X

À La Une

Affaire Khashoggi : "Nous ne pouvons rester silencieux", avertit Erdogan

turquie-arabie saoudite

Trump affirme que des enquêteurs américains travaillaient avec Ankara et Riyad afin de faire la lumière sur la disparition du journaliste, mais des sources diplomatiques turques ont démenti toute participation américaine dans l'enquête.

OLJ/AFP
11/10/2018

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a prévenu jeudi que son pays ne resterait pas silencieux sur le sort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi qui a disparu à Istanbul, son homologue américain Donald Trump qualifiant sa disparition, imputée à Riyad, de "terrible précédent".

L'éditorialiste critique du pouvoir de Riyad et collaborateur du Washington Post n'a plus donné de signe de vie depuis son entrée le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul. Des responsables turcs ont affirmé qu'il y avait été assassiné par des agents saoudiens. Riyad dément et maintient, sans preuve à l'appui, qu'il a quitté le bâtiment.

M. Trump, qui a oeuvré au renforcement de l'alliance américano-saoudienne, a affirmé jeudi que des enquêteurs américains travaillaient avec la Turquie et l'Arabie saoudite afin de faire la lumière sur la disparition du journaliste, mais des sources diplomatiques turques ont démenti toute participation américaine dans l'enquête. "Nous allons étudier cela très, très sérieusement. Je n'aime pas cela du tout. Il n'y a pas de citoyens américains (impliqués), mais cela n'a pas d'importance dans ce cas. C'est un précédent terrible, terrible", a-t-il déclaré dans un entretien téléphonique avec Fox.

Il a toutefois d'ores et déjà exclu un gel des ventes d'armes américaines à l'Arabie saoudite, évoqué par certains sénateurs, en guise de sanction. Les Saoudiens "dépensent 110 milliards de dollars en équipements militaires et sur des choses qui créent des emplois (...) dans ce pays. Je n'aime pas l'idée de mettre fin à un investissement de 110 milliards de dollars aux Etats-Unis", a-t-il déclaré à des journalistes à la Maison Blanche. "Vous savez ce qu'ils vont faire? Ils vont prendre cet argent et le dépenser en Russie ou en Chine, ou le placer ailleurs. Je pense qu'il y a d'autres moyens. Si cela s'avère finalement aussi mauvais que cela semble en avoir l'air, il y a certainement d'autres moyens de gérer la situation", a-t-il ajouté.


(Lire aussi : L’affaire Khashoggi peut-elle mettre fin à l’idylle entre Trump et MBS ?)


"Une montagne de preuves"
Selon le Washington Post, les services de renseignement américains avaient connaissance d'un projet saoudien, impliquant le prince héritier Mohammed ben Salmane, consistant à attirer Jamal Khashoggi dans un piège pour l'arrêter. Mais un porte-parole du département d'Etat américain, Robert Palladino, a démenti que Washington ait eu des informations à l'avance sur la disparition du journaliste.

"Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane doit immédiatement dévoiler toutes les preuves et informations dont disposerait l'Arabie saoudite concernant le sort du journaliste saoudien de premier plan Jamal Khashoggi", a plaidé dans un communiqué Human Rights Watch, évoquant "une montagne de preuves mettant en cause l'Arabie saoudite".

Le ministre des Affaires étrangères britannique, Jeremy Hunt, a prévenu jeudi les autorités saoudiennes qu'elles s'exposeraient à de "graves conséquences" en cas de responsabilité dans sa disparition ou son éventuel assassinat.

Côté turc, des images de vidéosurveillance tournées à l'extérieur du consulat ont déjà été diffusées par les médias, montrant le journaliste y entrer puis un va-et-vient de véhicules, mais les Saoudiens ont affirmé que les caméras du consulat ne fonctionnaient pas ce jour-là.

Se montrant sceptique, le président Erdogan a souligné dans des propos rapportés jeudi que l'Arabie saoudite a les systèmes de vidéosurveillance "les plus avancés". "Si un moustique sort (du consulat), leurs systèmes de caméras vont l'intercepter", a-t-il ainsi déclaré à des journalistes à bord de l'avion qui le ramenait d'une visite à Budapest. "Cet incident s'est déroulé dans notre pays. Nous ne pouvons rester silencieux", a-t-il ajouté. Son porte-parole, Ibrahim Kalin a affirmé jeudi soir qu'un "groupe de travail" turco-saoudien serait formé à la demande de l'Arabie pour tenter d'élucider le mystère de la disparition du journaliste.


(Lire aussi : Affaire Khashoggi : les médias saoudiens pointent le Qatar du doigt)


Machination
Depuis le début de l'affaire, des comptes Twitter pro-saoudiens accusent pêle-mêle le Qatar, rival régional de Riyad et allié d'Ankara, la Turquie, les Frères musulmans ou encore sa fiancée turque de mener une machination pour discréditer l'Arabie saoudite.

Jamal Khashoggi s'est exilé en 2017 aux États-Unis, après être tombé en disgrâce à la cour de Mohammed ben Salmane. Sa fiancée, Hatice Cengiz, a ainsi sollicité l'aide de Donald Trump. M. Trump a affirme mercredi à la presse à Washington s'être entretenu "au plus haut niveau" avec les Saoudiens, et ce "plus d'une fois", au sujet du journaliste.

Après la publication mercredi par le quotidien progouvernemental turc Sabah du nom, de l'âge et des photographies de quinze hommes présentés comme l'"équipe d'assassinat" dépêchée par Riyad, des médias et comptes sur les réseaux sociaux ont pu identifier une grande partie d'entre eux comme étant des officiers des services de sécurité ou des proches du prince héritier.



Lire aussi

L’Arabe du futur, le commentaire d'Anthony Samrani

Plus de 15 journalistes saoudiens arrêtés "dans la plus grande opacité" depuis un an

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

Alors on accuse pelé mêle le Qatar les turcs et la fiancée de Jamal .

On constatera qu'on n'accuse pas l'Iran NPR et le hezb libanais de la résistance , pourquoi donc ? c'eut été plus facile et plus "Credible" non ?

Enfin les anglais réagissent, mais et les français ils font quoi , ils manifestent pour le mariage pour tous ? Ou ils sont toujours préoccupés par le remaniement qui n'arrive pas ?

Ça fait bien longtemps que tout ce petit monde wahabito se fout de la gueule du monde , et en 1er de l'islam et des musulmans en priorité .

Toutes leurs mesures de "modernisme" de l'heritier avt l'heure de la mort ne sont que de la poudre aux yeux pour plaire à l'occident aveuglé par leur cupidité, faut pas venir crier à la supercherie maintenant.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

- LE CONGE DE TOUS LES EMPLOYES TURCS DE L,AMBASSADE LE 2 OCTOBRE,
- L,EXCUSE COMME QUOI LES CAMERAS N,ENREGISTRAIENT POINT EN CE JOUR,
- L,ARRIVEE ET LE DEPART EN QUELQUES HEURES DES 15 LE MEME JOUR ET AUX HEURES OU KASHOGGI SE TROUVAIT A L,AMBASSADE,
- LA NON SORTIE DE KASHOGGI DE L,AMBASSADE,
SONT DES PREUVES IRREFUTABLES QUE QUELQUE CHOSE S,Y EST PASSEE !

QUOI ?

Irene Said

"...les Saoudiens ont affirmé que les caméras du consulat ne fonctionnaient pas ce jour-là..."

Ils sont marrants, ces Séoudiens, ils s'imaginent que nous sommes tous des ignorants à qui l'on peut raconter n'importe quoi...

Ils n'ont pas encore compris que les dollars ne peuvent pas tout acheter...

Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué