X

La Dernière

Ramzi Salman : Offrir à la terre ce que la terre nous a offert

Positive Lebanese
07/06/2018

La montagne libanaise est généreuse. Elle nous offre ses arbres, ses vallons, son soleil, son humus, ses vergers, ses traditions et ses hommes. Elle nous offre aussi de bien belles histoires. Des histoires anciennes qu’on se répète au coin du feu. Des histoires qu’on transmet de père en fils et qui se font l’écho d’autres histoires. Mais aussi des aventures humaines qui perpétuent ce formidable lien à la terre que rien n’aurait jamais dû bouleverser. 

Bkerzay est un rêve. Le rêve d’un homme qui a vite compris que c’est la nature qui fait les hommes. Ramzi Salman est né et a grandi à Beyrouth où il a entrepris des études d’architecture. Très épris des détails qui caractérisent ces maisons libanaises qui ont une âme, il a toujours essayé de comprendre l’essence même de cette architecture levantine qui installe une identité. Après quelques années passées aux États-Unis où il a fondé une famille, le retour dans un Liban d’après-guerre qui se reconstruisait s’impose. Le Beyrouth des années 1994 était un vaste chantier et, très vite, l’entreprise A.R. Hourié qu’il rejoint s’attaque à de grands projets comme la reconstruction des souks, la mosquée al-Amine, Zaytounay Bay, l’agrandissement du port et tant d’autres. 

Dans le tumulte et le bruit de la ville, des envies de partance et d’évasion. Et c’est naturellement vers Baakline, le village d’origine de sa mère, que Ramzi Salman cherche son petit coin de paradis. D’un verger d’orangers visité à Lattaquié, il garde l’émerveillement des sens et l’attrait de la terre. Cultiver, planter, se ressourcer... la montagne répond à son appel et une parcelle de terre à la vue époustouflante vient concrétiser ses désirs de nature profonde et vraie. L’aventure peut alors vraiment commencer pour cet architecte qui pense ses volumes, ses détails, leur profonde interaction avec leur environnement et les perspectives de communion avec l’authentique. 

Avec le savoir-faire ancestral des cheikhs druzes, le premier domaine voit le jour totalement et harmonieusement planté dans cette montagne séculaire. De cette formidable expérience avec la pierre et la nature, Ramzi Salman tire une évidence, celle d’une mission qui s’impose pour défendre le Liban, ses terres, ses hommes et ses cultures. L’évidence aussi de la nécessité de réunir les citadins et les villageois dans un échange salutaire. L’idée de créer un vaste projet économiquement viable pour aider la montagne à rester une montagne commence alors à faire son chemin, et c’est dans un magnifique domaine à cheval entre Baakline et Deir Dourit que les fondations de Bkerzay s’établissent. Un atelier de poterie d’abord, pour renouer avec cet artisanat libanais, puis la fabrication de savon, de miel, d’huile et de thym viennent consacrer la marque Bkerzay, synonyme d’authentique et de terroir. Le succès est au rendez-vous avec des artistes qui viennent travailler la terre, et des aficionados venus se ravitailler en produits sains et se remplir de l’odeur des pins. Préserver, c’est un mot qui revient souvent dans la bouche de Ramzi Salman. Préserver les traditions et les hommes et donner la chance aux gens du village de continuer à cultiver leur terre, et aux gens de la ville de vivre l’expérience rurale dans toute son étendue. 

Aujourd’hui, Bkerzay est un exemple à suivre. Avec 34 chambres d’hôtes disponibles tous les jours de l’année, des restaurants, une piscine, des boutiques d’artisanat, un atelier de poterie, un hammam typique, des randonnées proposées, des dégustations des produits de la région, bientôt des rencontres musicales, des expositions artistiques, il est difficile de ne pas être totalement conquis par la magie de ces lieux qui proposent vraiment autre chose qu’une simple escapade touristique. Plutôt une immersion profonde dans la montagne profonde avec du vécu, du vrai et de l’humain derrière chaque pierre. 

 « Comme la terre nous donne son nom, je lui donne mon humanité » – Paul Claudel.


*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d'amour pour son pays. (voir ici)



Dans la même rubrique

Yola Zard Noujaim : quand la passion soulève les montagnes

Antoine Messarra : du devoir de positiver

Serge Akl : le cœur battant du Liban à Paris

Lamia Charlebois : Au nom de la mère

Adyan, vivre ensemble en toute intelligence

Découvrir Beyrouth, autrement, avec Moustafa Fahs

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlet HADDAD

Un sommet avec trois présidents seulement et beaucoup de non-dits

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Écoles fermées... et le numérique alors ?

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le Liban sépare ceux qui s’aiment

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué