X

À La Une

Trump avertit les pays commerçant avec l'Iran après le retour des sanctions

Diplomatie

Hassan Rohani crie à la "guerre psychologique" et écarte toute négociation sur un nouvel accord nucléaire réclamé par les Etats-Unis.

OLJ/AFP
07/08/2018

Le président américain Donald Trump a lancé mardi un avertissement aux pays qui persisteraient à commercer avec l'Iran après le rétablissement des sanctions contre Téhéran, qualifiées des "plus dures jamais" imposées. En Iran, plusieurs personnes rencontrées dans la rue ont accueilli avec colère et peur le retour des sanctions décidées à la suite du retrait unilatéral en mai de Washington de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 avec les grandes puissances.

A quelques heures de l'entrée en vigueur des sanctions qui risquent d'aggraver une économie iranienne à la peine, le président iranien Hassan Rohani a crié lundi soir à la "guerre psychologique" et écarté toute négociation sur un nouvel accord réclamé par Washington.

Les mesures américaines ont suscité la colère de la Russie qui a assuré qu'elle ferait "tout le nécessaire" pour sauver l'accord nucléaire. "La communauté internationale ne doit pas accepter que des réussites importantes d'une diplomatie multilatérale soient sacrifiées par les ambitions américaines concernant un règlement de comptes avec l'Iran", a-t-elle martelé.

Les Européens, eux aussi signataires de l'accord, s'étaient d'emblée dit déterminés à sauver le texte et à "protéger les opérateurs économiques européens engagés dans des affaires légitimes avec l'Iran". Une législation spécifique en ce sens doit entrer mardi en vigueur, ce qui n'a pas empêché l'allemand Daimler d'annoncer l'arrêt de ses activités en Iran.

"Les sanctions contre l'Iran sont officiellement en place. Ce sont les sanctions les plus dures jamais imposées et en novembre elles augmentent encore à un autre niveau", a tweeté M. Trump. "Quiconque faisant des affaires avec l'Iran ne fera PAS d'affaires avec les Etats-Unis. Je demande la PAIX MONDIALE, rien de moins", a-t-il ajouté.


Les sanctions comprennent des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale. Elles devraient accentuer la détérioration d'une économie moribonde, qui a provoqué la semaine dernière des protestations dans plusieurs villes contre notamment le chômage et l'inflation, alors que le rial iranien a perdu près des deux tiers de sa valeur en six mois avant de se reprendre un peu ces derniers jours. "J'ai l'impression que ma vie est en train d'être détruite. Les sanctions affectent déjà gravement la vie des gens. Je ne peux pas acheter à manger, payer le loyer", a dit à l'AFP un ouvrier du bâtiment à Téhéran.


(Lire aussi : À quel point la République islamique peut-elle résister à la pression américaine ?)


"Avaler le poison"
Habitués à l'hostilité des Etats-Unis envers leur pays, beaucoup d'Iraniens accusent leurs propres dirigeants de ne pas avoir trouvé de solution à la crise et ils sont nombreux à avoir mis des dollars de côté et fait des provisions ces derniers jours.
"Les prix ont augmenté depuis trois, quatre mois et tout ce dont nous avons besoin est devenu tellement cher, avant même le retour des sanctions", a déploré Yasaman, un photographe de 31 ans à Téhéran. Pour lui, les dirigeants iraniens devraient "avaler le poison" et négocier avec les Etats-Unis, pays avec lequel l'Iran n'a plus de relations diplomatiques depuis 1980.

M. Rohani, qui a tout misé sur l'accord nucléaire et une politique d'ouverture envers l'Occident, a accusé Washington de "vouloir provoquer des dissensions" parmi les Iraniens. Il a jugé "insensé" des négociations à l'ombre de sanctions imposées selon lui "aux enfants iraniens, aux malades et à la nation".

