Conflit

Netanyahu : Israël continuera à frapper en Syrie malgré les missiles russes

Le Premier ministre israélien se dit confiant que les crispations avec Moscou seront surmontées.

Un avion de chasse F-35 de l'aviation militaire israélienne. Photo JACK GUEZ/AFP/Getty Images

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré mardi que son pays continuerait à mener des frappes en Syrie malgré la décision russe de renforcer la défense antiaérienne du régime de Damas, lors d'une rencontre avec un responsable russe.

M. Netanyahu a reçu à Jérusalem le vice-Premier ministre Maxime Akimov. Il s'agissait de la première entrevue officielle avec un responsable russe de haut rang depuis la mort de 15 militaires russes le 17 septembre dans la chute de leur avion abattu par erreur par la défense antiaérienne syrienne, après un raid israélien en Syrie, pays en guerre et voisin d'Israël.

Malgré la livraison consécutive par la Russie de missiles antiaériens S-300 au régime syrien, Israël continuera son "activité légitime en Syrie contre l'Iran et ses mandataires locaux qui ont clairement fait part de leur intention de nous détruire", a déclaré M. Netanyahu lors d'une conférence de presse. Il s'est aussi dit confiant que les crispations avec Moscou seraient surmontées. "Avec du bon sens et de la bonne volonté, nous pouvons parvenir à une solution qui nous permette de maintenir le bon niveau de coordination entre les armées russe et israélienne".

L'Iran et le Hezbollah, ennemis d'Israël, aident militairement le régime syrien de Bachar el-Assad, également soutenu par Moscou. Israël martèle qu'il ne laissera pas l'Iran se servir de la Syrie comme tête de pont contre lui. Il a frappé maintes fois ces derniers mois les intérêts iraniens en Syrie. Israël et la Russie ont mis en place en 2015 un mécanisme de "déconfliction" afin d'éviter les accrochages entre leurs armées en Syrie.


(Lire aussi : Avion abattu en Syrie : les "informations trompeuses" d'Israël ont provoqué le crash, selon l'armée russe)


Dimanche, M. Netanyahu avait annoncé qu'il rencontrerait "prochainement" le président russe Vladimir Poutine pour aborder la question de la coordination de l'engagement de leurs pays en Syrie. Cette rencontre serait la première entre les deux hommes depuis l'affaire de l'avion abattu. Les deux dirigeants se sont parlé trois fois au téléphone.

Après que son avion eut été abattu, l'armée russe a d'abord accusé les pilotes israéliens de s'être servis de l'appareil comme couverture pour échapper aux tirs syriens, ce qu'a nié l'Etat hébreu. Selon Israël, l'avion russe a été atteint alors que les appareils israéliens avaient déjà regagné leur espace aérien.

La Russie a, depuis, annoncé de nouvelles mesures de sécurité visant à protéger son armée engagée en Syrie, dont le renforcement de la défense antiaérienne syrienne avec des batteries S-300 et le brouillage des communications d'avions. Ces mesures ont fait craindre à Israël de devoir limiter ses raids en Syrie contre ce qu'il présente comme des cibles iraniennes et des convois d'armes destinées au Hezbollah.


Pour mémoire

Crise Russie-Israël : une tempête dans un verre d’eau ?

Les missiles balistiques, entre nécessité iranienne et inquiétudes occidentales

Russie : Netanyahu met en garde contre le transfert d'armes sophistiquées en Syrie

Syrie : Russes et Israéliens d’accord pour calmer le jeu

Quatre obstacles à la « pax poutinia » en Syrie

Avion abattu au large de la Syrie : Israël et la Russie vont renforcer leur coordination militaire


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré mardi que son pays continuerait à mener des frappes en Syrie malgré la décision russe de renforcer la défense antiaérienne du régime de Damas, lors d'une rencontre avec un responsable russe.

M. Netanyahu a reçu à Jérusalem le vice-Premier ministre Maxime Akimov. Il s'agissait de la première entrevue officielle...

commentaires (2)

Il me semble que lui aussi, comme son ami bensaoud héritier avant la mort du vieux , va devoir dégager pour incompétence politique à vaincre l'Iran NPR et le hezb libanais de la résistance.

FRIK-A-FRAK

11 h 36, le 10 octobre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Il me semble que lui aussi, comme son ami bensaoud héritier avant la mort du vieux , va devoir dégager pour incompétence politique à vaincre l'Iran NPR et le hezb libanais de la résistance.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 36, le 10 octobre 2018

  • IL RESTE A LE PROUVER EN ACTES !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 07, le 10 octobre 2018