X

Culture

Narine Grigoryan déroule l’écheveau de la vie

Spectacle
08/06/2018


C’est par un spectacle théâtral plein de poésie, au théâtre Tournesol, que s’est clôturé hier soir le Beirut Spring Festival organisé par la Fondation Samir Kassir. En provenance d’Arménie, A Flight over the city de l’auteure Anush Aslibekyan est une performance de la compagnie Yerevan State Puppet Theatre, interprétée par une sublime Narine Grigoryan, vedette incontestée dans son pays, et Sergey Tovmasyan. Elle combine les arts de la scène à travers un mélange de danses, de pantomime, d’effets visuels et sonores et de décors à la fois simples et époustouflants.
Tout au long de la pièce, l’actrice nous entraîne au fil de son imaginaire. Elle effiloche les dernières ficelles qui la retiennent à son enfance, époque où elle a perdu la vue et où tout a sombré dans le noir. Rattachée par un fil indicible à ses souvenirs, elle s’invente des ailes et s’envole au-dessus d’une ville qu’elle va habiter et qui l’habitera puisqu’elle en connaît le moindre bruit et la moindre odeur.
La pièce s’ouvre donc quand la jeune fille doit ôter ses bandages. Son chirurgien, amoureux d’elle, la rassure. Mais si elle ne recouvrait pas la vue ? Et si le monde dans lequel elle a vécu durant des années était plus beau que celui qu’elle va affronter ? On est accroché à ses mots, à ses mimiques, à ce corps élastique qui se tend et à ce visage qui se dilate et se déforme. Les fils deviennent soudain un chien, une coiffure ébouriffée, une toile, une petite fille. La mutation des mots en images et puis en objets a lieu devant les yeux écarquillés du public.
On la suit dans ce monde qu’elle s’est construit elle-même, où elle ne tardera pas à s’évader de nouveau aussitôt après avoir recouvré la vue. Elle a ouvert la fenêtre de son merveilleux imaginaire. Et le public l’a suivie, les yeux fermés.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué