X

À La Une

Navires-centrales : retour sur un dossier polémique

Liban La nouvelle barge que l’Etat a décidé de louer à l’opérateur turc Karadeniz est arrivée aujourd'hui au large de Jiyeh.
15/07/2018

Annoncé le 21 mai dernier, dans le sillage du dernier Conseil des ministres du gouvernement sortant, le nouveau navire-centrale (aussi appelé centrale flottante ou barge) que l’État a décidé de louer à l’opérateur turc Karadeniz est arrivé aujourd'hui au large de Jiyeh (sud du Mont-Liban) où il doit être mis en service. Selon le ministre de l’Énergie et de l’Eau, César Abi Khalil, mandaté pour négocier les termes du contrat, cette barge, baptisée Esra Sultan, va permettre d’augmenter temporairement les capacités de production d’Électricité du Liban (EDL) de 200 mégawatts (MW) soit deux heures de courant en plus.

 
Peu de détails

Le ministère de l’Énergie n’a pas communiqué tous les termes du contrat. L’arrivée de cette barge, dont le nom est resté inconnu jusqu'à la dernière minute, s’inscrit néanmoins dans le cadre d’un accord plus large qui comprend la prolongation pour trois ans de plus de la location de deux navires mis en service en 2013 par le même opérateur : le Fatmagül Sultan à Zouk et Orhan Bey à Jiyeh, pour un total de 370 MW et pour un coût de plusieurs centaines de millions de dollars.
Lors d’une conférence de presse organisée le 22 mai, M. Abi Khalil avait affirmé que la location de la nouvelle centrale flottante pour trois ans avait été négociée « sans frais supplémentaires », ajoutant qu’elle avait permis de baisser le prix du kilowattheure de 5,85 à 4,95 centimes de dollar, hors coût du mazout, entre autres clauses. Le ministre était en revanche reste évasif sur le coût de la location après la période de gratuité de trois mois négociée.
Le flou qui règne sur les conditions du contrat a d’ailleurs été dénoncé courant juin par certains membres du gouvernement sortant, dont le vice-Premier ministre et ministre de la Santé, Ghassan Hasbani, et le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Marwan Hamadé. Ces derniers ont notamment critiqué le fait que ce procès-verbal du Conseil des ministres qui a entériné la décision de louer une troisième barge ne correspondait pas à ce qui avait été convenu lors de la réunion.
L’affaire a été à l’origine d’une importante passe d’armes entre les deux camps, sur fond de querelle politique entre les Forces libanaises et le Courant patriotique libre auxquels sont respectivement ajoutés M. Hasbani et M. Abi Khalil, sans  pour autant que d’autres éléments du contrat ne soient rendus publics. « Il n’y a que deux personnes qui connaissent les détails : le ministre sortant de l’Énergie et son prédécesseur de 2009 à 2011, l’actuel ministre sortant des Affaires étrangères et des Émigrés, Gebran Bassil », déclare une source proche du dossier. Contacté par L’Orient-Le Jour, le ministère de l’Énergie n’a pas fourni plus de précisions.


(Lire aussi : Navires centrales : le PSP de Joumblatt "ne veut pas polémiquer ou invectiver")


Échec du marché public
M. Bassil est à l’origine du plan de restructuration du secteur de l’électricité adopté en 2010 par le Conseil des ministres qui avait introduit pour la première fois les navires-centrales comme solution temporaire pour pallier le déficit de production d’électricité. EDL, qui détient le monopole de la production, assure en effet moins des deux tiers des besoins du pays, qui gravitent autour de 3000 MW.
Les centrales flottantes ont l’avantage de pouvoir être déployées rapidement avec un minimum de travaux d’aménagement (un brise-lame et un terminal de carburant suffisent). Celles mises en service au Liban fonctionnent au mazout, mais des modèles consommant du gaz naturel liquéfié ou l’énergie nucléaire ont récemment été développés. Karadeniz est un des plus importants acteurs mondiaux de cette filière avec une dizaine de barges qui ont été où sont toujours en service au Ghana, en Indonésie, en Irak, ou encore au Pakistan.


(Lire aussi : Geagea : Cherchez la cause dans le « marché » des navires-centrales)


Une solution, à la base, temporaire
Le déploiement des premiers navires-centrales au Liban il y a cinq ans devait être temporaire, et permettre au Liban de lancer plusieurs projets prévus par le plan Bassil - dont la construction de nouvelles centrales confiée au secteur privé - pour réhabiliter le secteur. Mais face à l’incapacité des gouvernement successifs, rongés par les dissensions politiques, à lancer les projets prévus, la location du Fatmagül Sultan à Zouk et du Orhan Bey a été prolongée de deux ans une première fois en 2016, avec plusieurs modification au contrat d’origine. Le prix du kWh était ainsi passé de 5,95 à 5,85 centimes de dollars et la capacité augmentée de 100 MW, tandis que Karadeniz acceptait de renoncer à certains bonus en cas d’économie de fuel, avait indiqué Le Commerce du Levant en juillet 2016.
Enfin, l’arrivée de la troisième barge a été décidée après l’échec du gouvernement à mettre en oeuvre une solution aussi ambitieuse que controversée proposée par le ministre de l’Énergie en mars 2017 et consistant à déployer temporairement une capacité de 850 MW dans le cadre d’un plan d’urgence reprenant une partie des préconisations du plan Bassil. Adoptée dans la foulée par le Conseil des ministres, la mise en oeuvre de cette solution à 850 millions de dollars par an s’est finalement soldée par l’échec de la procédure d’appel d’offres lancée par le ministère de l’Énergie, après plusieurs mois de discussions et d’allers-retours entre le gouvernement et la Direction des adjudications qui avait jugé que le cahier des charges favorisait la solution proposée par l’un des candidats… en l'occurence, la société Karadeniz. Le 21 mai, le Conseil des ministres avait finalement décidé de lancer un nouvel appel d’offres avec des critères techniques moins limités.


Pour mémoire

Abi Khalil promet plus d’électricité moins cher

Hausse des prix du pétrole : comment EDL aurait pu économiser des millions de dollars

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Et si vous alliez demander à nos voisins, en Israël...oui...oui...! comment ils font pour avoir de l'électricité ?
Nous n'apercevons pas de navires-centrales dans leurs eaux territoriales, et ils ont semble-t-il trouvé la combine pour avoir le courant électrique normalement...
Alors pourquoi eux...et pas nous, les super-Libanais en tout ?
Leur pays ressemble beaucoup au nôtre: montagnes, vallées, bord de mer, climat etc.
Ce sont des usurpateurs...tout ce que vous voulez, c'est vrai...mais le petit bout de pays qu'ils possèdent est bien mieux géré, soigné et préservé que notre Liban, et les touristes nombreux.
A bon entendeur, salut !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE MANQUE DE COLLECTES DE L,EDL DES REGIONS BIEN CONNUES DU LIBAN... OU ON N,A JAMAIS PAYE L,ELECTRICITE... PLUS LE LOUAGE ECTUELLEMENT DE 3
BARGES ALOURDISSENT LA DETTE DU PAYS ENTRE 3 A 4
MILLIARDS DE DOLLARS PAR AN ! LATTA OU BATTA !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE CORRIGE : CES BARGES SE VENDAIENT AVANT LE LOUAGE DU SIECLE ENTRE 300.000.- A 400.000.- DOLLARS LA PIECE AVEC PROMPTE LIVRAISON ET LA CLEF A LA MAIN. CERTES QU,ON LE SAVAIT ! ON PEUT TIRER LES CONCLUSIONS.

Yves Prevost

Si l'EDL fournit près des 2/3 des besoins en électricité, et qu'on y ajoute 2, et maintenant 3 centrales flottantes, comment se fait-il que le citoyen moyen, ne reçoive, lui, l'électricité que 12/24h?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET CLEF A LA MAIN !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CES BARGES SE VENDAIENT IL Y A 4 ANS 300.000.- A 400.000.- DOLLARS PIECE AVEC LIVRAISON PROMPTE !

Sarkis Serge Tateossian

Ceux qui montent ce dossier de "location" doivent en avoir honte.
Ca pue la corruption!

Le Liban mérite une gestion plus saine de l'argent public.

Remy Martin

Le seul résultat palpable de ces locations de barges est d'arrondir les fins de mois difficiles de certains ... Corruption ? Mais non, voyons.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL Y A SIX DE CES BARGES EN RADE D,ELEFSIS EN GRECE SANS TRAVAIL DEPUIS LONGTEMPS ET DONT LE PRIX D,ACHAT EST DERISOIRE. A CHACUN DE TIRER SES CONCLUSIONS !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA COMBINE DU SIECLE ! OU AVEC LA LATTA AKALOU WILL BATTA...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué