Droits de l’homme

« Workers not slaves » : les sans-parole s’emparent de l’espace public libanais

Environ 300 personnes se sont retrouvées hier à Dora afin de manifester leur colère face aux conditions de travail des immigrés.

Les manifestantes, hier, à Dora.

Dora. En plus de la chaleur de l’après-midi, le bruit des klaxons alourdit considérablement l’atmosphère. Des dizaines de silhouettes, principalement des femmes à la peau noire, discutent entre elles. Dans leur main, des pancartes avec les écriteaux suivants : « Get up, stand up for our right », « Stop à l’injustice » ou encore « Stop au racisme ». Les minutes passent et les personnes se font de plus en plus nombreuses. Elles sont près de 300. Dans ce seul lieu, la diversité des personnes dépasse de loin celle qu’on a l’habitude de voir à Beyrouth. Cependant, les immigrés restent, de loin, les plus nombreux. « Cela fait un mois et demi que nous préparons la manifestation. Pour toucher le plus de personnes concernées, nous avons collé des affiches dans les quartiers où il y a le plus de migrants. Les réseaux sociaux ont été d’une grande aide pour faire passer le mot », explique Tala, membre de l’association Anti-Racism Movement, l’une des organisations à l’origine de la manifestation.

La foule s’agite. Des slogans sont criés, des pancartes brandies avec colère. « Ici, on nous traite comme des esclaves, explique Aïcha, une employée de maison originaire du Sénégal, qui travaille au Liban depuis 20 ans. Ce que nous voulons, c’est du respect de la part des personnes pour lesquelles nous travaillons. » À quelques mètres, deux jeunes femmes originaires de Madagascar observent la scène. Elles travaillent au Liban depuis dix ans. « Nous sommes très contentes de voir ce qui se passe aujourd’hui. C’est la première fois que nous assistons à une manifestation de ce type », explique Nina, l’une d’entre elles. « Tu vas faire le ménage, faire la cuisine, t’occuper des enfants, reprend Aïcha. Avec tout cela, il n’y a pas de respect. Il y a toujours le racisme, il y a toujours la haine. »


(Lire aussi : À Bourj Hammoud, le visage de la haine raciale à découvert)


Un parcours plein de surprises
Quelques minutes plus tard, la foule se déplace en direction du quartier de Bourj Hammoud. Les voitures laissent place aux manifestants. Abdallah est en fin de cortège. Originaire du Soudan et travaillant au Liban depuis dix ans, il fait partie des 300 personnes qui se sont déplacées aujourd’hui. Pour lui le constat est simple : « Les Libanais voient les travailleurs étrangers comme des machines qui n’ont pas besoin de repos. Si tu veux avoir un jour de repos, pas de problème mais n’espère pas garder ton travail et encore moins toucher ton salaire », avance-t-il, avec amertume. À sa gauche, une étudiante libanaise venue soutenir le mouvement. « Les choses doivent changer. On ne peut pas continuer à faire comme si de rien n’était et laisser souffrir nos semblables », argumente cette dernière. Dans le cortège, Giovanni, un jeune Italien étudiant en anthropologie de l’immigration venu faire du tourisme au Liban, souhaite apporter sa solidarité à ce mouvement. « Pour moi, cette lutte fait partie des plus importantes qu’il y a au Liban et il me semble indispensable d’apporter mon aide. »

Gênant la trajectoire d’une voiture, Giovanni se décale dès qu’il entend le klaxon. Malgré la colère de certains automobilistes, la foule poursuit sa route, escortée par plusieurs voitures de police. Sur son passage, des travailleurs immigrés émus applaudissent les manifestants. Une en particulier attire l’attention de la foule. Vêtue d’un haut rouge, elle applaudit depuis le troisième étage d’un immeuble, en pleurant devant le cortège qui se déplace. Celui-ci s’arrête quelques minutes et scande des slogans à l’attention de la femme. Un étage plus haut une famille libanaise crie ses encouragements en arabe à l’attention de la foule. Alex, un Libanais d’une trentaine d’années, brandit une pancarte en bois face aux voitures, avec la phrase « Workers, not slaves ». « C’est à ceux qui sont assis dans leur auto que je m’adresse. Ces gens riches qui ont tous quelqu’un à la maison, qui n’a pas le droit de sortir, qui ne peut pas avoir de vie sociale et qui travaille plus de 8 heures par jour », déclare-t-il.


(Pour mémoire : Lensa, qui s’est jetée du balcon et était payée 82 dollars par mois, n’a pas été maltraitée, estime la SG…)


Au moins une arrestation
Arrivés à mi-chemin de la fin du parcours, les manifestants bloquent une voiture de police. Et pour cause : une manifestante a été arrêtée quelques minutes plus tôt. « Personnes ne sait pourquoi », explique un autre manifestant. Après une altercation corsée entre deux agents des forces de l’ordre et la dizaine de manifestants qui bloquait le véhicule de service, la voiture de police réussit à sortir de la foule. Loin d’avoir dit leur dernier mot, les manifestants improvisent un sit-in en plein milieu de la route. Quelques minutes plus tard, la jeune femme qui avait été arrêtée est relâchée. Les manifestants crient leur joie mais le mal est déjà fait. Nombreux sont ceux qui quittent le cortège et rentrent chez eux. Un bruit court, « tous ceux qui n’ont pas de papier doivent s’en aller. La police est en colère », informe un jeune homme qui fait partie des organisateurs de la manifestation. Plus l’écart avant le point d’arrivée du cortège, un petit jardin à Sin el-Fil, se réduit, plus le nombre de manifestants diminue. Il est 17h, les manifestants sont un peu plus d’une centaine à être arrivés au bout de l’itinéraire.

« Nous sommes encore des esclaves dans cette société. On en a marre de tout ça. On veut que les choses changent. Il n’y a pas de loi au Liban pour les étrangers », s’indigne Zala, une manifestante originaire d’Éthiopie, qui travaille comme  travailleuse domestique au Liban depuis un an. Des femmes de maison au Liban comme Zala, il y en a 250 000. Des travailleurs immigrés, encore plus. Ce dimanche, ces personnes qu’on croise rarement, voire jamais, dans les rues de la capitale ont pris le risque de prendre possession de l’espace public et de revendiquer leurs droits à être traités comme des êtres humains.



Pour mémoire
Le monde arabe et le Liban se penchent sur le travail décent et la mobilité professionnelle

Quelle alternative au système du garant au Liban ?

Les employées de maison dans la rue, contre le système du garant

Une Népalaise menacée d’expulsion « probablement » en raison de son engagement syndical

« Mes employeurs me respectent, mais qu'en est-il des autres ? »    

Un savon spécial pour les employées de maison ?

En l’absence d’une loi réglementant le travail domestique, la SG réduit les libertés des employées de maison étrangères

Au Liban, les employées de maison étrangères désormais libres d'aimer...


Dora. En plus de la chaleur de l’après-midi, le bruit des klaxons alourdit considérablement l’atmosphère. Des dizaines de silhouettes, principalement des femmes à la peau noire, discutent entre elles. Dans leur main, des pancartes avec les écriteaux suivants : « Get up, stand up for our right », « Stop à l’injustice » ou encore « Stop au...

commentaires (8)

Elles gardent les maisons propres, cuisinent, s'occupent des enfants, dorment les dernières et se lèvent en premier!... Elles méritent, plus que tous ceux dans la longue liste de milliardaires, la nationalité!!!

Wlek Sanferlou

13 h 25, le 26 juin 2018

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Elles gardent les maisons propres, cuisinent, s'occupent des enfants, dorment les dernières et se lèvent en premier!... Elles méritent, plus que tous ceux dans la longue liste de milliardaires, la nationalité!!!

    Wlek Sanferlou

    13 h 25, le 26 juin 2018

  • Bravo pour un début !

    Remy Martin

    20 h 51, le 25 juin 2018

  • J'ai remarqué avec stupeur que les employées de maison dorment dans la cuisse , c'est honteux ..

    Eleni Caridopoulou

    20 h 15, le 25 juin 2018

  • simple a resoudre vous accordez l'autorisation aux personnes de changer d'employe en lui versant au maximum le cout qu il a paye pour amener cette personne au Liban au pro rata du temps passe et avec payement de tout son salaire et conge paye mais ou sont les responsables pour meme vouloir resoudre ce probleme

    LA VERITE

    16 h 11, le 25 juin 2018

  • Je ne comprends pas l'anglais quand j'ai vu la pancarte "To sleep in the kitchen", je me suis dis : Sleep d'accord, depuis que j'avais acheté des meubles chez "Sleep Comfort" en 1962 à la Qarantina. Mais kitchen me suis-je dit, elles dorment avec les poules ? Ayant toujours à ma portée un Harrap's, j'ai compris qu'il s'agit de kitchen, cuisine et non de chicken, poulailler. Lors d'une visite d'une famille de condition moyenne à Jounieh vers 1990, j'ai entendu leur fils âgé de 13 ans appeler Biruntha, une cingalaise se présente. Il lui dit : A cup of water. Elle exécute l'ordre, il prend le verre et l verse d'un seul trait dans la cavité qui lui sert de bouche. Sans lui Merci ! On ne dit pas "Merci" à une bonne au Liban.

    Honneur et Patrie

    15 h 26, le 25 juin 2018

  • Ce Bonheur dans l'esclavage il est grand temps qu'il prenne fin dans les foyers libanais .

    Antoine Sabbagha

    13 h 06, le 25 juin 2018

  • IL FAUT TROUVER UNE SOLUTION DURABLE AU PROBLEME DES EMPLOYÉ(ES) ETRANGERS(ERES) DE MAISON ET D,AUTRES SECTEURS ET SURTOUT LE RESPECT HUMANITAIRE ET NON RACISTE ENVERS EUX/ELLES !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 05, le 25 juin 2018

  • Quand un peuple se se respecte pas soi-même: -qu'il partique la corruption en tout -quand votre voisin dans l'immeuble ne sait pas vous dire bonjour, ni ses enfants -quand il ne sait plus ce que sont la discipline, l'ordre,la propreté et...l'honnêteté -mais qu'il se considère comme très supérieur aux autres en tant que Libanais comment s'attendre à ce qu'il respecte ses employés étrangers qui sont tout juste des esclaves bon marché pour lui ? Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 24, le 25 juin 2018