X

À La Une

Ces murs que construit Israël à toutes ses frontières

Repère

Voici la liste des barrières et autres murs construits par l'Etat hébreu à ses frontières avec le Liban, la Syrie, la Palestine, la Jordanie et l'Egypte.

20/02/2018

Ces trente dernières années, Israël a considérablement barricadé son territoire en construisant progressivement des fortifications le long de ses frontières extérieures avec le Liban au nord, le Golan syrien au nord-est, la Cisjordanie et la Jordanie à l'est, l’Égypte et la bande de Gaza au sud-ouest, au moyen de barbelés, de murs en béton et de systèmes de surveillance.

Pour les opposants à ces murs, ces constructions illustrent la politique hostile de séparation conduite par l'Etat hébreu. Le gouvernement israélien prétend qu'il s'agit de mesures préventives visant à protéger son territoire et sa population des agressions et des menaces extérieures. Une politique qui renvoie à la mémoire juive et plus précisément à la citadelle de Massada, érigée par Hérode le Grand, roi de Judée, entre 37 et 15 av. J.C.,  au sommet d'un plateau rocheux et dominant la mer Morte et le désert environnant. En l'an 73 après J.-C, près d'un millier de Zélotes, un groupe de juifs extrémistes, assiégés par les légions romaines, avaient préféré se suicider collectivement plutôt que de se rendre.

Voici la liste des murs, clôtures ou barrières érigés par Israël autour de son territoire.



LIBAN

Kfar Kila

Le 30 avril 2012, les Israéliens lancent la construction d'un mur de béton de deux kilomètres de long, mesurant de 7 à 10 mètres de haut, tout près de la bourgade de Kfar Kila, à l'extrême sud-est du Liban, qui fait face à la localité israélienne de Metula (Mtollé). Les travaux sont supervisés par la Force intérimaire des Nations unies (Finul) et l'armée libanaise. Les autorités libanaises, qui ont donné leur aval au projet de mur, tiennent à ce que cette construction n'empiète pas sur le territoire libanais.

Décidé par le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, ce mur, dont la construction s'est achevée en juin 2012, remplace une simple barrière grillagée. Son but ? "Éviter les frictions à la frontière", explique alors l'armée israélienne.



Le mur israélien érigé tout près de Kfar Kila. Photo d'archives AFP


Nouveaux projets de mur

En novembre dernier, le président du Parlement, Nabih Berry, rend public des informations selon lesquelles Israël souhaite construire de nouveaux murs à la frontière avec le Liban. Les autorités israéliennes comptent, en réalité, construire deux murs : l'un prolongeant la construction de la barrière de Kfar Kila jusqu'à la localité d'Adaïssé, située à trois kilomètres plus au sud ; l'autre allant de Ras Naqoura, à l'extrême sud-ouest du Liban, à Alma Chaab, situé à sept kilomètres plus à l'est. Ce mur de sept mètres de hauteur permettrait de doubler les clôtures de sécurité qui existent déjà.

La construction de ces murs avait été décidée après des menaces du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, de lancer éventuellement des actions offensives en direction de la Galilée, en cas de nouveau conflit avec Israël.
Problème, ces nouveaux pans de murs pourraient passer par 13 points frontaliers contestés par le Liban.


(Pour aller plus loin sur la délimitation de la frontière entre le Liban et Israël : Plus de 75 % de la frontière entre le Liban et Israël est déjà marquée)


Beyrouth a exprimé à plusieurs reprises ces dernières semaines son inquiétude devant ces nouveaux travaux israéliens, notamment lors de réunions tripartites entre responsables militaires libanais et israéliens sous les auspices de la Finul.
David Satterfield, secrétaire d'Etat adjoint par intérim, chargé du Proche-Orient, a mené début février une médiation entre le Liban et Israël sur ce dossier. La question du mur devait également être abordée par le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, lors de sa visite à Beyrouth ce jeudi 15 février.



Des ouvriers israéliens menant des travaux d'excavation près de Naqoura, au Liban-Sud, à la frontière entre le Liban et Israël, le 8 février 2018. AFP / Mahmoud ZAYYAT


SYRIE

En janvier 2013, alors que la guerre fait rage en Syrie voisine, Benjamin Netanyahu annonce la construction d'une clôture de sécurité le long de sa ligne de démarcation avec ce pays, sur les hauteurs du Golan, pour se protéger "des incursions et du terrorisme".

Cette clôture, faite de barbelés et de miradors, s'étend sur près de 70 kilomètres, des contreforts du mont Hermon, tout près de la zone des fermes de Chebaa revendiquée par le Liban, jusqu'à l'est du lac de Tibériade, dans la zone frontalière avec la Jordanie.

Capturé pendant la guerre des Six-Jours, en 1967, puis théâtre d'une féroce bataille de chars pendant la guerre du Kippour, en 1973, cette partie du plateau du Golan, toujours revendiqué par la Syrie, avait été annexée unilatéralement par Israël en 1981, une décision qui n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.



La ligne de démarcation entre Israël et la Syrie, près de Qouneitra. AFP/Ahmad Gharabli


CISJORDANIE

En 2002, en pleine vague d'attentats palestiniens au cours de la seconde Intifada, Israël lance la construction d'un mur le long de la Ligne verte qui sépare le territoire israélien de la Cisjordanie occupée "pour se protéger des incursions". Les autorités israéliennes, qui parlent de "grillage de séparation", estiment que ce mur est nécessaire pour "sauver des vies israéliennes en empêchant physiquement l'incursion des terroristes palestiniens". Achevée aux deux tiers, la "barrière", qui comprend des tronçons en forme de clôture mais d'autres en béton, doit s'étendre à terme sur environ 712 km, selon l'ONU.

Le tracé et l'existence même de cette construction, incluant des colonies israéliennes installées à l'intérieur du territoire de Cisjordanie et peuplées d'environ 600.000 colons, sont vivement contestés. Empiétant à 85% en Cisjordanie, elle est pour les Palestiniens l'un des symboles les plus honnis de l'occupation israélienne,et régulièrement qualifiée de "mur de la honte" ou "mur de l'apartheid". Pour les Palestiniens, le mur est à la fois un lieu de protestation habituel et un terrain d'expression politico-artistique.

Le 21 octobre 2003, l'Assemblée générale des Nations unies adopte une résolution condamnant la construction d'un "mur" empiétant sur le "territoire palestinien occupé" par 144 voix pour et 4 contre. Le 9 juillet 2004, la Cour internationale de justice publie un avis consultatif indiquant que la construction du mur est contraire au droit international.    



Un Palestinien escalade une portion du mur de séparation en Cisjordanie. AFP/Abbas Momani


GAZA

Israël achève en 1996 la construction, débutée deux ans plus tôt, d'une barrière de métal et de béton qui ceinture la bande de Gaza à ses frontières. Cette installation a été progressivement renforcée au cours des dernières années. Cinq points de passage - dont un à Rafah, depuis l'Egypte - permettent d'entrer à l'intérieur de l'enclave palestinienne.

Il y a plusieurs mois, Israël a, en outre, lancé la construction d'une barrière souterraine massive pour contrer la menace d’incursions palestiniennes via des tunnels. Devant s’étendre sur 65 km autour de l'enclave , ce mur de béton sera équipé de capteurs pour détecter les éventuelles activités de terrassement en sous-sol. Une nouvelle barrière de huit mètres de haut sera érigée en surface sur le mur souterrain dont la construction devrait s'achever en 2019.

Pendant le dernier conflit de 2014, les groupes armés palestiniens ont souvent eu recours à ces tunnels.



Des touristes israéliens le 7 février 2017 devant le mur érigé près de la frontière avec la bande de Gaza. Photo d'archives AFP


JORDANIE

En 2016, Israël achève une "barrière de sécurité" à la frontière sud-est avec la Jordanie, l'un des seuls pays arabes, avec l'Egypte, avec lesquels Tel-Aviv a conclu un traité de paix. Cette clôture, faite de routes, de miradors et de centres opérationnels, court sur 30 kilomètres entre la ville balnéaire israélienne d'Eilat, à l'extrémité sud d'Israël, et le site du parc national de Timna, plus au nord, où un nouvel aéroport devant desservir Eilat a été construit. "Un jour, l’État d’Israël, tel que je le vois, sera protégé sur toutes ses frontières par une barrière de sécurité", avait déclaré M. Netanyahu en février 2016, lors d'une tournée d'inspection sur cette clôture.



Photo d'archives AFP prise à la frontière entre Israël et la Jordanie.



ÉGYPTE

Fin 2010, les autorités israéliennes ont lancé la construction d’une barrière de plus de 200 kilomètres à la frontière avec l’Egypte, avec pour objectif d'empêcher l’entrée de migrants africains, venus principalement du Soudan ou de l'Érythrée, et tentant de pénétrer illégalement en territoire israélien à partir du désert du Sinaï. Achevée en 2013, la clôture d'acier, haute de six mètres, court de la bande de Gaza à la mer Rouge. Ce mur, cerclé de pans de béton et de barbelés à lames, est également bardé de capteurs.

Cette barrière a été construite avec l'assentiment des autorités égyptiennes, qui ont simplement réclamé que ces constructions n'empiètent pas sur son territoire.




Le système de grillage à la frontière entre Israël et l'Egypte, près d'Eliat. Photo d'archives AFP.









À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

Vous oubliez de parler des murs construits par d'autres pays (https://www.worldatlas.com/articles/countries-with-border-walls.html). Israel n'est pas le seul....

Eleni Caridopoulou

Mon Dieu c'est un ghetto, on dirait que les juifs sont habitués à ce genre de vie

RAISINS SECS

Ils ont oublié ce que les trompettes de Jéricho ont fait.

C'est pas ça qui arrêtera les RÉSISTANTS de débouler de leur côté quand ils auront décidé de le faire.

Mais alors comment pourrons ils nous envahir à nouveau ? Héhé bonne question.

Irene Said

Tous les murs construits par cet Etat-voyou ne peuvent le préserver de la catastrophe finale qu'il aura lui-même amenée et qui viendra de là où il l'attendait le moins...
Irène Saïd


C. F.

On parlera un jour d'un ghetto !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DU MUR DES LAMENTATIONS AUX MURS DES EXPECTATIONS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : après la pause du Fitr, les heures supplémentaires du week-end

Un peu plus de Médéa AZOURI

Ce foutu premier rendez-vous...

Les matchs d’aujourd’hui

  • Belgique
    Tunisie

    23/06

    15h00 (GMT+3)

  • Corée du Sud
    Mexique

    23/06

    18h00 (GMT+3)

  • Allemagne
    Suède

    23/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué