X

Moyen Orient et Monde

Transfert d’armes iraniennes : en Syrie, tous les chemins mènent au Hezbollah

Éclairage

Israël aurait demandé à Moscou le retrait des armes de longue portée qui peuvent atteindre son territoire, mais la requête bute sur la difficulté à séparer l’ivraie iranienne du bon grain syrien.

25/07/2018

Tous les dirigeants de petits pays de moins de 10 millions d’habitants ne peuvent se vanter de bloquer autant de créneaux dans l’agenda de Vladimir Poutine et de ses ministres. Si la fréquence des consultations avec Moscou pourrait étayer ce vieux slogan du Likoud : « Quand Netanyahu parle, le monde écoute », le temps passé à écouter les angoisses israéliennes quant à l’implantation iranienne en Syrie démontre néanmoins davantage la difficulté de Moscou à élaborer un accord acceptable pour Tel-Aviv. « Vous passez à côté de l’essentiel », semble être en substance la réponse de l’État hébreu à l’engagement russe de garder les forces iraniennes à 100 km de la frontière israélo-syrienne. 
L’offre a été mise sur la table réunissant lundi Benjamin Netanyahu et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Mais si elle permettrait à Israël de ne pas être directement sur le palier de l’Iran et de ses obligés en Syrie, elle le maintiendrait dans leur viseur. L’État hébreu aurait donc exigé que les armes de longue portée pouvant survoler les 100 km soient purement et simplement retirées du territoire syrien, d’après le Haaretz. Un des principaux motifs d’angoisse pour l’establishment sécuritaire israélien sont les Fateh-110, des missiles sol-sol produits et améliorés ces dernières années par l’industrie militaire iranienne. La quatrième et dernière génération de missiles Fateh-110 possède une portée d’au moins 300 km. Hassan Nasrallah a déclaré en 2015 que des Fateh-110 avaient été livrés à sa milice dans son fief libanais, tandis que des sources israéliennes ont confié cette année à l’International Crisis Group craindre que le Hezbollah stationne le même type d’armement dans les reliefs de l’Ouest syrien. 


(Lire aussi : Israël dit avoir abattu un avion syrien, version différente à Damas


Nouveau front
 « Le Hezbollah a la capacité de cibler Israël depuis n’importe où dans l’ouest de la Syrie, et les Iraniens cherchent à pousser cette portée aussi loin que la ville de Palmyre », explique Nick Heras, analyste au Center for New American Security, joint par L’Orient-Le Jour. Une courte moitié du territoire syrien, délimitée par la latitude Homs-Palmyre, serait donc opérationnelle pour attaquer Israël. « Notre problème n’est pas l’Iran à la frontière. Notre problème est l’Iran en Syrie », a déclaré la semaine dernière au journal américain The Atlantic le député israélien et ancien ambassadeur à Washington Michael Oren. Que le Hezbollah puisse jouer la seconde manche de la guerre de 2006 depuis la Syrie peut partiellement inhiber la riposte israélienne. La communauté internationale ne contesterait probablement pas le droit de l’État hébreu à se défendre s’il répondait en Syrie à des attaques orchestrées à partir de ce pays. Michael Oren affirme cependant dans le même article qu’Israël « serait forcé » de frapper le Hezbollah chez lui, sur sa base électorale, pour que la riposte soit suffisamment dissuasive. « La bataille qui commence au Liban ne se termine pas au Liban. La bataille au Liban finit à La Haye. Et le but là-bas est l’érosion systématique de notre légitimité. De notre droit à nous défendre, et ultimement de notre droit à exister », ajoute M. Oren dans le même article. « Et je dois vous le dire, honnêtement, ils (le Hezbollah) gagnent cette guerre », conclut-il. 


(Lire aussi : Israël refuse le compromis russe sur l’Iran en Syrie)


Distinction impossible
Quelle que soit l’étendue du rayon que Moscou s’engage à stériliser de tout armement menaçant pour Israël, reste le problème de la faisabilité des promesses russes. Tout comme il est devenu quasi impossible de distinguer les forces conventionnelles de l’armée syrienne des milices pro-iraniennes, qui ont partiellement noyauté les troupes de Bachar el-Assad, différencier l’armement hostile à Israël de l’armement à usage « domestique » est illusoire. Une arme est une arme, et elle peut changer de cible du jour au lendemain. « Une zone exclusive de 100 km où les Iraniens ne seront pas autorisés à entrer n’empêchera pas les Iraniens de transférer des armes au Hezbollah. Même si les Russes y mettent de la bonne volonté, les Iraniens peuvent simplement transférer le matériel aux renseignements syriens en dehors de la zone, et ensuite le régime les livrera au Hezbollah », remarque Nick Heras. Israël se heurte aussi à ses propres contradictions : il s’est fait une raison quant au retour du régime dans l’intégralité du Sud-Ouest syrien, mais reste intransigeant quant à toute forme de présence iranienne en Syrie. Mais séparer le problème Assad du dossier iranien semble impossible, au moins à court terme. « Il y a d’innombrables brèches dans le bouclier que les Israéliens espèrent voir les Russes élever entre eux et l’Iran. Téhéran s’engouffre dans, et élargit à chaque fois, ces brèches », poursuit l’analyste.

Tout ou rien
Pour Israël, il n’y a donc pas de bonne solution intermédiaire à la présence iranienne en Syrie. La ligne maximaliste rebattue par Tel-Aviv –aucune place pour aucune présence iranienne dans aucune partie de la Syrie – est impossible dans la pratique pour le moment, mais cohérente en théorie. Imaginer des parcelles vides de toute présence iranienne sur le territoire syrien ne fait que déplacer le problème ailleurs, et Moscou ne semble même pas capable d’exécuter cette solution imparfaite. « Les Russes proposent un retrait progressif des forces encadrées par Téhéran, mais pas avant une opération potentielle à Idleb. Moscou explique qu’Assad n’a pas la capacité de maîtriser seul el-Qaëda puis de stabiliser cette région. Les Russes disent qu’ils ont besoin de temps pour regagner les zones tenues par des groupes terroristes, pour ensuite restructurer l’armée syrienne sans les milices pro-iraniennes, ce qui est une demande majeure des Israéliens, explique M. Heras. C’est tout ce que le Kremlin peut offrir à Israël. » Étant le seul acteur du conflit syrien à dialoguer avec toutes les puissances parties prenantes au conflit, Moscou est presque par défaut le réceptacle des angoisses stratégiques de Tel-Aviv. Mais le partage des tâches au sein de la coalition pro-Assad réserve le sol aux forces pro-iraniennes et le ciel aux Russes, dont les mercenaires ont appuyé, à la marge, les opérations terrestres lorsque nécessaire. Difficile pour celui qui survole le sol de dicter son agenda à celui qui l’occupe.


Pour mémoire

Un raid aérien israélien vise une "position militaire" du régime syrien

Israël a bombardé un site militaire à Alep, accuse Damas

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Lebinlon

Notez aussi que ledit combattant du Hezbollah est armé d'un M16 A1 de première génération.
détail qui a son importance car c'est une arme américaine et dans la région, c'est l'armée libanaise qui en a le plus recu. l'ALS aussi a eu de M16 A1 mais a plus souvent eu recours aux Kalach, les Israéliens ayant toujours refusé de donner des Galil a cette milice

L'Orient-Le Jour

Merci pour votre commentaire, l'erreur a été corrigée.
Bien à vous

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MINE ? MA GHAYROU !

HIJAZI ABDULRAHIM

"De notre droit à nous défendre, et ultimement de notre droit à exister". il aurait pu ajouter et d'occuper la terre palestinienne, de notre droit de faire ce que nous voulons dans cette région...Je regrette simplement que la journaliste libanaise qui a rédigé l'article , n'est pas pu donner le point de vue libanais . L'Orient le jour est très lu dans les milieux francophone partout dans le monde. L'article présente le point de vue israélien, pour justifier leur volonté d'intervenir en Syrie, alors que le fond du problème est l'occupation par la force du terrain d'autrui et l'apartheid qui en découle.

Algebrix

La photo ci-haut montre un tir de canon automoteur et non pas un missile. Merci.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants