommes et garçons." Khalaf a perdu son père et ses frères et a été enlevée.


(Lire aussi : Toujours déracinés, les yazidis d’Irak ont peur de perdre leur culture)


Marchés aux esclaves
"Ils ont violé les femmes et des adolescentes parfois âgées d'à peine 8 ans."
Khalaf a été emmenée dans l'un des marchés aux esclaves de l'EI, où des femmes et des filles yazidies étaient vendues comme esclaves sexuelles dans le "califat" autoproclamé par les jihadistes en Syrie et en Irak. "Ils choisissaient celles qu'ils voulaient, comme dans un supermarché ou sur un marché aux bestiaux", se souvient Khalaf.

En captivité, la jeune fille a réussi à rester forte malgré des souffrances indescriptibles, en se réfugiant dans sa foi et en soutenant les détenues plus jeunes qu'elle. Elle a confié qu'elle n'avait jamais cessé de penser à s'enfuir. Après quatre mois, elle a profité d'une porte mal verrouillée pour s'échapper avec d'autres jeunes filles. A l'issue d'un long et périlleux périple, elle a finalement pu se réfugier en Allemagne, où plus de 1.000 Yazidis ont été accueillis.

Aujourd'hui, elle consacre son temps à faire reconnaître le génocide commis par les jihadistes et à "traîner l'EI en justice". Bagdad a proclamé en décembre la défaite des jihadistes. Mais ce n'est pas suffisant pour Khalaf. "Je veux voir ceux qui ont commis ces crimes devant un tribunal international."


(Pour mémoire : Une jeune yazidie réduite en esclavage par l'EI nommée ambassadrice de l'Onu)


Environ 3.000 Yazidies seraient encore en captivité et des milliers d'autres sont réfugiées dans des camps en Irak. "Elles ont besoin d'aide, de traitements et elles n'y ont pas accès" dans ces camps, a rappelé Khalaf, qui dit craindre "des suicides".

Elle remercie l'Allemagne, le Canada et l'Australie qui ont accueilli beaucoup de survivants de sa communauté, mais appelle d'autres pays à faire de même. Elle souhaiterait également que la communauté internationale contribue à la reconstruction des villages dans le Sinjar et assure la protection des Yazidis désireux de revenir chez eux.

"Je ne pourrai envisager de retourner là-bas qu'à la condition (...) qu'un tribunal international reconnaisse le génocide, et (qu'un tel retour puisse se faire) sous protection internationale", a-t-elle déclaré. "Sinon, s'interroge-t-elle, comment être sûrs qu'on n'assistera pas à un nouveau génocide ?"


Pour mémoire
Deux jeunes Yazidies lauréates du prix Sakharov exhortent l'Europe à stopper les crimes jihadistes

Passeur de yazidis, un business dangereux et lucratif   

« À Mossoul, 700 femmes yazidies ont été vendues sur la place publique à 150 dollars pièce... »   

« Nos cœurs sont morts » : la vie des Yézidis après l’EI 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Comment voulez-vous qu'ils fassent ces minorités confiance à ces barbares sans foi et ni loi.
Leur prétendu croyance n'est que ruse politique, mensonge et ignorance.

Talaat Dominique

et ils reviennent dans leurs pays ( les daeshistes ) , en disant qu'ils n'ont jamais combattu, ou disent que daesh les a trahis en tuant d'autres musulmans , en oubliant les massacres

AIGLEPERçANT

Les non dits c'est que les kidnappeurs, violeurs décapiteurs égorgeurs etc..... des yazidis et toutes les autres minorités au M.O sont les alliés privilegiés des occidentaux sous influence du pays usurpateur.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une semaine décisive pour le gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants