X

À La Une

Une attaque chimique présumée du régime syrien sur Douma suscite l'indignation

Syrie

Trump veut faire payer "le prix fort". 



OLJ/AFP
08/04/2018

Une attaque chimique présumée ayant fait des dizaines de morts dans une zone rebelle près de Damas a soulevé un tollé international dimanche, le président américain Donald Trump avertissant Bachar el-Assad et ses alliés qu'il faudrait "payer le prix fort" pour ce bombardement.

Sous l'impulsion de la France, neuf pays ont demandé une réunion urgente lundi à 19h00 GMT du Conseil de sécurité de l'ONU sur l'attaque présumée samedi à Douma, selon des sources diplomatiques.

Le régime syrien, défendu par ses deux alliés indéfectibles, la Russie et l'Iran, a démenti toute attaque chimique dans l'ultime poche rebelle dans la Ghouta orientale, région stratégique aux portes de la capitale que ses forces cherchent à reconquérir.

Alors qu'un conseiller de M. Trump a déclaré qu'une action militaire n'était pas à écarter, Moscou a mis en garde Washington contre une telle intervention "pour des prétextes fabriqués" qui pourrait "mener aux plus lourdes conséquences".

Il y a un an, le président américain avait fait bombarder une base du régime syrien en représailles à une attaque au gaz sarin, qui avait tué trois jours plus tôt plus de 80 civils à Khan Cheikhoun (nord-ouest).

"De nombreux morts, y compris des femmes et des enfants, dans une attaque CHIMIQUE insensée en Syrie", a tweeté M. Trump, assurant qu'il faudra en "payer le prix fort". Il a pointé du doigt la "responsabilité" de la Russie et de l'Iran, qualifiant M. Assad "d'animal".


(Lire aussi : Il y a un an, l'attaque au gaz sarin contre Khan Cheikhoun)


Les Casques Blancs, les secouristes en zones rebelles, un groupe insurgé ainsi que l'opposition en exil ont accusé le régime d'avoir mené une attaque chimique à Douma.

Il n'était pas possible de confirmer ces allégations de source indépendante. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un réseau de sources dans le pays, a lui indiqué ne pas être en mesure de confirmer une attaque chimique.

Mais les Casques Blancs et l'ONG médicale Syrian American Medical Society (SAMS) ont affirmé dans un communiqué conjoint que 48 personnes avaient péri dans cette attaque aux "gaz toxiques".


(Lire aussi : La perte de la Ghouta, pire défaite des rebelles en Syrie)


"Corps abandonnés"

Ils ont également fait état de "plus de 500 cas, la plupart des femmes et des enfants", qui souffrent notamment de "difficultés respiratoires et dégagent "une odeur semblable à celle du chlore".

Une vidéo postée par les Casques blancs sur Twitter et présentée comme tournée après l'attaque chimique présumée montre un enchevêtrement de corps sans vie, dont ceux de femmes et d'enfants, allongés à même le sol, les yeux parfois écarquillés et de la mousse blanche s'échappant de leur bouche.

Firas al-Doumi, un secouriste à Douma a évoqué "des scènes effroyables". "Il y avait de nombreuses personnes en train de suffoquer, certaines sont mortes immédiatement", a-t-il dit à l'AFP. "C'était un massacre. Il y avait une très forte odeur qui a entraîné des difficultés respiratoires chez les secouristes". "Nous avons fait une tournée dans la ville, on a vu des corps encore abandonnés sur les routes", a affirmé un volontaire du Croissant rouge syrien. 

Face aux accusations contre le régime, son allié russe a dénoncé des "prétextes inventés" pour une intervention militaire qui "serait absolument inacceptable et peut mener aux plus lourdes conséquences".

L'Iran a de son côté fustigé un nouveau "complot" contre le président Assad et un "prétexte pour une action militaire".  Le régime y a vu lui "une rengaine ennuyeuse" de la part des pays "qui soutiennent le terrorisme en Syrie".

A l'étranger, la France a fait état de son "extrême préoccupation", affirmant qu'elle assumerait "toutes ses responsabilités". 

La Turquie, parrain des rebelles, a dit soupçonner "fortement" le régime et le patron de l'ONU Antonio Guterres s'est dit "particulièrement alarmé" par le recours présumé au gaz. "Rien ne peut justifier l'usage de tels instruments d'extermination contre des personnes et des populations sans défense", a dit de son côté le pape François.


(Lire aussi :  Malgré un début d’évacuation, le sort des civils de Douma plus que jamais incertain)


Accord sur Douma

Grâce à l'appui militaire de Moscou, le régime contrôle déjà plus de la moitié de la Syrie, ravagée par une guerre qui a fait plus de 350.000 morts en sept ans. Il a été maintes fois accusé de mener des attaques chimiques contre des régions rebelles, ce qu'il a toujours nié.

Déterminé à faire plier le groupe rebelle Jaich al-Islam, le dernier encore présent dans la Ghouta orientale et retranché à Douma, le pouvoir a de nouveau bombardé intensément vendredi et samedi la ville tuant près d'une centaine de civils, selon l'OSDH.

Le régime a, semble-t-il, obtenu ce qu'il voulait. Selon l'agence officielle syrienne Sana, un accord pour évacuer dans les prochaines 48 heures les rebelles de Douma, a été conclu dimanche avec Jaich al-Islam.

Alors que le groupe rebelle n'a pas réagi dans l'immédiat à cette annonce, un comité de négociateurs de Douma a confirmé l'accord --trouvé avec Moscou-- prévoyant le déploiement de la police militaire russe dans la ville.

Une offensive dévastatrice lancée le 18 février par le régime pour reprendre la Ghouta orientale a fait plus de 1.600 morts en plus d'un mois. 

Elle a été stoppée suite à des accords d'évacuation négociés par Moscou qui ont permis l'évacuation de plus de 46.000 combattants de deux autres groupes rebelles et des civils pour Idleb, une des provinces échappant presque entièrement au régime.


Lire aussi

Attaques chimiques en Syrie : le piège des lignes rouges

Attaques chimiques en Syrie : Washington au pied du mur ?

Nouveaux soupçons d’attaques chimiques dans la Ghouta

Comment l’Arabie saoudite a perdu la bataille en Syrie

Le régime a-t-il décidé d’en finir vite avec l’EI près de Damas ?

Sur le net, des Syriens en exil sondent une liste de personnes recherchées

Moscou, Téhéran et Ankara à l’affût d’un retrait américain de Syrie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

INDIGNATION C,EST PEU DIRE ! IL FAUT UNE REACTION DE TAILLE POUR PUNIR LA BESTIALITE DONT FONT PREUVE EN SYRIE LE REGIME, LA RUSSIE ET LES ACCESSOIRES !

AIGLEPERçANT

Donc les bactéries ont accepté l'évacuation vers wahabite City en Syrie du héros Bashar ?

Dommage !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.