Syrie

Pluie de bombes sur la Ghouta, malgré les convois humanitaires

Les bombardements du régime ont fait au moins 73 morts hier alors que l’aide humanitaire a dû être interrompue.

Le convoi du Comité international de la Croix-Rouge s’apprêtant à entrer dans la Ghouta orientale, hier. Omar Sanadiki/Reuters

Après deux longues semaines d’attente, les habitants de la Ghouta orientale ont pu recevoir hier de l’aide humanitaire. Le convoi a cependant dû être subitement interrompu vers 22 heures à cause des bombardements incessants alors que neuf camions devaient encore être déchargés. « Cela se passe à l’instant. Le convoi à destination de la Ghouta orientale se retire de Douma près de neuf heures plus tard (...). Nous avons livré autant d’aides que possible en plein milieu des bombardements », a écrit sur son compte Twitter Sajjad Malik, le représentant de l’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) en Syrie. Les équipes du CICR et des Nations unies ont pu sortir de Douma en sécurité, ont confirmé dans la soirée à L’Orient-Le Jour les porte-parole des organisations respectives.

Bien qu’une trêve humanitaire quotidienne de cinq heures ait été ordonnée par la Russie, les bombardements des forces du régime de Bachar el-Assad n’ont pas cessé pendant l’acheminement de l’aide dans la Ghouta. Au moins 73 civils ont par ailleurs été tués hier des suites des pilonnages du régime, qui contrôle désormais un tiers de l’enclave, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Des civils et des médecins sur place ont également évoqué des attaques au chlore dans la ville de Hammouria. À l’heure de mettre sous presse, L’OLJ n’avait pas pu confirmer cette information.

L’opération était organisée conjointement entre le Comité international de la Croix-Rouge, les Nations unies et le Croissant-Rouge arabe syrien. Les 46 camions affrétés contenaient de l’aide à destination de 27 500 personnes comprenant des paniers de nourriture, du matériel médical, une installation de traitement des reins et des produits pour nourrissons. L’ONU a d’abord demandé à envoyer de l’aide à 70 000 personnes dès le premier convoi, requête que Damas a refusée, voulant étaler l’aide sur plusieurs voyages. Selon l’agence russe Interfax, les rebelles auraient également promis le départ des civils vivant dans l’enclave assiégée en échange d’aide humanitaire. Les équipes contactées sur place ont cependant précisé ne pas avoir été mises au courant d’une telle opération. 



Aide insuffisante

Dans la journée, « tout s’est bien passé et il n’y a pas eu d’incidents notables » durant la procession des véhicules humanitaires, a rapporté à L’OLJ Ingy Sedky, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge en Syrie. Les équipes humanitaires ont d’abord rencontré les responsables des conseils locaux avant que les véhicules du premier convoi ne puissent entrer dans la ville de Douma aux alentours de 11h30. 

Un premier point de contrôle était installé pour permettre aux médias de photographier et filmer le convoi, puis un second aux portes de la zone marquant la dernière étape avant l’entrée des camions dans l’enclave assiégée. Les systèmes de communication étaient cependant coupés à l’intérieur de la Ghouta durant l’opération qui a duré plusieurs heures, empêchant les équipes humanitaires d’entrer en contact avec leurs collègues à l’extérieur de la zone. 

L’envoi d’aides a par ailleurs été compliqué par Damas, qui a bloqué l’acheminement de 70 % du matériel médical dès dimanche selon un responsable de l’Organisation mondiale de la santé. « Toutes les trousses d’urgence, le matériel chirurgical, le matériel de dialyse et l’insuline ont été confisqués par sécurité », a-t-il écrit dans un courrier électronique, rapportait Reuters. Dans ce contexte, « trois des 46 camions arrivés (…) sont quasi vides », expliquait hier à l’agence de presse Linda Tom, une responsable de l’OCHA à Damas. Les structures médicales manquent cruellement alors qu’une grande partie d’entre elles ont été détruites dans les bombardements de l’offensive lancée sur la Ghouta par Damas le 18 février. Véritable catastrophe humanitaire, l’opération militaire a déjà fait des milliers de blessés et 740 morts parmi les civils, selon l’OSDH. 



L’opération d’aide humanitaire se poursuivait encore normalement hier en début de soirée. Une quinzaine de camions finissaient de livrer les dernières cargaisons aux alentours de 19 heures. « C’est un peu lent mais je n’ai pas entendu parler de difficultés particulières », racontait à L’OLJ Marwa Awad, la porte-parole du Programme alimentaire mondial, présente sur place. Le processus « prend un peu plus de temps maintenant que la nuit est tombée », ajoutait-t-elle.

Ce convoi doit être le premier d’une petite série. Les besoins nutritionnels sont particulièrement élevés alors que 11,9 % des enfants de moins de cinq ans vivant dans la zone assiégée souffrent de malnutrition, selon une étude de l’Unicef parue en novembre. L’assistance des ONG reste cependant bien insuffisante alors que 400 000 civils vivent dans l’enclave qui est sous blocus depuis 2013. « Nous espérons pouvoir retourner dans la Ghouta ce jeudi », expliquait Mme Awad au téléphone hier dans l’après-midi tandis que des bruits de bombardements étaient audibles en fond sonore. Les derniers rebondissements d’hier soir pourraient cependant changer la donne.




Après deux longues semaines d’attente, les habitants de la Ghouta orientale ont pu recevoir hier de l’aide humanitaire. Le convoi a cependant dû être subitement interrompu vers 22 heures à cause des bombardements incessants alors que neuf camions devaient encore être déchargés. « Cela se passe à l’instant. Le convoi à destination de la Ghouta orientale se retire de Douma près...

commentaires (5)

Et dire qu'on voudrait impliquer DIEU dans ces crimes contre l'humanité...perpétrés par tous, absolument tous les protagonistes de ces massacres...? Ma mère me disait jadis: DIEU est pour certains un parapluie bien pratique que l'on ouvre ou ferme selon les besoins... Irène Saïf

Irene Said

14 h 54, le 06 mars 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Et dire qu'on voudrait impliquer DIEU dans ces crimes contre l'humanité...perpétrés par tous, absolument tous les protagonistes de ces massacres...? Ma mère me disait jadis: DIEU est pour certains un parapluie bien pratique que l'on ouvre ou ferme selon les besoins... Irène Saïf

    Irene Said

    14 h 54, le 06 mars 2018

  • Le sang du peuple Syrien ne semble pas valoir grand chose. Le monde assiste impuissant a l'assaut sanglant des armees syrienne et russe. Quant a la solidarite arabe, parlons-en! Tout le monde s'en fout!

    IMB a SPO

    13 h 31, le 06 mars 2018

  • Le héros syrien BASHAR EL Assad ne lâchera rien pour libérer son pays et son peuple de la coalition complotiste des occidentaux et des wahabites, leurs mercenaires sur place . Seul DIEU pourra s'y opposer.

    FRIK-A-FRAK

    09 h 35, le 06 mars 2018

  • “De tous les dangers, le plus grand est de sous-estimer son ennemi.” de Pearl Buck Extrait de Impératrice de Chine

    FAKHOURI

    09 h 03, le 06 mars 2018

  • LES VAMPIRES AVIDES DU SANG DU PEUPLE SYRIEN LIBRE A L,OEUVRE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 21, le 06 mars 2018