La veille, M. Trump avait dit qu'il restait "ouvert" à un "accord plus global sur l'ensemble des activités néfastes (de l'Iran), dont son programme balistique et son soutien au terrorisme". Mais il avait aussi sommé l'Iran de changer son "attitude déstabilisatrice" pour retourner "dans le giron de l'économie mondiale".


(Lire aussi : Sanctions contre l'Iran : qu'est-ce que la "loi de blocage" adoptée par l'UE contre les USA ?)


Visite du ministre nord-coréen

M. Trump reproche entre autres à ce pays son soutien au président syrien Bachar el-Assad, aux rebelles au Yémen ou encore au Hamas à Gaza et au Hezbollah.

Conclu après des années de difficiles tractations entre l'Iran d'une part, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie, la Chine, l'Allemagne et l'Union européenne de l'autre, l'accord de 2015 visait à garantir un caractère strictement pacifique du programme nucléaire iranien, contre la levée progressive des sanctions qui avaient asphyxié l'économie iranienne et isolé le pays.

Les Etats-Unis considèrent les sanctions "comme un moyen de pression pour que l'Iran revienne à la table des négociations, afin de modifier les conditions de l'accord à sa convenance. Cela ne se produira pas", estime John Glaser, du think tank Cato Institute.

"Si vous êtes un ennemi et que vous poignardez quelqu'un avec un couteau, et qu'ensuite vous dites que vous voulez des négociations, la première chose à faire c'est d'enlever le couteau", a dit M. Rohani lundi soir.

Rétablies mardi à 04h01 GMT, les sanctions américaines seront suivies, le 5 novembre, d'autres mesures affectant le secteur pétrolier et gazier ainsi que la Banque centrale. Une visite en Iran du ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong Ho, a coïncidé avec leur entrée en vigueur. Les Etats-Unis poussent aussi Pyongyang à abandonner ses capacités nucléaires et M. Trump a eu en juin une rencontre historique avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.



Lire aussi
Les Iraniens dans la tourmente : "J'ai l'impression que ma vie est en train d'être détruite"

Rétablissement des sanctions US : la population iranienne entre pression et désespoir

« Les Iraniens ont peur de ne plus retrouver leurs produits s’ils ne les achètent pas aujourd’hui »

Téhéran s'attaque à la corruption face à la chute de la monnaie nationale

Rohani isolé et en difficulté avant les sanctions américaines


Repères

Les développements depuis le retrait américain de l'accord nucléaire iranien

Sanctions contre l'Iran : comment réagissent les entreprises européennes touchées

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Changement de pouvoir en Iran? Qui vivra verra .

Irene Said

Qui sera assez fort pour "avertir" le guignol Trump que personne ne l'a nommé gendarme des nations du monde ?
Parmi tous les conseillers etc. qui l'entourent, pas un capable de lui enseigner la diplomatie, ou lui donner des conseils de prudence ?
Irène Saïd

Chammas frederico

L'étranglement economique d'un pays dont l'économie est déjà en suffocation!
Que pourront faire les Ayatollahs , s'ils ne veulent pas infléchir leur politique agressive au proche oriet...et abandonner développements atomiques et de balistique...qui sont leur atout de puissance moyenne qui veut grandir??
Question épineuse...on comprend que Rohani, le libéral, soit dans ses petits souliers, face à ses "ennemis politiques extrémistes"

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CE N,EST PAS DE LA GUERRE PSYCHO. C,EST LA GUERRE ECONOMIQUE TOUT COURT POUR COMMENCRR ET SI BESOIN EST PEUT-ETRE CE SERA LA GUERRE CHAUDE..
FAUT BEAUCOUP DE LOGIQUE AUX IRANIENS ET NON DE SENTIMENTS POUR S,EN SORTIR ET SURTOUT DE NE PAS TROP COMPTER SUR LES EUROPEENS, RUSSES ET CHINOIS QUI NE PEUVENT RIEN CHANGER !

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants