X

La Dernière

Henriette et Georges Tohmé, des vies de passion et de transmission

Positive Lebanese
11/07/2018

Oxalis articulata, Asperula libanotica, Valeriana dioscoridis, les fleurs du Liban ont des noms savants aussi anciens que la terre sur laquelle elles poussent. Ceratonia siliqua, Hedera helix, Salix libani, les arbres du Liban n’en veulent pas aux hommes qui les abattent. Rarement pays aura été aussi généreux. Dans nos tout petits 10 452 km2 aux reliefs si différents, une telle variété de flore nécessiterait une vie entière pour être répertoriée. Et c’est exactement la vie que se sont choisie Henriette et Georges Tohmé, tous deux docteurs en sciences naturelles et amoureux fous de la nature. Et quelle vie ! Plus de quarante ans passés à enseigner, former, découvrir, chercher, identifier, traquer et surtout partager, écrire, transmettre. Plus de quarante ans passés à parcourir le pays, mètre par mètre, pour étudier la faune et la flore, et révéler au monde la richesse prodigieuse de ce petit pays béni des dieux par la variété des reliefs, des climats, des biotopes. Professeurs à l’Université libanaise, chercheurs au CNRS dont Georges Tohmé est le président, le couple, dont la devise est « pour aimer son pays, il faut le connaître », a à son actif plus de cinquante publications mises à la disposition du public. Parmi ces livres, un traité sur l’éducation civique et écologique, Les mammifères sauvages, Les coquillages terrestres du Liban, Les oiseaux du Liban (entièrement illustré par les dessins d’Henriette Tohmé), Les fourmis du Liban, Les arbres du Liban et, dernièrement, La flore illustrée du Liban, un magnifique ouvrage édité par le CNRS et répertoriant plus de 2 600 plantes libanaises sauvages. Ce qui représente un chiffre énorme, proportionnellement à la surface du pays, puisque, à titre d’exemple, en France dont la superficie fait 644 000 km2, on n’a recensé que 4 000 espèces. Président de l’Université libanaise pendant quelques années, Georges Tohmé met en place plusieurs facultés et entreprend de dépoussiérer les recherches des botanistes français qui se sont succédé au Liban et de les enrichir de nouvelles découvertes.

Pionniers dans le domaine des sciences naturelles, les époux Tohmé, qui se sont connus à l’université, ont marqué de leur empreinte les différents sentiers du Liban. Durant des années, quels que soient les événements et les aléas, le duo de docteurs a consacré deux jours par semaine à aller à pied à la rencontre des arbres, des fleurs, des insectes, des animaux de ce merveilleux Liban si méconnu. Ils ont souvent mis leurs élèves à contribution et leur passion dans cette transmission. À l’heure où les bombes pleuvaient, rien n’arrêtait les recherches et chaque question était un véritable défi. Combien de variétés de figuiers existe-t-il au Liban ? Quels poissons trouve-t-on dans chaque région ? Le jeu était lancé et passionnait élèves et professeurs.

Résultat de tous ces voyages et recherches, de magnifiques répertoires, des publications nécessaires et un généreux herbier mis à la disposition de tous. De plus, les études qu’ils ont entreprises ont contribué à l’établissement des réserves naturelles au Liban qui sont au nombre de quinze actuellement – des sites préservés de la destruction et de la corruption. Entendre toutes ces belles nouvelles met du baume au cœur en cette période de désastre écologique et de destruction incontrôlable. Mais rien n’ébranle Henriette et Georges Tohmé, tellement fascinés par leurs découvertes et tellement confiants pour la suite grâce aux générations d’élèves qu’ils ont formés et qui se sont spécialisés dans les différents domaines de l’étude de la nature. Oui, pour aimer et protéger son pays, il faut d’abord le connaître et ne jamais arrêter de braquer les projecteurs sur ses multiples richesses et sa nature si abondante et si variée.

*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d'amour pour son pays. (voir ici)



Dans la même rubrique
Rima Tarabay : Persévérer pour préserver

Ramzi Salman : Offrir à la terre ce que la terre nous a offert

Yola Zard Noujaim : quand la passion soulève les montagnes

Antoine Messarra : du devoir de positiver

Serge Akl : le cœur battant du Liban à Paris

Lamia Charlebois : Au nom de la mère

Adyan, vivre ensemble en toute intelligence

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué