X

Liban

Le monde arabe et le Liban se penchent sur le travail décent et la mobilité professionnelle

Main-d’œuvre migrante
27/09/2017

Une consultation régionale sur les migrations internationales dans les pays arabes a débuté ses travaux hier, à l'Escwa, à Beyrouth, en préparation du pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière.

Organisée conjointement par l'Escwa, l'Organisation internationale des migrations (OIM) et la Ligue arabe, la consultation qui prendra fin ce soir s'est penchée notamment sur le travail décent et la mobilité professionnelle. Et ce dans le cadre d'une séance qui a vu la collaboration de l'Organisation internationale du travail (OIT), avec la participation de l'expert en migrations de cet organisme, Ryszard Cholewinski, du ministre plénipotentiaire koweïtien Nasser el-Hayen et de nombre d'experts du travail, représentants de gouvernement, d'employeurs ou de travailleurs, parmi lesquels la syndicaliste Touriya Lahrech, représentant la Confédération syndicaliste arabe (ATUC), et la représentante du secteur de la confection en Jordanie, Dina Khayat.

 

(Lire aussi : Mourir, par désespoirCitoyen grognon d'Anne-Marie EL-HAGE)

 

Vers des politiques plus adaptées ?
À l'heure où le pays du Cèdre continue de « déporter » des employées de maison migrantes jugées trop engagées dans la défense des droits de leurs pairs et notamment dans l'organisation de syndicats, et alors que le monde arabe peine dans sa majorité à améliorer les droits de la main-d'œuvre migrante, il est nécessaire, soutient M. Cholewinski, de « comprendre la nature dynamique de la mobilité professionnelle affectant la région, mais aussi les défis liés au recrutement des travailleurs migrants ». Comment assurer des conditions de travail décentes à cette main-d'œuvre souvent peu qualifiée ? Comment développer les qualifications de ces travailleurs et travailleuses afin de mieux répondre aux besoins des marchés ? Comment les gouvernements arabes peuvent-ils mettre en place des politiques plus adaptées pour empêcher l'exploitation des travailleurs migrants et organiser leur protection ? Les questions sont nombreuses et les défis de taille dans une région qui recevait en 2015 environ 35 millions de migrants internationaux, réfugiés compris.

 

(Lire aussi : Quelle alternative au système du garant au Liban ?)

 

 

Parmi les questions qui ont été abordées en particulier, la nécessité de réduire les coûts de recrutement pour les employeurs, mais surtout d'éliminer totalement les coûts de recrutement supportés par la main-d'œuvre. À titre d'exemple, une employée de maison paie parfois jusqu'à l'équivalent de 9 mois de salaire à un bureau de recrutement dans son pays pour se faire embaucher à l'étranger. Ont été également abordées les répercussions néfastes du système du garant (kafala), appliqué dans l'ensemble du monde arabe et qui entraîne notamment le travail forcé, la confiscation du passeport, la maltraitance, voire la situation irrégulière dès lors que les relations se dégradent entre l'employeur et le travailleur. Car ce système empêche la main-d'œuvre migrante de changer d'employeur, que ce soit dans le secteur de la construction ou du travail domestique. Le porte-parole du ministère du Travail du Bahreïn, Oussama el-Absi, a relaté « l'expérience réussie » mise en place par les autorités de son pays il y a toute juste quelques mois. « Les travailleurs migrants bénéficient désormais de visas flexibles et d'une mobilité professionnelle. Ils sont responsables d'eux-mêmes », assure l'expert. Les autres pays arabes suivront-ils, et le Liban avec ? La réponse se fait attendre. Mais, tient à préciser le représentant des Émirats arabes unis et conseiller du ministre des Ressources humaines, Alex Zalami, « ce n'est pas tant le système du garant que ses conséquences qui sont répréhensibles. D'autant que ce système est appliqué sans problème dans nombre de pays européens notamment »...

 

 

 

Pour mémoire

Les employées de maison dans la rue, contre le système du garant

« Mes employeurs me respectent, mais qu’en est-il des autres ? »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.