X

Moyen Orient et Monde

Vers un nouvel accrochage irano-israélien en Syrie ?

Conflit
02/03/2018

Le compte à rebours semble avoir commencé. Les nouvelles révélations dévoilées par Foxnews et publiées dans un article du Haaretz paru mercredi sur une nouvelle base militaire que l’Iran aurait construite à quelque 12 km de Damas augurent d’une nouvelle frappe israélienne sur ledit site.
Les images publiées sur Foxnews montrent deux entrepôts de près de 500 m2 et pouvant contenir, selon des sources citées par le média américain, des missiles capables d’atteindre l’État hébreu. Des membres des forces spéciales al-Qods de la garde révolutionnaire seraient aux avant-postes de cette base.

Malgré les propos rassurants du ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, qui a déclaré en réponse à ce rapport qu’il n’y avait « rien de nouveau sous le soleil (…) », les paris sont ouverts pour savoir quand aura lieu la prochaine frappe israélienne sur ces installations. Pour le Haaretz hier, la révélation de Foxnews revient à « charger un pistolet », en référence au reportage publié par la BBC en novembre dernier et qui avait révélé la construction d’une base iranienne dans la région d’al-Kiswah, à 14 kilomètres au sud de Damas. La base avait été visée par des frappes israéliennes début décembre.


(Pour mémoire : Théâtral, Netanyahu menace les "tyrans de Téhéran" de représailles)


Mais à la différence des frappes de l’année dernière, ces révélations tombent après une escalade dangereuse entre Israël et l’Iran sur le sol syrien le 11 février dernier, qui a mené au crash d’un F-16 israélien touché par un missile sol-air syrien suivi de représailles de l’État hébreu ayant détruit une grande partie de la défense antiaérienne du régime syrien. Un dérapage a été évité de justesse après un appel téléphonique entre le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.
Enhardis par la destruction du F-16 israélien, Iraniens et Syriens tentent désormais de dessiner de nouvelles lignes rouges dans le ciel syrien. Alors que l’État hébreu poursuit inlassablement sa politique d’interdire aux forces iraniennes de s’installer durablement en Syrie, et plus précisément au sud du pays, à la frontière nord d’Israël.


(Lire aussi : La nouvelle "dimension stratégique risquée" du conflit en Syrie)



Guerre à grande échelle
Ce rapport suit en outre d’autres développements, dont le discours de M. Netanyahu la semaine dernière à la Conférence internationale de sécurité à Munich, en Allemagne. Ce dernier a menacé pour la première fois d’ordonner des frappes directes contre l’Iran, mais aussi une action militaire contre le régime d’Assad.
Dans ce contexte, la visite récente d’un groupe de sénateurs américains (républicains et démocrates) en Israël a permis de dévoiler l’éventualité d’un embrasement généralisé entre l’État hébreu d’une part, la Syrie, l’Iran et le Hezbollah d’autre part. « Le rythme d’escalade, en termes de potentiel de conflit en Syrie, a augmenté », a ainsi déclaré à des journalistes le sénateur démocrate Chris Coons, alors que son homologue républicain Lindsay Graham a suggéré qu’une guerre à grande échelle entre Israël et les proxys de l’Iran, dont le Hezbollah au Liban-Sud, est sur la table. Le groupe a appuyé la demande israélienne d’une aide militaire américaine supplémentaire.
Israël a clairement cherché à prouver au fil des années que sa sécurité nationale prime sur tout et toute violation de ses lignes rouges en Syrie pourrait entraîner une riposte qui risque de déraper à tout moment, malgré la tactique israélienne qui reste concentrée sur des frappes ciblées.


Lire aussi

Syrie : qui réussira à imposer ses lignes rouges ?

De l’intérêt du Sud syrien pour Israël

Israël ne permettra pas un "ancrage" militaire de l'Iran en Syrie, prévient Netanyahu

Quand la destruction d’un F-16 israélien est célébrée comme une victoire arabe

Israël / Iran : une stratégie de « grignotage » dangereuse

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Alexandre Hage

Il n'y aura rien car personne n'a à y gagner quoi que ce soit. Tout le monde laissera des plumes. ils oublient les russes qui se trouvent sur le terrain. Tout le monde a les souvenirs de la guerre Iran Irak interminable guerre et qui a épuisé les 2 pays malgré une logistique occidentale très importante à l'Irak sans vraiment arriver à une franche victoire. Ce ne sont que des enchères pour une future table de négociations. Des scarmouches oui c'est inévitable.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,IRAN... UNIQUE PROVOCATEUR DANS LA REGION !

gaby sioufi

si j'etais assad et wali fakih
j'aurais MAINTENENANT attaque israel A PARTIR de la syrie ,
vu la merde ds laquelle se debat netanyahu/goebbels .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué