X

À La Une

Des forces pro-Assad à Afrine "dans les prochaines heures"

conflit

"Les forces populaires vont se joindre à la résistance contre l'agression turque", a indiqué Sana, précisant qu'il s'agissait de "défendre l'unité territoriale et la souveraineté de la Syrie".

OLJ/AFP
19/02/2018

Des forces progouvernementales en Syrie pourraient entrer lundi dans la région d'Afrine après des discussions avec les forces kurdes, pour tenter de mettre fin à l'offensive meurtrière de la Turquie contre cette enclave du nord-ouest du pays. L'armée turque, appuyée par des rebelles syriens, mène depuis un mois une offensive contre cette zone pour en chasser les Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde considérée comme "terroriste" par Ankara mais alliée des Etats-Unis dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI).

"Les forces populaires vont arriver à Afrine dans les prochaines heures pour soutenir ses habitants contre l'attaque du régime turc", a indiqué l'agence de presse officielle syrienne Sana. Elles vont "se joindre à la résistance contre l'agression turque", a ajouté Sana, précisant qu'il s'agit de "défendre l'unité territoriale et la souveraineté de la Syrie".
Plusieurs heures après l'annonce faite par l'agence de presse syrienne, aucun déploiement n'a été constaté sur le terrain, par des correspondants de l'AFP. Des médias d'Etat syriens étaient présents dans la région.

L'agence Sana n'a pas fourni de détails sur la composition des "forces populaires" ni mentionné de déploiement de l'armée régulière syrienne dans cette région du nord-ouest.
Damas a dénoncé l'"agression" d'Ankara à Afrine mais n'a jamais explicitement déclaré qu'elle interviendrait.
Le porte-parole des YPG, Birusk Hasakeh, n'était pas en mesure de confirmer dans l'immédiat le déploiement de forces progouvernementales syriennes lundi.


(Lire aussi : Un accord aurait été conclu entre Damas et les Kurdes à Afrine)



"Aucun problème"

En 2012, après le retrait des forces prorégime de la zone, Afrine est devenue la première région kurde en Syrie à échapper au contrôle du pouvoir central. Mais des négociations sont en cours pour un retour potentiel des forces progouvernementales dans l'enclave, selon des responsables.
"Des discussions ont lieu sur le plan militaire", a affirmé dimanche à l'AFP le coprésident du Conseil exécutif d'Afrine, Heve Moustafa.

La semaine dernière, le commandant des YPG, Sipan Hamo, avait déclaré que ses forces n'avaient "aucun problème" avec une intervention militaire du régime syrien "pour défendre Afrine (...) face à l'occupation turque".
Les autorités kurdes restent, elles, vagues sur le type de déploiement qu'elles accepteraient à Afrine.


(Lire aussi : "On ne se lave plus, on ne pense qu'à pouvoir manger" : le calvaire des réfugiés à Afrine)


Imbroglio d'enjeux 
L'offensive menée par la Turquie depuis le 20 janvier a mis en relief les intérêts complexes et divergents des différentes puissances engagées dans le conflit syrien, qui dure depuis sept ans.

Depuis 2011, la Turquie a soutenu les rebelles syriens pour combattre les troupes gouvernementales, les jihadistes et les YPG.  Ankara considère les YPG comme le bras syrien du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une insurrection armée de trois décennies contre le pouvoir central turc.
Mais les Etats-Unis - alliés de la Turquie au sein de l'OTAN - ont noué une alliance avec les YPG pour combattre l'EI.
La Russie, principale alliée du régime de Bachar el-Assad, avait également soutenu les YPG à Afrine, en entraînant les forces kurdes avant de se retirer au début de l'offensive turque.

Lundi, le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine ont discuté de l'offensive d'Afrine lors d'un appel téléphonique, a indiqué le Kremlin, sans fournir plus de détails.  Ces discussions sont intervenus alors que la Turquie affirmait préférer voir les troupes du régime à Afrine plutôt que les YPG.

Lundi, le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu,a toutefois mis en garde contre toute intervention des forces progouvernementales syriennes aux côtés des milices kurdes à Afrine, affirmant qu'elle n'empêcherait pas Ankara d'y poursuivre son offensive.  "Si le régime entre pour nettoyer (la région) du PKK/YPG, il n'y a pas de problème (...)". En revanche s'il intervient "pour protéger les YPG, personne ne pourra arrêter la Turquie ou les soldats turcs", a déclaré M. Cavusoglu.



Lire aussi

Tête de Turc, l'édito de Ziyad Makhoul

Washington et Ankara vont travailler "ensemble" en Syrie

La nouvelle "dimension stratégique risquée" du conflit en Syrie

Après la « claque ottomane », l’« alliance à l’épreuve du temps »...


Repère

Afrine : qui veut quoi et pourquoi ?



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Le turc content de son exploit, pensait que par la ruse il a fait dégager les russes d'Afrine....
Avant même de finir de manger les kurdes d'Afrine, il a menacé et demandé aux américains de quitter Manbij...

Mais la porte d'Afrine est restée impénétrable !
Le turc voyant ses pieds s'alourdir et s'embourber... Il se demande maintenant si la ruse avec contre les russes n'était pas plutôt à "contre lui" !

RAISINS SECS

Erdo l'hypocrite ignore avec qui il traite .

Les mercenaires asl de lamerique du clown déséquilibré mental ne passeront pas .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TURC JOUE AVEC LE FEU DE TOUS LES COTES... IL VA SE FAIRE BRULER !

Dernières infos

Les matchs d’aujourd’hui

  • Angleterre
    Panama

    24/06

    15h00 (GMT+3)

  • Japon
    Sénégal

    24/06

    18h00 (GMT+3)

  • Pologne
    Colombie

    24/06

    21h00 (GMT+3)

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué