Économie

Taux d’occupation des hôtels de Beyrouth à 61 % à fin juillet

OLJ
11/09/2018

Selon le cabinet de conseil Ernst & Young, le taux d’occupation moyen des hôtels de Beyrouth s’est établi à 61 % sur les sept premiers mois de 2018, en baisse de 2,7 points de pourcentage par rapport à la même période un an plus tôt. Ce score place la capitale libanaise à la 9e place, sur 14 villes arabes retenues dans l’enquête et dont la moyenne du taux d’occupation s’élevait à 64,6 %.

La baisse du taux d’occupation de Beyrouth est la deuxième plus forte de la région, derrière Doha (-4,6 points). Le tarif moyen par chambre a connu une hausse de 1,3 % en glissement annuel pour atteindre 185 dollars sur les sept premiers mois de l’année, contre une moyenne régionale de 171,9 dollars (-2,4 %). Seules quatre villes arabes proposent des tarifs plus chers que la capitale libanaise : Djeddah (284 dollars), Dubaï (232 dollars), Koweït (193 dollars) et Manama (189 dollars). Les revenus moyens par chambre disponible à Beyrouth étaient de 113 dollars sur les sept premiers mois de l’année, contre 116 dollars pendant la même période en 2017.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants