X

À La Une

Frappes en Syrie : Trump promet une décision rapide

conflit

La Russie, l'un des plus fidèles soutiens du régime de Bachar el-Assad, a appelé les Occidentaux à "réfléchir sérieusement" aux conséquences de leurs actes tout en assurant ne pas vouloir d'"escalade".

OLJ/AFP
12/04/2018

Le président américain Donald Trump multipliait jeudi les consultations pour organiser la riposte sur le dossier syrien et prendre une décision sur de possibles frappes aériennes après l'attaque chimique présumée dans l'enclave rebelle de Douma.

Tout en restant évasif sur le calendrier, son homologue français Emmanuel Macron a assuré de son côté avoir "la preuve" de l'implication du régime de Bachar el-Assad dans cette attaque meurtrière qui a suscité une vague d'indignation à travers le monde.

"Nous examinons la situation de très près. Nous devons prendre des décisions, elles seront prises sous peu", a déclaré M. Trump depuis la Maison Blanche tandis que le chef du Pentagone, Jim Mattis, dénonçait le recours "tout simplement inexcusable" aux armes chimiques.

Un an après la première opération militaire américaine contre le régime syrien, en réponse déjà, à une attaque chimique présumée, les Occidentaux menacent de frapper le régime de Damas, qui dément toute responsabilité.

La perspective d'une action militaire des Etats-Unis, soutenus par la France et probablement le Royaume-Uni, s'inscrit dans un contexte de vives tensions avec la Russie. Les relations ont déjà été passablement dégradées par l'affaire de l'ex-espion Sergueï Skripal empoisonné en Angleterre.

La Russie, l'un des plus fidèles soutiens du régime de Bachar el-Assad, a appelé les Occidentaux à "réfléchir sérieusement" aux conséquences de leurs actes tout en assurant ne pas vouloir d'"escalade". "Personne n'a donné le droit aux dirigeants occidentaux de s'attribuer le rôle de gendarmes du monde, à la fois d'enquêteur, de procureur, de juge et de bourreau", a lancé la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.



Réunion d'urgence à Londres
Au moment où les discussions entre alliés s'intensifient, la Première ministre britannique Theresa May a convoqué pour jeudi une réunion d'urgence de son gouvernement. La chancelière allemande Angela Merkel a jugé "évident" que le régime syrien disposait encore d'un arsenal chimique, tout en soulignant que Berlin ne participerait pas à des actions militaires contre Damas.

"Nous aurons des décisions à prendre en temps voulu, quand nous le jugerons le plus utile et le plus efficace", a déclaré M. Macron, qui a indiqué être en contact quotidien avec le locataire de la Maison Blanche. Restant ferme dans ses accusations, il a assuré avoir "la preuve" que des armes chimiques ont été utilisées, "au moins du chlore". Il faut "enlever les moyens d'intervention chimiques au régime", a-t-il martelé.

L'Organisation internationale sur les armes chimiques (OIAC), qui doit se réunir lundi, a annoncé que ses experts étaient en route pour la Syrie et commenceraient leur travail samedi.

Le Kremlin a pour sa part assuré que la ligne spéciale entre militaires russes et américains au sujet de leurs opérations en Syrie, destinée à éviter les incidents, était encore "dans un état actif et utilisée des deux côtés".

"Toute action ne contribuera qu'à déstabiliser davantage la région", a averti de son côté le président syrien Bachar el-Assad.


(Lire aussi : Frappes occidentales en Syrie : Moscou est-il prêt à riposter?)


"Bras de fer"
Après un triple vote mardi à l'ONU sans aucun résultat, son secrétaire général, Antonio Guterres, a exhorté mercredi les cinq membres permanents du Conseil de sécurité "à éviter une situation hors contrôle" en Syrie, réaffirmant sa "grande inquiétude face à l'impasse actuelle".

La Suède a mis jeudi sur la table du Conseil de sécurité un projet de résolution portant sur l'envoi d'une mission de l'ONU en Syrie pour en retirer les armes chimiques "une bonne fois pour toutes", selon le texte obtenu par l'AFP. Cette proposition est survenue avant la tenue d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité consacrée à une éventuelle action militaire contre la Syrie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est dit préoccupé par le "bras de fer" engagé par certaines puissances étrangères, tandis que les éléments d'une riposte coordonnée entre Occidentaux se mettaient en place.

L'armée russe, qui intervient depuis septembre 2015 en soutien aux forces gouvernementales, a en outre annoncé jeudi que le drapeau du gouvernement syrien flottait sur la ville de Douma, marquant la reprise par le régime du contrôle de "la totalité de la Ghouta orientale".




Lire aussi

Les enjeux d’une frappe occidentale en Syrie sans l’aval de l’ONU

Hariri brandit la distanciation comme un talisman

Frappes contre la Syrie : quelles cibles, quels risques, quels moyens ?

La présence militaire russe et son arsenal en Syrie

Le piège de la ligne rouge : frapper quoi et pour quels objectifs ?

Bruno Tertrais : Emmanuel Macron s’est engagé assez loin, il ne peut pas ne pas réagir contre Damas

Attaques chimiques contre Douma : comment peuvent réagir Washington et Paris

Les principaux raids israéliens en Syrie depuis 2013

Raid israélien en Syrie : un tournant dans les relations avec la Russie ?

Attaques chimiques en Syrie : le piège des lignes rouges

Attaques chimiques en Syrie : Washington au pied du mur ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Le rêve est espoir et l'espoir nous maintient en vie et parfois nous sert de moteur dans nos démarches.

HABIBI FRANCAIS

Pourquoi pas une resolution de l onu exigeant le retrait de la russie et de l iran de syrie sous peine d une action militaire.....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT QUE LES FRAPPES SOIENT EXECUTEES CE SOIR OU DEMAIN DES L,AUBE AVANT UNE NOUVELLE REUNION DU CONSEIL DE SECURITE A LA DEMANDE RUSSE... SINON LE JEU EST RATÉ !

Sarkis Serge Tateossian

Frapper,... (sans apporter la preuve de l'accusation)

- changera-t-il le sort de la guerre ?
- Apaisera-t-il la douleur de ceux qui ont souffert et souffrent encore de cette guerre ?
- Éliminera-t-il ce régime qualifié "immonde" par l'occident, (qu'en est-il des "immondes et fascistes du reste du monde .... juste à côté de la Syrie il y a les parrains de Daech...ERDO! pour l'exemple)
- Fera-t-il baisser les tensions et le fanatisme des acteurs dans la région ?

Beaucoup de questions restent en suspens ...

Il nous reste qu'à compter sur la sagesse des dirigeants de ce monde ... si éprouvé, si misérable en ce moment ! Hélas

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI IL N,Y A PAS D,ACTION APRES TOUS CES VACARMES ET CES RETENTISSEMENTS D,ARMES LES OCCIDENTAUX VONT
PERDRE LE PEU DE CREDIT QUI LEUR RESTE ET LIVRERONT LA REGION A LA RUSSIE ET A SES ALLIES ET PERDRONT LEUR DERNIERE CARTE !

NAUFAL SORAYA

Rien d'étonnant...

Irene Said

Tous: l'Amérique, la Russie, la Turquie, l'Angleterre, la Françe, les Syriens et Israël sont de grands menteurs, n'agissant chacun que pour son propre intérêt sur ce terrain idéal d'affrontements qu'est la Syrie en ce moment.
Sans parler de l'ONU impuissante comme toujours...

Quant à nous, pauvre Liban, sommes coincés au millieu...et risquons de payer le prix le plus élevé, étant gouvernés par des responsables qui parlent beaucoup, mais agissent peu ou pas du tout...ou alors trop tard.
Et qu'on nous épargne la rengaine de la supposée "Résistance" tout aussi inutile,
MERCI !

Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué