X

Liban

L’effet boomerang du retrait US de l'accord sur le nucléaire iranien attendu au Liban

Accord nucléaire iranien

Sanctions économiques accrues et élargies, risque de guerre... les troubles qui s’annoncent dans la région n’épargneraient pas le pays, plus particulièrement le Hezbollah, prévoient les experts.

10/05/2018

La déclaration a eu l’effet d’une bombe – c’est le cas de le dire – même si elle était attendue : le président américain Donald Trump a annoncé mardi qu’il se retirait de l’accord nucléaire iranien, en menaçant de nouvelles sanctions contre l’Iran et ses alliés. Au Liban comme ailleurs dans la région, on observe les nouveaux développements avec attention, d’autant plus que le Hezbollah et les autres groupes alliés de l’Iran seraient très clairement visés par lesdites sanctions.

Un expert bien informé de la situation aux États-Unis, interrogé par L’Orient-Le Jour, estime que la région est sur le point d’entrer dans une ère de confrontation, et une hausse des tensions israélo-iraniennes n’est pas à exclure en Syrie, ce qui impliquerait d’emblée le Hezbollah. Cet analyste attire l’attention sur la rhétorique adoptée par certains centres d’étude, médias et décideurs américains depuis le compromis présidentiel au Liban en 2016, qui s’est accrue ces derniers jours avec le résultat des législatives, ressassant que le Hezbollah domine le paysage libanais et qu’il a la majorité au Parlement. Qu’importe que ces propos ne soient pas très précis – puisque ce parti n’a pas de majorité à proprement parler –, ils pourraient servir de prétexte pour éliminer les aides économiques et militaires au Liban. Quant aux sanctions contre le Hezbollah, qui font l’objet d’une loi aux États-Unis, elles pourraient être étendues aux « associés » du parti, un terme qui engloberait bien plus que ses partisans, et qui fait son apparition dans les cercles de décision américains, selon cet expert.


(Lire aussi : Accord nucléaire : après le retrait américain, Téhéran face à un choix délicat)


Certes, poursuit-il, il existe deux écoles aux États-Unis : l’une qui plaide pour que la stabilité du Liban soit maintenue, une autre qui préfère resserrer l’étau autour du Hezbollah dans le cadre d’une confrontation avec l’Iran, et qui semble prendre le dessus. Selon cet expert, il faut insister sur la nécessité de préserver et protéger le secteur bancaire libanais, et souligner le rôle de l’armée, son efficacité et son indépendance.
Interrogée sur les sanctions attendues, la journaliste et analyste politique Hanine Ghaddar, qui travaille actuellement au Washington Institute for Near East Policy aux États-Unis, estime qu’elles auront à coup sûr un impact sur le Liban et les ressources du Hezbollah. « Ces sanctions seront extrêmement sévères, dit-elle à L’OLJ. Et si elles sont exclusivement américaines, étant donné la position différenciée des pays européens, elles n’en affecteront pas moins l’économie iranienne puisque les compagnies européennes préféreront se retirer des contrats… d’où le fait que l’économie du Hezbollah en sera directement touchée. »


(Lire aussi : Accord nucléaire iranien : le Golfe s'attend à des contrecoups du retrait américain)

Et en cas de riposte iranienne…
Hanine Ghaddar pense que les États-Unis ne s’engageront pas dans une guerre directe avec l’Iran, se contentant de sanctions économiques. Toutefois, dit-elle, il semble que la décision de M. Trump ait donné le feu vert à Israël pour provoquer militairement l’Iran, ce que semble suggérer la frappe israélienne contre des objectifs militaires iraniens en Syrie peu de temps après le discours de M. Trump. « Tout le monde attend la riposte iranienne, estimant qu’elle est inévitable au vu des provocations, poursuit-elle. Certains pensent toutefois que l’Iran hésiterait à riposter, de peur de perdre ses acquis au Liban et ailleurs. Mais, le cas échéant, il est plus probable que cette riposte ait lieu en Syrie, pas au Liban, dont la stabilité reste une nécessité pour l’Iran et le Hezbollah. Toutefois, au final, elle pourrait embraser la région tout entière. »
Les sanctions attendues sur l’Iran et ses alliés auront un impact considérable sur le Liban, pense également Sami Nader, économiste et analyste politique. « Il est clair que le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire iranien s’insère dans un processus qui a commencé depuis un an au moins, marqué par une recrudescence des sanctions qui sont venues s’ajouter aux plus anciennes », dit-il à L’OLJ.
Selon lui, les sanctions dont a parlé le locataire de la Maison-Blanche ne viseront pas seulement les sociétés iraniennes, mais toutes celles qui traiteront avec elles. Et de telles mesures peuvent compliquer certains processus comme celui de la conférence de Paris (CEDRE), par exemple, du fait qu’on pourra décider de ne pas créer une plateforme qui profiterait indirectement au Hezbollah, lequel a largement conforté sa présence dans les institutions libanaises après les élections.

Pour ce qui est du risque de guerre, « si c’est un scénario similaire à celui de 2006 (NDLR : attaque israélienne qui avait détruit l’infrastructure libanaise), l’économie du pays pourrait difficilement tenir bon cette fois, parce que la Banque du Liban n’a plus les mêmes capacités d’endiguement en raison d’un problème de liquidités qui est de plus en plus évident », insiste-t-il.



(Lire aussi : Abandon US de l'accord sur le nucléaire : en Iran, que disent les responsables, la presse et la rue?



Jaber : « Attendre et voir »
Le député Yassine Jaber, bloc Amal (parti allié au Hezbollah), qui a déjà fait partie de délégations ayant mené un dialogue avec les institutions américaines concernant les sanctions, refuse pour sa part d’entrer dans des spéculations. « Rien n’a été tranché concernant les éventuelles sanctions, dit-il à L’OLJ. Il est également évident qu’il existe deux points de vue dans le monde aujourd’hui : les Européens ont décidé de ne pas se retirer de l’accord nucléaire iranien. D’où le fait que ces sanctions seront exclusivement américaines, non imposées par l’ONU comme par le passé. » Sur la possibilité que ces sanctions atteignent des partenaires économiques du Hezbollah et plus seulement le parti et ses membres, il affirme qu’il « n’y a rien de clair à ce niveau, il faut attendre et voir ».
Pour lui, « la situation économique au Liban passe par une situation délicate dans tous les cas ». « La dette est énorme, et nous avons beaucoup de réformes à mettre en place, affirme-t-il. On ne peut toujours rejeter la faute sur les autres. »
Qu’en est-il des risques de guerre ? Selon le député, ils étaient omniprésents avant même la dernière déclaration du président américain. « Nous avons un voisin hostile appelé Israël, et quasiment une troisième guerre mondiale à nos portes en Syrie, explique-t-il. Ce nouveau développement est un facteur de risque supplémentaire, mais il faut comprendre que commencer une guerre n’est pas une décision facile, parce que personne ne sait où elle pourrait mèner. En ce qui concerne Israël plus particulièrement, je crois qu’il a tout à perdre dans une telle aventure parce qu’il jouit actuellement d’une certaine stabilité. »
Et le député de conclure : « Pour ma part, je pense que toute cette affaire vise surtout à définir les rôles des uns et des autres et délimiter leur influence dans la région. »


Lire aussi
Trump isolé pendant que les Européens tentent de sauver l'accord nucléaire iranien

L’Iran pourrait riposter à la décision de Trump en employant ses cartes au Moyen-Orient

Retrait US : l’accord sur le nucléaire iranien est-il mort et enterré ?

Rohani s’en remet à l’Europe et aux autres signataires de l’accord sur le nucléaire

Israël et l’Arabie saoudite satisfaits de la décision de Washington sur le nucléaire iranien

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUT RESONNE... GRACE AUX DEUX MILICES... ET GRACE A L,HEBETUDE... AU LIBAN !

LA TABLE RONDE

Les usurpateurs auront fort à faire contre l'axe de la résistance en Syrie du héros, ils ne pourront pas se payer le luxe d'ouvrir un front au Liban sud , cela les destabiliserait encore plus .

Le hezb libanais de la résistance est archi prêt et dites vous que dans cette der des der celui qui aura perdu aura tout perdu , par contre celui qui aura gagné et je pense à la victoire de l'axe de la résistance , il laissera des miettes aux vaincus que seront les sionistes malfaisants et aux abois désormais dans la région.

Le sionisme politique est abandonné de tous , relisez moi bien IL EST ABANDONNÉ DE TOUS , PAS QUE DES RUSSES OU DES FRANÇAIS, MAIS DE TOUT L'OCCIDENT.

SI CE N'EST PAS ÉVIDENT DE LE VOIR C'EST PARCE QUE L'OCCIDENT A PEUR D'UN RAZ DE MARÉE DE RÉFUGIÉS ISRAÉLIENS SUR LES TERRES EUROPEENES ET OCCIDENTALES

LES DONNÉES ONT RADICALEMENT CHANGÉ.
LUSURPATION NE POURRA PAS IMPOSER SA LOI AU JUSTE COMBAT DES OPPRIMÉS PALESTINIENS SUNNITE ET CHRÉTIENS.

Pierre Hadjigeorgiou

Ces messieurs ne peuvent qu'attendre et voir venir. Ils n'y peuvent rien. A la première étincelle, cette fois, le Hezbollah sera totalement seul et personne ne viendra a son secour ou à son soutien. Personne n'en a les moyens, ni la Syrie pas même l'Iran et les Libanais, dans leur majorité, en ont marre. Ce que le parti Amal attend est de voir quand viendra le moment de tourner casaque. Idem pour le CPL. Le compte à rebours qui avait commencé en 2005 se voit atteindre la phase finale... Si nos concitoyens Chiites ne se ressaisissent pas à temps, Ils finiront tous en Syrie. Je leur souhaite bien du plaisir...

Tabet Ibrahim

Le Hezbollah a été et reste la principale cause de tous les malheurs qu'a subit le Liban
Si les sanctions américaines contribuent a affaiblir le détestable régime des mollahs et son bras armé au Liban elles sont les bienvenues

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI LES AYATOLLAHS NE SE DECULOTTENT PAS... ALLAH YISTOR ! LA REGION SE DIRIGERAIT VERS UNE GUERRE GENERALISEE !

NAUFAL SORAYA

Tu parles d'une signature...

Saliba Nouhad

Et voilà que se confirme ce que cet article décrit et ce que beaucoup d’analyses antérieures avaient prédit: le scénario catastrophe qui s’installait entre Israël et l’Iran qui n’attendait que l’etincelle...
Et voilà, cette nuit missiles iraniens sur le Golan, représailles israéliennes sur Damas, et ce n’est que le début d’un conflit majeur qui pourrait enflammer toute la région et qui pourrait avoir des conséquences dévastatrices!
Et malheureusement, le Liban ne sera pas épargné si le Hezbollah, aux ordres de son maître, décide de se joindre à la bataille...
Scénario catastrophe, hélas, mais tellement réaliste!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué