X

À La Une

Lorgnant la reconstruction, Moscou et Téhéran dominent la Foire de Damas

Syrie

"Les entreprises étrangères se bousculent et se font concurrence pour investir en Syrie, mais la Russie est privilégiée", se réjouit le représentant d'une entreprise russe spécialisée dans la fabrication d'équipements agricoles. 

OLJ/AFP/Maher AL MOUNES
14/09/2018

Voitures iraniennes et câbles électriques russes : les entreprises de Moscou et Téhéran tiennent le haut du pavé à la Foire internationale de Damas, lorgnant "la part du lion" dans la reconstruction de la Syrie.
Pour cette 60e édition, les compagnies des deux principaux alliés militaires du régime de Bachar el-Assad ont été installées dans une aile dédiée à elles seules, un traitement privilégié qui illustre leur rôle à venir, après sept années d'un conflit ravageur.

Le bâtiment N.1, décoré de drapeaux russes et iraniens, accueille ces entreprises, spécialisées dans la construction, l'automobile, ou encore l'agriculture et les nouvelles technologies.

Des traducteurs sont à l'affût et guettent les hommes d'affaires syriens en quête de contrats avec des partenaires étrangers, comme Libena Agro Build, société russe spécialisée dans la fabrication d'équipements agricoles et de silos à grain. "La Syrie a besoin de tous ces équipements", assure à l'AFP le représentant régional de la compagnie, le Libano-Russe Leba Chehadeh, exhibant une brochure où se succèdent produits d'irrigation ou encore des services de recyclage des métaux. "Les entreprises étrangères se bousculent et se font concurrence pour investir en Syrie, mais la Russie est privilégiée", se réjouit-il. "Nous avons défendu la Syrie sur le plan politique et militaire, nous nous attendons donc à avoir la part du lion sur le plan économique", dit-il, ajoutant : "Nous sommes ici pour élaborer ensemble le plan de reconstruction du pays".


(Lire aussi : Les États-Unis se donnent les moyens de leur nouvelle stratégie en Syrie)


Un marché "attractif"
Sept ans après le début de la guerre en 2011, le président syrien Bachar el-Assad a reconquis près des deux-tiers de la Syrie, enchaînant les victoires face aux rebelles et aux jihadistes grâce à l'intervention de l'aviation de Moscou et la présence de groupes pro-iraniens.

Les combats ont laissé la Syrie en ruine, et le coût des destructions s'élève à 400 milliards de dollars, selon l'ONU. Des villes et localités entières ont été presque entièrement rasées, et les infrastructures du pays ont besoin d'être réhabilitées. Bachar el-Assad s'est engagé à faire de la reconstruction sa "première priorité", et les autorités syriennes soulignent régulièrement le rôle incontournable qui attend les entreprises russes et iraniennes.

Durant le conflit, les entreprises russes ont investi dans les secteurs pétrolier, gazier et minier. Elles ont aussi obtenu des contrats pour la construction de minoteries et de stations de pompage d'eau.

Les investisseurs iraniens ne sont pas en reste, avec des appels d'offres lancés par les autorités syriennes qui leur sont exclusivement réservés, selon le magazine économique en ligne Syria Report.

Vendredi, à l'ouverture de la Foire, qui se tient dans la banlieue de Damas, les ministres russe et syrien de l'Industrie ont signé un mémorandum d'accord pour développer leur coopération.
Moscou a dépêché une délégation d'investisseurs pour participer à cette Foire, avec notamment des représentants de Romax, une compagnie russe spécialisée entre autre dans la fabrication de réservoirs agricoles.
"La Syrie est une priorité pour toutes les entreprises russes", assure un responsable de Romax, Aron Levachov, qui juge le pays "attractif pour les investissements". "C'est une fenêtre, une voie pour la Russie sur la Méditerranée, et à partir de là, en direction de l'Europe et de l'Afrique" ajoute l'homme, dont les propos étaient traduits du russe. De par sa "familiarité avec la situation sur le terrain, sa connaissance du marché et l'étendue des destructions", Moscou peut répondre aux besoins économiques de la Syrie, assure-t-il.


(Lire aussi : En Syrie, réhabiliter le chemin de fer pour reconstruire le pays)


De "bonnes habitations"
Des entreprises venant de 25 pays, mais aussi les représentants d'ambassades de 23 autres nations, participent à la Foire, qui se termine dimanche, selon les médias étatiques. Au total, une cinquantaine de compagnies russes et tout autant d'entreprises iraniennes y sont représentées.

Côté iranien, "il y a 32 firmes spécialisées dans la reconstruction. Le reste c'est l'industrie automobile, les produits ménagers, les hautes technologies, les tapis artisanaux, l'agriculture", égrène le responsable du pavillon iranien, Mohammad Reza Khanzad.

Attablé avec trois hommes d'affaires syriens, Mehdi Qawwam, 38 ans, vante les mérites de son entreprise iranienne de construction, spécialisée dans les façades d'immeubles, et affirme avoir conclu plusieurs contrats avec des entreprises locales. "La Syrie est l'un des rares pays qui acceptent nos produits, avec les sanctions américaines" imposées à l'Iran, souligne l'entrepreneur iranien en costume gris, dont les propos étaient traduits du persan. "Après la guerre en Syrie, le marché aura besoin de compagnies spécialisées dans le bâtiment", explique-t-il. Avant de promettre de "construire de bonnes habitations pour les Syriens affectés par la guerre".


Pour mémoire
À la Foire de Damas, la longue route vers la reconstruction

Hajj Hassan : Les investissements en Syrie sont « prometteurs »

L’Iran signe un accord sur son rôle en Syrie pour l’après-guerre

Un « Solidere syrien » en préparation dans la banlieue de Damas ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA PRESENCE DES POCHES VIDES ET DES ECONOMIES AGONISANTES N,EST QUE DU SHOW MALSAIN !

Irene Said

Chapeau à Damas pour l'organisation de cette foire, malgré tout ce qui se passe dans le reste du pays.
Et chez nous, que sait-on organiser ?

-le déversement des ordures partout
-les carrières illégales dans nos montagnes
-des élections législatives qui n'ont servi à rien
-des voyages à l'étranger pour parader
-louer des barges pour nous fournir le courant -électrique et se remplir les poches
-autoriser la chasse des petits oiseaux
-la traque de ceux qui osent critiquer nos -responsables politiques pourtant impeccables
-se plaindre continuellement des réfugiés syriens
-que l'on utilise pour absolument tout, car on -les paye moins que les Libanais

donc, chez nous c'est cela que l'on sait organiser:
le chaos en tout
Irène Saïd

LA TABLE RONDE

Les 2 NOUVELLES puissances émergentes malgré le complot ourdi par l'occident, mais qui a été terrassé par Poutine khamenri et Xi JiPing.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué