Économie

Un ordre du jour chargé, une réunion prévue avec des entreprises samedi

06/04/2018

La Conférence économique pour le développement par les réformes et avec les entreprises (CEDRE) se tiendra aujourd’hui à Paris, rue de la Convention, dans le 15e arrondissement. Cet événement doit rassembler les représentants d’une cinquantaine d’États et d’organisations internationales.

Les discours d’ouverture seront conjointement prononcés par le Premier ministre libanais, Saad Hariri, et le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. M. Hariri exposera les grandes lignes de la « vision gouvernementale pour la croissance et l’emploi » ainsi que le programme d’investissements. À la mi-journée, le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, qui a activement participé à la préparation de CEDRE aux côtés du Quai d’Orsay et de l’Élysée, prononcera à son tour un discours. Les trois hommes se réuniront ensuite avec le président de la République française, Emmanuel Macron, qui se joindra à la conférence en début d’après-midi.


(Lire aussi : Tout ce qu’il faut savoir sur CEDRE)


Le discours de clôture sera ainsi prononcé par le chef de l’État français, qui sera précédé d’une brève allocution de Saad Hariri. Le président français a déjà affirmé à plusieurs reprises ces derniers mois la volonté de la France d’aider le pays du Cèdre à se relever, à retrouver son rayonnement au Moyen-Orient et dans le monde comme modèle de « vivre ensemble » et de coopération dans les domaines politique, économique et culturel.

Le lendemain, Bruno Le Maire doit également se réunir avec Saad Hariri en présence de chefs d’entreprise française et libanaise. Le ministre entend surtout inciter les entreprises françaises déjà implantées au Liban à investir et à s’engager dans des projets figurant dans le programme d’investissements.


(Lire aussi : Réformes : La balle est dans le camp libanais


L’octroi d’une aide financière au Liban sera accompagné par la mise en place d’un mécanisme de soutien plus soutenu que lors des précédentes conférences de soutien – Paris I en 2001, Paris II en 2002 et Paris III en 2007 –, afin de s’assurer que le pays du Cèdre entreprend bien les réformes qu’il s’est engagé à mener en contrepartie. Les participants devraient en outre exiger que le communiqué final de la conférence mentionne expressément le principe de « distanciation », une référence à la déclaration politique adoptée en décembre dernier par le gouvernement libanais pour marquer la volonté du pays de rester à l’écart des conflits régionaux.



Lire aussi 

CEDRE : la balle est dans le camp libanais

Lettre ouverte à l’État français et aux organisateurs de CEDRE

Un enregistrement sur le Liban et CEDRE fait le buzz, le FMI répond


Pour mémoire
Le Parlement vote la loi de finances de 2018 avant CEDRE

La gouvernance, facteur indispensable à la réussite de CEDRE

CEDRE : le Conseil des ministres approuve « une feuille de route »

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : divergences minimes dans un grand dialogue de sourds

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants