Liban

Le Hezbollah assure avoir décuplé sa force depuis 2006

Décryptage
04/08/2018

À quelques jours du douzième anniversaire de la fin de la guerre de l’été 2006, le Hezbollah occupe plus que jamais la scène médiatique régionale et internationale. Il y a ceux qui prévoient le retrait imminent de ses combattants de Syrie, en voulant présenter cela comme une acceptation des conditions américaines et israéliennes, et ceux qui attendent l’éclatement interne de l’Iran, suite aux sanctions économiques « inimaginables », selon les proches de Donald Trump, qui auraient forcément des conséquences sur le Hezbollah.
Face à tous ces pronostics, le Hezbollah reste silencieux, et, pour la première fois depuis 2006, le secrétaire général Hassan Nasrallah n’a pas prononcé plusieurs discours pour commémorer ce qu’il considère comme la grande victoire de la résistance contre Israël. Au mieux, il pourrait se contenter d’un seul discours aux alentours du 14 août, date de la fin de la guerre de 2006, ou même garder le silence en attendant les développements régionaux.
En réalité, selon des sources proches du Hezbollah, ce dernier n’a plus à prouver qu’il a remporté cette guerre. La polémique interne, qui s’était amplifiée après l’adoption par le Conseil de sécurité de l’ONU de la résolution 1701, ayant mis un terme à la guerre de 2006 sur la réalité de la victoire du Hezbollah ou sa défaite camouflée en raison du prix élevé payé par le Liban dans cette guerre n’a plus de raison d’être.

En effet, depuis 2006, la force de ce parti n’a cessé de grandir, alors que la guerre qui a eu lieu cette année-là était, au moins, destinée à l’affaiblir et mettre un terme à sa puissance de feu. Selon les sources proches de cette formation, dès le 15 août 2006 (au lendemain de la cessation des hostilités décidée par la résolution 1701), le Hezbollah a commencé à se préparer à une nouvelle confrontation avec les Israéliens. Selon ses estimations, les Israéliens ne pouvaient pas accepter la défaite de 2006 et ils comptaient préparer une nouvelle attaque. D’ailleurs, le rapport Winograd publié à la suite de la guerre de 2006 était destiné à expliquer les failles qui ont provoqué la défaite des Israéliens, dans le sens où ils n’ont atteint aucun des objectifs qu’ils avaient fixés pour cette opération. Les sources proches du Hezbollah révèlent aussi que, dans le cadre de cette guerre, les Israéliens avaient planifié de se venger de la ville de Bint Jbeil où Hassan Nasrallah avait prononcé « le discours de la victoire » en 2000, après le retrait israélien sans conditions du Liban et dans lequel il avait qualifié Israël de « plus fragile qu’une toile d’araignée ». Les militaires israéliens avaient donc planifié d’envahir Bint Jbeil et le terrain dans lequel Nasrallah s’était adressé à la foule, en appelant l’opération « les fils d’acier » en réponse à la toile d’araignée. Ils croyaient même avoir atteint leur objectif, lorsque soudain, les combattants du Hezbollah ont surgi du sol, encerclant les militaires et les obligeant à se retirer de Bint Jbeil.


(Lire aussi : L'armée israélienne se prépare à différents scénarios de guerre avec le Hezbollah)


Unité d’élite
Le Hezbollah a donc décidé de se préparer à une nouvelle attaque et il a décidé de constituer une nouvelle unité d’élite. En 2009, cette unité a commencé à prendre forme et ses membres, des volontaires, selon le parti, ont bénéficié d’un entraînement sur toutes les armes et les formes de combat pendant huit mois. Ce qui est une première et montre que le niveau de professionnalisme dans le combat s’est amélioré, car, auparavant, les combattants du Hezbollah suivaient des sessions de formation d’une durée de 35 jours.
La guerre en Syrie qui a commencé en 2011, mais à laquelle le Hezbollah n’a commencé à participer qu’un an plus tard, lui a permis de tester cette nouvelle force qui a été envoyée se battre dans ce pays.
Selon les sources précitées, ceux qui misaient sur un affaiblissement du Hezbollah et sur le fait que ses combattants étaient occupés à se battre en Syrie et ne pouvaient donc pas tenir le front du Sud, favorisant ainsi une nouvelle attaque israélienne, se trompaient, car les effectifs envoyés en Syrie n’étaient donc pas ceux qui étaient en place au Sud. De plus, les combattants du Hezbollah tombés en Syrie n’ont pour la plupart (excepté les cadres) pas dépassé les 22 ans. Il s’agissait donc de nouvelles recrues.
La guerre de Syrie, dans laquelle beaucoup voyaient la chute du Hezbollah et la perte « de son aura de mouvement de résistance », lui a finalement permis d’acquérir une expérience inégalable et précieuse, sur le plan de l’offensive et dans plusieurs types de terrains, dont les milieux urbains et le désert. Il a même profité de l’occasion pour commencer à fabriquer ses propres missiles (des fusées dotées d’un guidage), dont l’un d’eux, avec une courbe parabolique comme la roquette Hawn (qui n’a pas de guidage), tout en ayant une portée plus grande, a été utilisé pendant la guerre du jurd l’an dernier contre le QG des combattants au Qalamoun et dans ses environs.

Selon les sources proches du Hezbollah, les Israéliens suivent de près les performances de ses combattants en Syrie et ils savent parfaitement combien il a développé sa puissance pendant cette guerre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’une des revendications transmises par le Premier ministre israélien au président russe est le retrait des combattants du Hezbollah des environs du Golan et même de Syrie. Cette réclamation est perçue par le Hezbollah comme la reconnaissance de sa propre force par les Israéliens et la confirmation de sa conviction que les Israéliens ne sont pas en mesure, dans les circonstances actuelles, de lancer une nouvelle guerre contre le Liban.


Lire aussi

Transfert d’armes iraniennes : en Syrie, tous les chemins mènent au Hezbollah

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C.K

Difficile de faire plus puant....

Houri Ziad

Tant mieux parceque ils vont en avoir besoin bientot Pour proteger les lieux saints en IRAN

Saliba Nouhad

Une apologie pure et simple du Hezbollah...
Mais que voulez-vous prouver, Mme Haddad?
Une milice supra-nationale, théocratique, belliqueuse, prête à sacrifier sa jeunesse soi-disant pour des glorioles divines, ainsi que le Liban en entier en cas de nouveau conflit avec Israël...
Nous ne le savons que trop bien et réalisons le danger qu’il représente pour l’avenir du Liban, ce qui ne semble pas être votre cas, alors que vous nous aviez donné l’impression, récemment que vous deveniez plus objective et nuancée!
Des victoires divines au prix du sacrifice de notre jeunesse et de l’infrastructure du pays, on en a soupé de ces mentalités moyenâgeuses...
C’est vrai qu’il y a une sorte d’équilibre de la terreur qui s’est installée en termes relatifs avec nos voisins du Sud, mais vous savez que ça ne prend qu’une étincelle!

Paon Ardent

Mrs Haddad is absolutely right to celebrate the victory of 2006.
It reminds me when I celebrated the Victory of the Sioux Chiefs Sitting Bull and Crazy Horse on the troupes of General Custer in 1876 at Little Big Horn.
That victory allowed the Indians to establish many casinos on their reservations. The one I will recommend, since we like to celebrate, is the Mohegan Sun in Connecticut, where continuous celebrations are available almost 24 hours a day.
Smart, these Indians. Can we do the same ?

Sami Y Nasrallah

Doit on se rejouir ou s’en inquieter?

gaby sioufi

HALLELUJA SCARLETT H NS TRANQUILISE QUANT A NOTRE AVENIR SI DOUX , D'AUTANT + ADOUCI PAR SON 2 eme AMOUR VALI FAKIH IRANO-LIBANAIS & PAR LA VICTOIRE SACRO SAINTE DE ASSAD DANS LA GUERRE UNIVERSELLE MENEE CONTRE LUI .

craint on voir HN forcer la dose militariste a la 7 mai 2008 bientot si Hariri ne lui obeit pas?
si hariri ne donne pas satisfaction a aoun&gb ?
NON NON & NON.
tant que hezb a decule sa puissance militaire nous loibanais n'avons + rien a craindre .
bientot jerusalem sera libere, promis jure.




yves kerlidou

comme c'est dommage qu'il y est encore des personnes qui en 2018 se glorifient le leur puissance militaire, comment peut on encore avoir la culture de la violence et de la mort. Regardez vers l'Europe après deux grands conflits qui ont fait des millions de morts et pourquoi et pour qui ? aujourd'hui ces pays fraternisent pour le bien de leurs population. Et ici on continue à vivre dans une culture du moyen âge et peut être même du temps des barbares

Salim Dahdah

Votre article est à a fois étonnant et inquiétant pour une journaliste natonaliste et souveraine de votre acabit...!
Quel message cherchez-vous à diffuser...?
Commercialisez-vous les capacités militaires d'une Armée,constituée et formée par des citoyens libanais sur notre territoire national,pour le compte d'une "Puissance Etrangère" celle de la "Wilayat Al Faqih"...?
Il eut été peut-être plus adéquat, dans les circonstances que traverse le pays, que vous rendiez hommage et reconnaissance à notre Armée Nationale qui se sacrifie, malgré ses moyens limités, pour protéger la vie et la dignité de nos citoyens et non ceux d'ailleurs...

Irene Said

Il a décuplé sa forcde depuis 2006 ?
Et puis après, quels bénéfices pour le Liban ?

Des menaces de guerres venant d'Israël, tout aussi puissant, et auquel le "parti divin" prétend "résister" ?

Irène Saïd

DAMMOUS Hanna

Croyez-vous que les réactions et les sanctions urbi et orbi Israëlo-américaines et leurs alliés pour en finir avec le HESB suite aux renseignements qui le décrivent comme une véritable menace régionale? Ou c’est de la pure excitation pour des raisons de stratégie politique.

Aref El Yafi

Est-ce inquiétant ou rassurant ? Car contre qui va-t-il utiliser cette puissance de feu? Israël? Mon œil! Pas une balle n’a été tiré sur l’ennemi depuis les accords de 2006. La frontière libanaise a été verrouillée tout comme la frontière syrienne qui depuis les accords de 1974 n’a plus permis le lancement d’un volant de Badminton.

Qu’il le veuille ou non, Hezbollah qui a vos yeux est le gagnant du 2006 round, est maintenant la police de frontière du Nord d’Israël. Sur ce point, c’est plutôt rassurant, car il nous évite la foudre israélienne et la destruction de notre cher Liban si des Palestiniens s’aventureraient à lancer des roquettes et des missiles.

C’est inquiétant car alors la question se pose: Contre qui ? Les Syriens ou les Sunnites ? Qu’est ce qui vous fera plaisir, Madame Haddad ?

Beauchard Jacques

Le Hezbollah dix fois plus fort= l'Etat libanais dix fois plus faible?

Tabet Ibrahim

Intox

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PANEGYRIQUE HABITUEL DU HEZBOLLAH PAR LA TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD ! RIEN QUE DES ENCENSEMENTS. ELLE NE VOIT AUCUN DEFAUT A CRITIQUER... DOMMAGE !

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué