Liban

Saad Hariri à Riyad, une visite différente des précédentes

Décryptage
25/10/2018

La visite du Premier ministre désigné Saad Hariri à Riyad est cette fois différente de toutes les autres. Elle intervient à un moment où le royaume saoudien traverse une crise sans précédent, suite à l’assassinat – planifié ou non – du journaliste saoudien opposant Jamal Khashoggi au consulat saoudien à Istanbul. En même temps, cette affaire aux rebondissements multiples – qui n’est d’ailleurs pas close, puisque la dépouille mortelle du journaliste n’a pas encore été trouvée et qu’on ignore encore son état, sachant que dans ce contexte, chaque détail a son importance – a ramené sur le devant de la scène l’épisode de la démission forcée de Saad Hariri depuis Riyad, qui avait eu lieu le 4 novembre 2017. La plupart des médias occidentaux, américains et britanniques en particulier, ont évoqué cet épisode dans leur description des décisions du prince héritier Mohammad ben Salmane.

S’il est vrai que le Premier ministre n’a jamais donné les détails sur ce qui lui est arrivé à cette époque, il n’a jamais critiqué les dirigeants saoudiens à ce sujet, se contentant de dire qu’il garde pour lui ce qui s’est passé durant ce voyage. Mais de nombreuses versions avaient circulé à ce moment-là, laissant entendre que le Premier ministre avait été forcé à démissionner. Dans un entretien à une chaîne française, le président français Emmanuel Macron avait même déclaré récemment que la France avait évité le déclenchement d’une nouvelle guerre civile au Liban, lors de la détention du Premier ministre de ce pays à Riyad.

Il reste que depuis l’éclatement de l’affaire Khashoggi, de nouveaux détails ont été apportés sur cet épisode, notamment le rôle présumé de l’un des membres de l’équipe des 15 venue à Istanbul pour, selon les uns, tuer Jamal Khashoggi, et, selon les autres, le convaincre de rentrer à Riyad, qui ne serait autre que l’un des conseillers principaux du prince héritier au trône Mohammad ben Salmane. Ce dernier, que certaines parties internationales soupçonnent d’être impliqué dans l’affaire Khashoggi, est donc dans une position délicate, qui jusqu’à hier après-midi l’avait poussé à ne faire qu’une rapide apparition au forum économique organisé sur son impulsion à l’hôtel Ritz Carlton de Riyad. C’est donc à l’ombre de cette situation complexe et inédite que le Premier ministre désigné s’est rendu à Riyad, où il a été accueilli avec tous les honneurs, photos à l’appui. Il a été ainsi reçu hier par le roi Salmane ben Abdel Aziz et plus tard dans l’après-midi d’hier par le prince héritier Mohammad ben Salmane. Les deux hommes ont ainsi participé à l’une des séances du Forum économique d’investissement, appelé le « Davos du désert », et c’est là qu’on a vu le prince pour la première fois depuis l’éclatement de l’affaire Khashoggi, discuter devant les participants et les médias de questions économiques et de projets d’investissement, allant même jusqu’à plaisanter sur la présence de Saad Hariri à Riyad. Dans cette atmosphère critique pour les dirigeants saoudiens, la présence de ce dernier est donc de la plus haute importance car elle leur permet de démentir indirectement toutes les accusations de détention et de pressions pour qu’il démissionne qui avaient été portées contre eux.


(Lire aussi : En attendant le gouvernement, Berry veut (ré)activer le Parlement)


En se rendant à Riyad pour participer à une des séances de ce forum économique, Saad Hariri donne ainsi de la crédibilité à la version officielle saoudienne, à la fois dans l’épisode de la démission de Riyad et dans l’affaire Khashoggi, puisque les médias internationaux font le lien entre ces deux développements.

Le Premier ministre désigné exprime aussi de cette manière sa loyauté à l’égard de la famille royale et se tient à ses côtés pendant l’une des plus graves crises de son histoire. Selon des sources proches du courant du Futur, Saad Hariri a sciemment choisi de se rendre à Riyad et de participer publiquement à une des séances du forum économique pour bien montrer ses bonnes relations avec les dirigeants saoudiens et leur témoigner son soutien dans cette crise. Il sait aussi que son apparition aux côtés du prince héritier, dans une séance publique, est utile à ce dernier et devrait être de nature à montrer que tout ce qui avait été dit sur sa détention à Riyad et sur les pressions exercées sur lui pour le pousser à démissionner n’était pas précis. Pourtant, depuis cet épisode du 4 novembre 2017 et depuis son retour au Liban le 22 novembre de la même année, il avait tenté à plusieurs reprises de rencontrer l’émir, et il a effectué plusieurs voyages en Arabie dans ce but, en vain. La seule rencontre avait eu lieu à Paris et une photo avait été prise les montrant ensemble, mais, selon les informations ayant filtré, il n’y avait pas eu de véritable entretien. La visite actuelle de Saad Hariri est donc de nature à assainir les relations entre le Premier ministre et les dirigeants saoudiens, comme elle est de nature à régulariser les rapports entre le Liban et l’Arabie en dissipant les nuages qui s’étaient accumulés depuis l’épisode de novembre 2017. Ce qui, selon les sources proches du courant du Futur, ne peut que renforcer la position de Saad Hariri au Liban. Les mêmes sources ne font pas de lien direct entre cette visite et la formation du gouvernement, mais concernant ce dernier dossier, il semblerait que dès son retour à Beyrouth, le Premier ministre désigné devrait s’employer à mettre les dernières touches à la mouture qu’il devrait soumettre au président de la République au cours des prochains jours...


Lire aussi
L’Iran est derrière le blocage gouvernemental, pour les milieux souverainistes, l'éclairage de Philippe Abi-Akl

Joumblatt à « L’OLJ » : Je n’ai pas de problème avec Saad Hariri

Vers un cabinet avant la fin du mois ?

L’attribution d’une quote-part ministérielle au président est-elle constitutionnelle ?

Gouvernement : le bras de fer avec les FL « remonte » à Baabda

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Talaat Dominique

la distanciation, ne marche que pour l'Iran ?
il y a un premier ministre qui est libano-saoudien, donc fait allégeance au roi saudi !
il va à Riyad , et se fait "kidnappé", et forcer à démissionner et même se fait battre !!!!!
ET SOUTIENT TOUJOURS LE REGIME SAOUDIEN , ce régime criminel
où est la distanciation ? le souverainisme ?
L'indépendance ?

Wlek Sanferlou

Saad Hariri avait rencontré les syriens après l'assassinat de son père et rencontre aujourd'hui les seoudiens après l'assassinat de son caractère. Est ce une qualité de résilience mais de persévérance pour le bien du pays, ou plutôt une faiblesse de caractère? Seul le temps le dira.
Personnellement je favorise la première assertion.
Notre monde arabe est dangereux quelque soit l'allié ou le voisin.

Hitti arlette

MBS nous prend-il pour des imbéciles en nous faisant avaler ses sornettes mensongères ? Sûrement pas puisqu'il sait que tout le monde. sait . Les exactions que se permettent certains émirs arabes ne se comptent plus et se retourneront un de ces quatre contre eux .. Il n'en reste pas moins que la situation de Saad hariri n'est pas à envier étant lui même piègé entre le marteau et l'enclume .

AIGLEPERçANT

Saad est libre de ses choix et mouvements , autant que je sache il n'est pas maso non plus , mais plus il l'a fera courte mieux vaudra pour lui .

Chassez le naturel il revient au galop , être proche dans l'entourage de ce cruel personnage n'est pas un risque à prendre .

WELCOME BACK TO LEBANON SAAD .

Irene Said

Monsieur Saad Hariri,
de grâce méfiez-vous de ce prince-héritier sans foi ni loi !
Vous n'êtes en ce moment qu'un jouet utile pour lui !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN ARTICLE TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD OU LES SUPPOSITIONS SONT MAITRES INCONTESTABLES. ON NE VOUS A PAS VU LE MEME ZELE DE DECRIRE LES VOYAGES DES AUTRES EN IRAN...

Saliba Nouhad

Bonne analyse objective pour une fois et balancée...
Mais vous ne parlez pas des conséquences potentielles de tout ce qui se passe entourant l’affaire Khashoggi sur le Liban...
Le Président et le Hezbollah gardent un silence très éloquent car ça fait un peu leur affaire en diabolisant le régime saoudien!
Donc, Hariri, fait preuve de finesse politique, profitant de cette situation pour venir en aide à MBS, redorer son blason auprès de lui, et réaliser qu’il a besoin de l’appui saoudien pour renforcer sa position au Liban...
On peut parler de cynisme et d’hypocrise, mais c’est de bonne guerre: pourvu que ça aboutisse finalement à la formation de ce fameux gouvernement d’union nationale!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants