X

À La Une

Un ministre israélien accuse Natalie Portman « de faire le jeu des pires antisémites »

Israël

La décision de l'actrice de ne pas se rendre en Israël pour y recevoir un prix pour ne pas être associée au Premier ministre Benjamin Netanyahu a été vivement critiquée par certains responsables israéliens.

OLJ/Agences
22/04/2018

La décision de Natalie Portman de ne pas se rendre en Israël pour y recevoir un prix, afin de ne pas être associée au Premier ministre Benjamin Netanyahu, a suscité ce week-end de nombreuses et parfois virulentes critiques de la part de certains responsables israéliens.

Le ministre israélien de l’Énergie a ainsi vivement critiqué l’actrice américaine Natalie Portman l’accusant « de faire le jeu des pires antisémites ». « Natalie Portman fait le jeu de ceux qui nous haïssent le plus et des pires antisémites au Moyen-Orient », a déclaré le ministre de l’Énergie Yuval Steinitz, dimanche lors d’une interview rapportée par le Haaretz. Natalie Portman a fait une grosse erreur et doit des excuses à Israël, a-t-il ajouté.

Vendredi, la Fondation du prix Genesis avait annoncé l'annulation de la cérémonie, citant le représentant de l'actrice américano-israélienne selon lequel elle ne ferait pas le voyage en raison d'événements récents « extrêmement pénibles » pour elle liés à Israël, qui l'empêchaient de « prendre part la conscience libre » à cet évènement le 28 juin.
Samedi, Natalie Portman a justifié sa décision de ne pas se rendre en Israël pour recevoir son prix en disant qu'elle ne voulait pas être associée au Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui devait parler lors de la cérémonie.

Ce prix, doté cette année de deux millions de dollars et parfois appelé le « prix Nobel juif », récompense le travail et le dévouement d'une personnalité envers la communauté et les valeurs juives.
La décision de l'actrice de 36 ans, née à Jérusalem et qui revendique fièrement sa double nationalité et ses racines juives, a été largement interprétée comme liée à la façon extrêmement violente dont Israël répond depuis le 30 mars à un mouvement de protestation massif dans la bande de Gaza, au cours duquel 38 Palestiniens ont été tués et des centaines blessés par des tirs israéliens. Les organisations de défense des droits de l'Homme dénoncent un usage excessif de la force de la part d'Israël.


(Quatrième vendredi de la Marche du retour : quatre Palestiniens tués par l'armée israélienne à Gaza)


« Côté obscur de la force »
Le retrait de Natalie Portman a provoqué des remous en Israël, la ministre de la Culture Miri Regev l'accusant d'avoir adopté l'idéologie des partisans du mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS), qui prône l'isolement économique d'Israël dans le but notamment de mettre fin à l'occupation des Territoires palestiniens. Le ministre de la sécurité interne et des Affaires stratégiques, Gilad Erdan, a pour sa part, adressé une lettre à l'actrice dans laquelle, en référence à Star Wars (série de films dans lesquels Natalie Portman est apparue), il l'exhorte « à ne pas passer du côté obscur de la force ».

Dans un message publié samedi sur son compte Instagram, l'actrice assure que sa décision a été "déformée".
« J'ai choisi de ne pas participer parce que je ne voulais pas apparaître comme soutenant Benjamin Netanyahu, qui devait faire un discours à la cérémonie », écrit-elle. « De la même façon, je ne fais pas partie du mouvement BDS et ne le cautionne pas », ajoute Natalie Portman, Oscar de la meilleure actrice en 2010. « Comme beaucoup d'Israéliens et de juifs dans le monde, je peux critiquer la direction israélienne sans pour autant vouloir boycotter l'ensemble du pays ».
« Israël a été créé il y a exactement 70 ans pour servir de refuge aux survivants de l'Holocauste », dit-elle aussi. « Mais les mauvais traitements de ceux qui souffrent des atrocités d'aujourd'hui n'est simplement pas en accord avec mes valeurs juives. Parce qu'Israël m'est cher, je dois m'opposer à la violence, à la corruption, aux inégalités et à l'abus de pouvoir ».


My decision not to attend the Genesis Prize ceremony has been mischaracterized by others. Let me speak for myself. I chose not to attend because I did not want to appear as endorsing Benjamin Netanyahu, who was to be giving a speech at the ceremony. By the same token, I am not part of the BDS movement and do not endorse it. Like many Israelis and Jews around the world, I can be critical of the leadership in Israel without wanting to boycott the entire nation. I treasure my Israeli friends and family, Israeli food, books, art, cinema, and dance. Israel was created exactly 70 years ago as a haven for refugees from the Holocaust. But the mistreatment of those suffering from today’s atrocities is simply not in line with my Jewish values. Because I care about Israel, I must stand up against violence, corruption, inequality, and abuse of power. Please do not take any words that do not come directly from me as my own. This experience has inspired me to support a number of charities in Israel. I will be announcing them soon, and I hope others will join me in supporting the great work they are doing.

A post shared by Natalie Portman (@natalieportman) on



Le Likoud, le parti de droite de Benjamin Netanyahu, a réagi à ces déclarations samedi soir en dénonçant « l'hypocrisie » de l'actrice. Dans un communiqué, il a accusé Natalie Portman de « parler des droits de l'Homme tout en participant à des festivals dans des pays qui censurent les films et dont le respect des droits de l'Homme est bien inférieur à celui d'Israël ».

Dans un éditorial, le Haaretz, très critique de la politique de M. Netanyahu, souligne qu'il est injustifié de reprocher à l'actrice d'avoir porté un coup aux célébrations liées à la remise du prix : « Ce n'est pas elle qui a porté un coup à ces célébrations, c'est Netanyahu et son gouvernement qui peignent en noir les accomplissement du peuple juif et souillent les relations entre le monde juif et Israël ».


Lire aussi

Une vidéo contredit les critiques israéliennes contre la presse à Gaza

« Les soldats israéliens blessent les gens pour en faire des handicapés ! »

Israël : un soixante-dixième anniversaire sous haute tension


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

NOUVEL ORIENT

Bizarre ça n'intéresse personne cette histoire.
Si ça avait été un mec qui parle contre la résistance du hezb libanais, on aurait eu à faire des rallonges dans ce commentaire, la preuve , l'histoire de "l'opposant chiite " fait un tabac .

Wlek Sanferlou

pour être honnète et humaine elle est traitée d'antisémite... Israèl a peur de lui-même.

Entre Syrie et Israèl on a la crème des voisins civilisés...

la blague que Sykes, Picot et Balfour nous ont servi...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour le courant du Futur, une restructuration...et des changements

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué