X

À La Une

"C'est une honte" : devant le Grand lycée français de Beyrouth en grève, les parents d'élèves en colère

Liban

"Plus de 3000 élèves du GLFL sont à la maison depuis le 29 avril".

Nour BRAIDY | OLJ
22/05/2018

Des centaines de parents d’élèves du Grand lycée franco-libanais de Beyrouth ont répondu, mardi matin, à l’appel du Comité des Parents (CDP) et ont tenu un sit-in devant le GLFL pour réclamer le retour des élèves en classe. 

"Plus de 3.000 élèves du GLFL sont à la maison depuis le 29 avril dernier en raison de la grève ouverte des enseignants libanais, rappelle le CDP dans un communiqué. Cette grève survient suite à la décision du GLFL de suspendre le paiement de la nouvelle grille salariale à partir du mois d’avril 2018, sous prétexte que la mission laïque française ne possède pas la trésorerie nécessaire pour assurer les nouveaux salaires des enseignants”.


Des élèves ont accompagné leur parents au sit-in. Photo fournie par Rita Chemaly.


Rita Chemaly, mère d’un garçon en moyenne section et elle-même ancienne du GLFL, faisait partie des parents qui manifestaient mardi matin. "Je suis excédée, nous avons utilisé tous les moyens légaux. Les parents ont payé toute la scolarité et voilà que le lycée a décidé d’augmenter de 17% cette  scolarité", affirme-t-elle à L’Orient-Le Jour, ajoutant que les parents "ont eu recours au juge des référés qui a décidé de bloquer cette augmentation".

Le 16 mars dernier, la juge des référés de Beyrouth Hala Naja avait décidé de geler l’augmentation de 17% prévue dans le budget 2017-2018, suite à un recours du comité de parents d’élèves. Aujourd’hui, les parents prévoient de poursuivre leur action devant le tribunal de Beyrouth, indique Mme Chemaly.

"Je travaille dans le secteur privé, je n’ai donc pas bénéficié d’augmentation. Comment vais-je payer 1.700.000 livres libanaises de plus?" se demande la jeune femme.

(Lire aussi : La grève des enseignants de la MLF, signe du chaos à l’école privée)



Fin avril, les enseignants de tous les lycées de la Mission Laïque Française au Liban avaient annoncé qu'ils se mettaient en grève ouverte pour protester contre la décision de la direction de revenir au salaire qu’ils touchaient avant l’adoption de la nouvelle grille des salaires.

Dans une lettre datée du 25 avril 2018, adressée par le proviseur du Grand-lycée franco-libanais aux professeurs, et dont l'OLJ avait obtenu une copie, il est écrit : "La mission laïque rappelle qu'elle avait pris la décision de mettre en paiement les échelons exceptionnels, rétroactivement au 21 août 2017, dès que les établissements auront été en mesure de percevoir la trésorerie afin de faire face à cette charge, et ce au plus tard au terme du second semestre 2017-2018. Elle fait le constat que le comité de parents de l'établissement a obtenu du juge des référés le gel de l'augmentation des droits de scolarité lié à l'application de la loi 46/2017. (...) Ces décisions perdurant, elles ne nous permettent pas de percevoir la trésorerie nécessaire et nous contraignent non seulement de différer la mise en paiement des échelons exceptionnels, mais nous mettent dans l'impossibilité de maintenir la grille de rémunérations issue de la loi 46/2017. En conséquence, les rémunérations du mois d'avril 2018 seront établies sur la base de la grille de rémunération du 1er mai 2008 (...)".


Photo fournie par Rita Chemaly.


Les parents protestent également "contre le manque de transparence de la part du GLFL et de la Mission laïque française, affirme Mme Chemaly. Le CDP a décidé de ne pas signer le budget du Lycée en raison de son manque de transparence". Selon le communiqué du CDP, "des augmentations dans certaines catégories de dépenses sont restées injustifiées". "De plus, certains documents justificatifs, et bien que le tribunal en ait fait la demande, n’ont toujours pas été fournis au CDP alors qu’ils sont nécessaires pour mener à bien sa mission d’étude du budget", ajoute le communiqué. 

"Cela fait plus de 28 jours que les enfants sont à la maison. Il faut qu’ils aillent à l’école et continuent d’étudier, ils ne peuvent pas être des boucs émissaires!", s’insurge Mme Chemaly. Et de poursuivre : "J’ai été 15 ans au Lycée et l’établissement n’a jamais fermé, même pendant la guerre. C’est une honte, je suis excédée".

Contactée par L’Orient-Le Jour, Ghada Fahed Rached, présidente du comité des professeurs, a tenu à nuancer les propos Mme Chemaly. "Depuis le 26 avril, nous n’avons observé que 9 jours de grève, trois en avril et six en mai. Entre-temps il y a eu la fête du travail et les jours fériés avant et après les élections législatives du 6 mai", affirme-t-elle. Durant les 27 jours écoulés entre le 26 avril et le 22 mai, les écoliers n’ont donc eu que 7 jours de cours.
"Nous ne sommes pas contents de cette situation, précise Mme Fadel. C’est pourquoi dès décembre nous avions accepté qu’on nous paie la grille sans les six échelons".
Mme Fadel conclut en affirmant que les enseignants seront "prêts à reprendre les cours dès que l’argent retiré de leur salaire leur sera rendu".


Pour mémoire
Les coupes budgétaires touchent les écoles conventionnées par l’État français

L'agence qui chapeaute les lycées français de l'étranger visée par une plainte

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Mireille Braidy

La honte c'est que les personnes, qui ont la responsabilité de l'Education de toute une generation, de nos enfants et/ou petits enfants, se murent aussi impunément dans une attitude de "NON TRANSPARENCE". Pourquoi ne pas clarifier les choses! montrer clairement l'état financier au lieu de n'afficher que du vague!

Mireille Braidy

La honte c'est que les personnes responsables de l'Education de toute une génération se permettent une attitude de "NON TRANSPARENCE"

Eleni Caridopoulou

D'ailleurs que le français a perdu beaucoup au Liban au profit de l anglais, ce n'est pas une bonne nouvelle

Saliba Nouhad

L’interessant dans cette histoire, c’est de bien comprendre le statut du GLFL!
Je m’explique, bien qu’au départ les missions laïques françaises étaient à but non lucratif subventionnées par l'état français, celles du Liban avaient plus une structure d’école privée, mais chapeautée par le ministère de la culture français qui en désignait les cadres, le proviseur et en payant leurs salaires!
Je faisais partie et co-présidait le comité des parents du Lycée dans les années 90 et me rappelle avoir toujours eu ce même problème de manque de transparence quand on discutait du budget, des augmentations salariales et des scolarités...
L’administration nous faisait toujours croire qu’ils étaient au bord de la faillite mais sans donner des détails précis alors qu’on les voyait faire des rénovations très dispendieuses...
Il ne faut pas oublier de plus les rénovations majeures et agrandissements qui ont eu lieu récemment et qui ont coûté une fortune: c’est de cette trésorerie qu’ils parlent probablement: tellement endettée qu’elle ne peut se permettre ces augmentations salariales!
Tout simplement: mais qu’ils le disent!

Antoine Sabbagha

Quand tout va mal dans le pays , il faut s'attendre au pire et le Grand lycée français de Beyrouth en grève qui sait il pourra un jour sous toutes ces formes de pression fermer ses portes .

RE-MARK-ABLE

Encore une action du hezb libanais de la résistance. ...hahahahaha......

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué