Liban

La lutte contre la corruption, en tête des priorités du nouveau gouvernement

Décryptage
19/06/2018

Dans l’attente de la formation du gouvernement, les Libanais se demandent s’il pourra réellement lutter contre la corruption devenue l’un des plus graves maux économiques du pays. Le président de la République en avait fait son fer de lance pour la seconde partie de son mandat qui commence avec la naissance du second gouvernement. Le Hezbollah a placé, à son tour, ce thème en tête de ses priorités pour l’étape à venir. Il a même créé une cellule chargée de la lutte contre la corruption dirigée par le député Hassan Fadlallah qui, selon le parti chiite, a fait ses preuves dans le dossier des télécoms en sa qualité de président de la commission parlementaire de l’Information et des Télécommunications.

D’ailleurs, le sujet de la lutte contre la corruption a occupé une partie importante de la rencontre prolongée entre Hassan Nasrallah et le ministre Gebran Bassil. Aussi bien le CPL que le Hezbollah se considèrent en tête des parties déterminées à combattre sérieusement la corruption dans les institutions publiques. Des sources concordantes des deux parties révèlent que ce thème est devenu une priorité pour le CPL et pour le Hezbollah en raison de la situation économique et financière grave du pays. Les milieux des deux camps estiment que la corruption quasi généralisée a atteint un tel niveau qu’il faut à tout prix la réduire, d’une part pour diminuer le déficit public et ensuite pour gagner de la crédibilité aux yeux des bailleurs de fonds internationaux. De même, la réduction de la corruption devrait aussi avoir un impact positif sur la productivité des différentes institutions publiques du pays. Ce qui aura forcément des répercussions au niveau des citoyens.

La lutte contre la corruption n’est donc plus un luxe ou un thème à la mode. Il s’agit désormais d’une priorité pour le Liban. C’est donc sur la base de ces considérations que le Hezbollah a rejoint le président de la République dans sa volonté de placer ce thème en tête du carnet de route du prochain gouvernement.

La question qui se pose est toutefois la suivante : comment, avec toute leur bonne volonté, ces parties et d’autres, qui déclarent aussi d’ailleurs leur détermination à combattre la corruption, comptent-elles s’y prendre pour obtenir des résultats ?


(Lire aussi : Les nœuds s’accumulent... en attendant Hariri)


Dans les milieux politiques, en dépit des intentions affichées, plusieurs parties restent sceptiques, assurant que la corruption est trop ancrée depuis des années dans les pratiques des fonctionnaires et de leurs parrains communautaires pour pouvoir être combattues efficacement.

Mais selon les sources proches du CPL et du Hezbollah, s’il y a une volonté véritable d’agir, la mission n’est pas impossible. Il s’agit en tout cas de faire un travail de fond, même s’il n’est pas spectaculaire. D’autant qu’il n’y a pas une seule personnalité ou groupe qui pratique la corruption. C’est tout un système qui s’est installé et qui s’est banalisé. Ceux qui s’attendent à des mesures coups de poing ou à des arrestations médiatisées à outrance risquent donc d’être déçus. L’optique actuelle prévoit plutôt d’appliquer les lois en vigueur sur la transparence et sur l’accès à l’information, ainsi que la décision d’informatiser tous les ministères et toutes les formalités. Cela commence d’ailleurs à se faire, mais il faut du temps pour que les formalités informatisées soient effectuées avec efficacité. Ce n’est pas encore le cas, même si la bonne volonté commence à apparaître, notamment au niveau de la Sûreté générale et du service mécanique des véhicules. Mais, à ce stade, les citoyens se plaignent que l’informatisation encore élémentaire complique les démarches au lieu de les faciliter. Toutefois, si cette pratique devait se généraliser, elle devrait réduire considérablement les pots-de-vin au niveau des citoyens. Ces mesures peuvent paraître élémentaires, mais si elles sont strictement et intelligemment appliquées elles pourront modifier la perception qu’ont les citoyens de l’administration et rendre celle-ci plus efficace.

Pour le reste, dans les grands dossiers où une corruption est soupçonnée, il s’agit de mener des enquêtes pointues et sérieuses. Dès qu’il y aura suffisamment d’éléments sur un dossier précis, il sera déféré devant la justice qui fera le nécessaire. Autrement dit, la lutte contre la corruption suppose le développement du pouvoir judiciaire à la fois en nombre et en compétence, pour que les dossiers soient traités rapidement et équitablement. Il faut aussi mettre les magistrats à l’abri des influences politiques. Ce qui n’est pas impossible, car, au Liban, il y a de grands magistrats qui ne demandent qu’à faire leur travail. Il faut juste leur laisser le champ libre. C’est un peu ce qui s’est passé avec l’armée qui, il y a quelques années encore, était soumise aux interventions politiques et qui aujourd’hui a relativement réduit l’impact des influences politiques sur ses décisions internes. Il faut aussi développer les services de sécurité qui exécutent les décisions de justice, ainsi que la police judiciaire chargée des enquêtes préliminaires. Le plan d’action est donc pratiquement au point et il est réalisable. Il n’attend qu’une décision qui doit venir du nouveau gouvernement. En principe, toutes les parties politiques sont d’accord pour lutter contre la corruption. Il y a même une rivalité positive entre les différents pôles sur ce sujet. Mais le risque reste que le Liban soit contraint de modifier l’échelle de ses priorités, dans une région en ébullition.



Lire aussi

Focus nécessaire sur la sécurité et la stratégie de défense avant la formation du cabinet

Les polémiques, entre manœuvres internes et souhaits régionaux, le décryptage de Scarlett HADDAD

Tout le monde attend « la prochaine étape » de Hariri

Gouvernement : Hariri surprendra-t-il ou cédera-t-il aux pressions ?

Le fossé n’en finit pas de se creuser entre Baabda et Moukhtara

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

""cellule chargée de la lutte contre la corruption dirigée par le député Hassan Fadlallah qui, selon le parti chiite, a fait ses preuves dans le dossier des télécoms"" . C evident, mais qui peut elle, l'ecrivaine a honte de mentionner le beau boulot effectue par ce meme depute en faisant blocage - AVEC les FL et Amal contre le projet des navires fantomes...
ou etait ce un oubli innocent ?
SINON oui bien sur.... combat a mort contre la corruption, devolus a ces memes CORROMPUS/CORRUPTEURS .
sacre programme hein ?

Le Faucon Pèlerin

"Ali Baba et les 40 voleurs" Histoire d'origine persane.
L'Etat ne négocie pas la corruption avec Ali Baba ni avec ses quarante voleurs. L'Etat les appréhende tous l'un derrière l'autre. L'Etat les présente devant un juge. Ce dernier les convoque un par un pour leur poser la question : D'où avez-vous toute votre fortune ? D'où vient l'argent qui vous permet d'acheter une centaine de propriétés bâties et non bâties ? D'où vient cette opulence visible à 50 km à la ronde ?
Cela se passe dans un Etat normal, ce n'est pas le cas du Liban. Hélas.

Atie Lina

"Les milieux des deux camps estiment que la corruption quasi généralisée a atteint un tel niveau qu’il faut à tout prix la réduire...La question qui se pose est toutefois la suivante : comment, avec toute leur bonne volonté, ces parties et d’autres, qui déclarent aussi d’ailleurs leur détermination à combattre la corruption, comptent-elles s’y prendre pour obtenir des résultats ?

la response est tres simple: qu'ils commencent deja a balayer devant leur porte, a l'aéroport, au port, dans toute la fonction publique , dans l'électricité, la sécurité sociale, les banques et j'en passe....apres ils pourront faire la chasse aux autres sorcières . s'il en reste....ces deux camps comme vous le dites ont des fonctionnaires partout...si ils commençaient par nous montrer quelques exemples de lutte anti corruption chez eux? on pourrait peut être après croire a leur bonne volonté...

sinon votre article si candide, Madame Haddad, fait franchement sourire....

Saliba Nouhad

Mais vous ne réalisez pas l’énormité de ce que vous racontez?
Alors, les deux enfants de chœur de la république vont en croisade contre le phénomène de la corruption généralisée qui gangrène et paralyse l’économie du pays?
Et quels moyens vont-ils y mettre?
La manière douce? La persuasion?
Mais ne comprenez-vous pas que dans la grotte de Ali Baba qu’est devenu notre pays, comment voulez-vous que des magouilleurs en chef accusent d’autres sans se faire éclabousser en retour?
Malheureusement, Mme, ce cancer est devenu à un stade tellement avancé qu’il n y’a plus d’autre solution que le changement total de toute la structure féodale, confessionnelle et politique du pays sans compter les influences extérieures...
Or, ce n’est pas demain la veille, et ce n’est ni le CPL, ni le Hezbollah qui pourraient changer quoi que ce soit: arrêtons donc de nous gargariser de belles paroles et nous faire croire que vos deux formations favorites sont au-dessus de tout soupçon!
Qui se sent morveux se mouche!

stambouli robert

On fera tomber le petit fonctionnaire qui recoit quelques dollars pour facilite une operation et tous les journaux en parlerons
En attendant la seule corruption reelle qui plombe le pays est au niveau des politiciens et leurs amis
SI VOUS ETES SERIEUSE IL FALLAIT DIRE QUE TOUS LES POLITICIENS DECLARENT LEUR AVOIRS ET LEUR FEUILLE DE TAXES PAYES depuis les 20 dernieres annees ou meme depuis 5 ans et lever le secret bancaire sur leurs compte en banque ainsi que sur les comptes en banque des partis politiques
ALORS ON SAURA QUI EST CORROMPUS
mais depuis quand le voleur va de lui meme a la police ou aupres du juge ou vote une loi qui l'enverrai en prison?
Au sud du Liban un president a ete en prison pour harcelement sexuel, un premier ministre pour avoir pris 10000 dollars pour faciliter une operation immobiliere et le premier ministre actuel est poursuivi pour avoir recu du champagne et des cigars en cadeau
une belle lecon pour notre democratie

Le Faucon Pèlerin

Le corruption... Depuis quand ce mot revient 50.000 fois par jour au Liban de Arida à Naqoura en passant par Batroun ?
Je n'ai qu'une réponse : On ne parle pas de corde dans la maison d'un pendu".

Salim Dahdah

Permettez-nous, chère Madame, de sourire pour ne pas en pleurer, devant cet étalage de bonnes intentions et surtout, devant cette volonté implacable des deux formations que vous citez, dans cette course aux sorcières...! Cette entreprise est d'autant plus intrépide que la presse et les réseaux sociaux nous ont innondé durant de longues années, de tous les hauts faits en matière de corruption, commis par des membres éminents de ces deux grandes formations politiques dans tous secteurs confondus...
De quoi s'agit-il donc, dans l'exercice que vous nous rapportez avec fierté et volubilité ?
Serai-ce une auto élimination par ces formations des preuves de ses dérapages et le renvoi de certains acteurs génants d'une période en voie d'extinction, et se refaire ainsi une virginité afin de reprendre une place sur la scène politique, à l'ore d'une nouvelle page de l'histoire de la République...!?
Sinon, il eut été plus judicieux de focaliser votre article sur une action étudiée de l'Etat des Institutions dans ce domaine, qui est seul et exclusivement habilité à le faire et à l'imposer sans partage, à n'importe quels partis politiques, quels qu'ils soient !

gaby sioufi

pour ne pas etre en reste des commentaires sarcastiques disant vrai :
pourquoi croire que , soudain, par la grace de m aoun ,
ces memes personnages en charge de la nation depuis disons slt 2005 - certains depuis 25 ans - que ceux la memes ont soudain vu un eclair celeste qui fait qu'ils sont devenus les archanges de la proprete , les combattants purs et durs contre les corrompus ET les corrupteurs ?
PS. desole - y a un pleonasme ds ce que j;ai ecrit - eclair celeste et la grace de m aoun - kif kif n'est ce pas !

LA TABLE RONDE

Nouveau gouvernement , nouveau parlement , NOUVELLE orientation politique, bref ! nouveau Liban , on t'aime quoi .

Au diable les cassandre mégères et ménagères, le nouveau Liban va se mettre au boulot avec détermination et intelligence.

A lire absolument après avoir fait un petit tour chez Mr touma. Lol.

Soeur Yvette

les dirigeants doivent donner l'exemple d'integrite ...soigner la tete...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE GOUVERNEMENT ET LE HEZBOLLAH... NOUS DIT LA TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD... PROJETTANT LA MILICE ET LUI DONNANT UNE EQUIVALENCE GOUVERNEMENTALE ! TOUT EN L,ENCENSANT AVEC LE CPL ! C,EST PRENDRE LES LECTEURS POUR DES PRUNES...

yves kerlidou

je pense que cet article a été écrit pour faire rire les Libanais

NAUFAL SORAYA

Que l'on soigne la tête d'abord, le corps suivra.

C'est aux dirigeants de donner l'exemple d'intégrité avant de l'exiger du peuple.

Tant que la corruption se fera à haut niveau, il y aura peu d'amélioration.

Wlek Sanferlou

Tous les partis se déclarent resolus à contrer la corruption, mais alors, qui est donc corrompu????
Les oiseaux? les chiens dans la rue? nos ancêtres dans leurs tombes? le pauvre peuple qui attend d'être sauvé des corrompus?????
Extrêmement bizzare....

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué